GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    L’obésité infantile augmente le risque de diabète de type 2 chez l'enfant

    media  
    Comme chez l’adulte, le diabète de type 2 chez l’enfant présente un démarrage silencieux avec une hyperglycémie qui s’installe progressivement dans le temps. pixnio

    Retrouvez la chronique nutrition de Stéphane Besançon, nutritionniste et directeur de l'ONG Santé Diabète à Bamako au Mali. Cette semaine, il parle du lien entre obésité infantile et risque de diabète de type 2 chez l'enfant.

    Est-ce que la forte augmentation de l’obésité chez les enfants se traduit par une hausse des cas de diabète de type 2 précoces ?

    Pour commencer, il est très important de bien préciser que l’on va parler de diabète de type 2 chez l’enfant. Car, classiquement, le diabète se définissait par une hyperglycémie chronique, c’est-à-dire un excès permanent de sucre dans le sang, et se présentait sous deux grandes formes :

    • Le diabète de type 1 : qui représentait 10% des personnes atteintes de diabète et qui était défini comme le diabète touchant l’enfant et les jeunes adultes.
    • Et le diabète de type 2, qui représentait 90% des personnes atteintes de diabète et qui touchait plus particulièrement les adultes de plus de 45 ans, sédentaires et en surpoids.   

    Mais cette présentation a effectivement changé car on constate partout dans le monde, depuis un peu plus d’une décennie, une forte augmentation du diabète de type 2 chez l’enfant et l’adolescent qui est fortement corrélée à l’augmentation du surpoids et de l’obésité infantile. Par exemple, une étude menée au Canada estime que 8% des nouveaux cas de diabète de type 2 sont diagnostiqués chez des enfants de moins de 10 ans.

     

    Est-ce qu’il faut dépister le diabète de type 2 chez tous les enfants en surpoids ou obèses ?

    Le déclenchement du diabète de type 1 chez l’enfant est très rapide avec une montée très forte de la glycémie qui va entrainer des symptômes très visibles : une perte de poids massive et des enfants qui vont boire énormément et uriner très fréquemment. Par contre, comme chez l’adulte, le diabète de type 2 chez l’enfant présente un démarrage silencieux avec une hyperglycémie qui s’installe progressivement dans le temps et donc, par conséquent, des symptômes beaucoup moins visibles. Il est donc recommandé de réaliser un dépistage ciblé en dépistant, par une mesure de la glycémie, tous les deux ans, les enfants et les adolescents qui présentent au moins 3 facteurs de risque avant la puberté et au moins deux facteurs de risque après la puberté. Ces facteurs de risque sont :

    • La présence d’une obésité ;
    • Des antécédents de diabète de type 2 dans la famille proche ;
    • Une exposition au diabète gestationnel durant la grossesse de la maman ;
    • Et enfin des premiers signes de dérèglement de la glycémie.

     

    Comment prévenir ce diabète et comment le prendre en charge ?

    Il est démontré que le principal facteur de risque pour le diabète de type 2 chez l’enfant et l’adolescent est l’obésité. La prévention passera donc par une prévention de la survenue de cette obésité chez l’enfant ou la réduction de cette obésité si elle est déjà présente.

    Pour la prise en charge, il faut la aussi rappeler la différence avec le diabète de type 1. En effet, ce diabète qui était classiquement le diabète de l’enfant nécessitait obligatoirement des injections d’insuline qui était la pierre angulaire de la prise en charge. Hors, dans le diabète de type 2, que ce soit chez l’enfant ou chez l’adulte, la pierre angulaire de la prise en charge sera la mise en place de mesures hygiéno-diététiques en modifiant l’alimentation et l’activité physique pour permettre de traiter à la fois le diabète et le surpoids / obésité qui l’accompagne. Il faudra donc promouvoir une alimentation équilibrée et la pratique d’une activité physique adaptée en impliquant fortement la famille pour accompagner l’enfant au quotidien. Si la glycémie n’est pas régulée avec ces mesures, il faudra, en complément, adopter un traitement médicamenteux. Pour le diabète de type 2 pédiatrique, l’insuline reste le traitement le plus utilisé car, pour cette population, il n’y a qu’un seul antidiabétique oral qui est autorisé à partir de 10 ans : la metformine.

     

    Quand on parle de diabète de type 2 et d’augmentation de l’obésité infantile on pense souvent aux pays développés ; qu’en est-il en Afrique ?

    Comme le rappelle le dernier global nutrition report 38,3 millions soit 5,6 % des enfants dans le monde souffrent d’obésité. L’Afrique n’est pas épargnée puisque dans la tranche d’âge 10-19 ans on a déjà 3,9% des filles et 2,5% des garçons qui sont obèses. Dans notre expérience clinique, dans différents pays d’Afrique, on voit là aussi apparaitre du diabète de type 2 chez l’enfant en lien direct avec le surpoids et l’obésité dans une population ou il y a encore quelques années nous n’avions que des patients atteints par du diabète de type 1. Sur le continent, si les pouvoirs publics ne prennent pas des mesures rapides le surpoids et l’obésité infantile vont exploser et l’on va voir de plus en plus d’enfants atteints par un diabète de type 2.

     

    Pour poursuivre les échanges sur cette chronique rendez-vous sur :

    Le compte Twitter de Stéphane Besançon

    La page Facebook de l'ONG Santé Diabète

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.