GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Mai
Vendredi 17 Mai
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Aujourd'hui
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Journée mondiale de la santé: les inégalités face à l'espérance de vie perdurent

    media L'espérance de vie augmente grâce à la baisse de la mortalité des enfants de moins de 5 ans dans les pays pauvres, explique un des auteurs du rapport de l'OMS (Photo d'illustration). REUTERS/Hannah McKay

    Cinq ans et demi de plus sur Terre. C'est ce que nous avons gagné depuis l'an 2000. À l'occasion de la Journée mondiale de la santé ce dimanche 7 avril, l'OMS rappelle que nous pouvons désormais espérer vivre jusqu'à 72 ans. C'est une moyenne, bien sûr. Car les inégalités entre les pays sont encore très importantes. De même que les inégalités entre les sexes.

    Avec notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche

    Plus de 18 années de vie en plus. C'est ce qui sépare, en moyenne, les pays les plus riches des pays les plus pauvres. Mais la bonne nouvelle, c'est donc l'augmentation de l'espérance de vie globale. Notamment en Afrique subsaharienne.

    « Si l'espérance de vie augmente, c'est largement grâce à la baisse de la mortalité des enfants de moins de 5 ans dans les pays pauvres. Le nombre de morts liés à la rougeole a fortement baissé. Pareil pour les décès liés aux diarrhées aiguës. Le nombre de décès de la malaria a chuté de moitié. Donc, la mortalité liée à ces maladies contagieuses a baissé et en même temps l'espérance de vie a augmenté », explique Richard Cibulskis, l'un des auteurs du rapport de l'OMS.

    À lire aussi : Une Japonaise de 116 ans nouvelle doyenne de l'humanité

    Pour la première fois, l'OMS a analysé les données pour les hommes et les femmes. Ces dernières vivent en moyenne près de quatre ans et demi de plus que les hommes. Ça se vérifie déjà chez les nourrissons. La mortalité infantile touche moins les filles que les garçons.

    À l'âge adulte, plusieurs raisons expliquent cette différence. Les hommes sont plus touchés par les suicides, les homicides et les accidents. Quand ils sont malades, ils consultent également moins les services de santé. Et ils sont plus concernés par les maladies cardiovasculaires que les femmes. Notamment en raison du tabac et de l'alcool.

    ► À lire aussi : L’OMS prône une couverture santé en Afrique

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.