GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Avril
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Aujourd'hui
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Science

    Un premier cœur imprimé en 3D par des scientifiques israéliens

    media Le scientifique israélien Tal Dvir tient un bocal transparent contenant ce qui est, selon l'université de Tel-Aviv, le premier cœur artificiel vascularisé au monde imprimé en 3D, le 15 avril 2019. REUTERS/Amir Cohen

    Pour la première fois, des scientifiques ont réussi à créer un cœur grâce à une imprimante 3D. Ce cœur, créé à partir de fibres humaines, a été présenté par des chercheurs de l'université de Tel-Aviv en Israël. Il n'est pour l'instant pas encore fonctionnel et il faudra encore de nombreuses avancées avant une première greffe. Mais les chercheurs espèrent avoir mis au point une technologie qui remplacera le don d'organes.

    Avec notre correspondant à Jérusalem,  Guilhem Delteil

    Pour l'instant, ce cœur artificiel fait la taille d'une cerise ou celui d'un cœur de lapin, et il ne bat pas. Mais il s'agit d'un cœur entier avec ses vaisseaux sanguins et les chercheurs qui l'ont imprimé y voient une grande avancée dans le domaine des greffes d'organes.

    Car ce cœur, imprimé en 3D, a été produit à partir de cellules humaines. Ce qui a servi d'« encre » à l'impression, pour faire un parallèle avec un procédé classique, est donc un mélange unique propre à chaque patient. Cette technologie permet ainsi de réduire les risques d'infection et de rejet lors d'une greffe.

    Désormais, les scientifiques doivent apprendre à imprimer un cœur de taille humaine et à le faire fonctionner de manière autonome. « Les cellules doivent constituer une capacité de pompage ; actuellement, elles peuvent se contracter, mais elles doivent fonctionner ensemble » relève le professeur Tal Dvir de l'université de Tel-Aviv.

    Dans un premier temps, les greffes de cet organe artificiel se feront sur des animaux. Il faudra encore plusieurs années avant d'éventuels essais cliniques sur des humains. Mais les maladies cardiovasculaires étant la principale cause de mortalité dans les pays développés, si les prochaines difficultés sont franchies, cette découverte constituera une avancée médicale majeure.

    À écouter aussi :Garder un cœur en bonne santé (Le conseil santé)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.