GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Contraint de se passer d'Android, Huawei prépare son propre système d'exploitation pour la fin de l'année (CNBC)
    • États-Unis: une tornade fait trois morts à Golden City dans le Missouri (autorités)
    • Huawei: «protestation solennelle» de Pékin auprès de Washington (ministère)
    • France: la loi Pacte prévoyant la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) a été promulguée (Journal officiel)
    • Commerce international: la Chine déclare attendre de la «sincérité» des États-Unis avant de reprendre les négociations
    • British Steel-Ascoval: «La partie n'est pas perdue et nous allons la gagner» (Edouard Philippe)
    • Européennes: ouverture des bureaux de vote au Royaume-Uni
    • Européennes: début du vote avec l'ouverture des bureaux aux Pays-Bas
    • Israël a réduit la zone de pêche à Gaza après le lancement de ballons incendiaires vers son territoire
    • Législatives en Inde: on constaterait un nette avance du BJP de Modi dans les premières tendances du dépouillement
    Science

    Activités physiques et sportives : un guide pour faciliter la prescription médicale

    media  
    Selon l'OMS, la sédentarité cause deux millions de morts par an dans le monde. pixabay

    Chaque mercredi, le Dr Jean Marc Sène, médecin du sport et médecin de l'équipe nationale de judo, présente sa chronique sport dans Priorité Santé. 

    Bouger plus et lutter contre la sédentarité liée à nos modes de vie sont des messages de santé publique qui ont encore du mal à entrer dans la pratique.

     

    Dr Jean-Marc Sène : L’activité physique a des effets bénéfiques sur la santé tant sur le plan préventif que curatif. Et ces bénéfices sont largement supérieurs aux risques, même pour des personnes atteintes de pathologies chroniques. C’est une thérapeutique à part entière.

     

    Avec une population de plus en plus sédentaire, touchée plus fréquemment par des maladies chroniques, le développement de l’activité physique constitue un axe majeur des derniers plans de santé publique : plan national nutrition santé, plan obésité, plan cancer, etc.

     

    Les bienfaits de l’activité physique ne sont plus à démontrer. Une activité physique régulière (comme faire du vélo, marcher ou même jardiner) apporte des bénéfices pour la santé largement supérieurs aux risques encourus. Pourtant, en France, l’étude de l’agence Santé Publique France réalisée chez des adultes de 18 à 74 ans relevait en 2014 que seuls 53 % des femmes et 70 % des hommes atteignaient les recommandations de l’OMS en matière d’activité physique pour la santé.

     

    Qu’est-ce que la sédentarité et quels sont ses risques pour la santé ?

    La sédentarité cause deux millions de morts par an dans le monde, selon l’OMS.

    Les activités sédentaires comprennent toutes les activités réalisées au repos, assis ou allongé ou bien en position debout sans bouger, en dehors des heures de sommeil. Par exemple : les déplacements en voiture, regarder la télévision, travailler sur ordinateur, lire debout...

    On considère aujourd’hui que ce temps passé à des activités sédentaires devrait être inférieur à 7h par jour, ce qui est de moins en moins le cas de nos jours. 

     

    La sédentarité a des effets délétères sur la santé, indépendamment du niveau d’activité physique d’une personne : elle augmente la morbi-mortalité cardiovasculaire, le risque de diabète de type 2, le risque de cancer de l’endomètre

     

    Paradoxalement, on peut être physiquement actif et sédentaire. Pour chaque personne, l’enjeu est d’augmenter le temps d’activité physique tout en diminuant le temps passé à des activités sédentaires.

     

    Depuis 2016, la loi prévoit que les médecins traitants puissent prescrire une activité physique adaptée à leurs patients atteints d’une maladie chronique en affection longue durée. A cet effet, ils peuvent prescrire une activité physique gratuite et facile à pratiquer même seul, adaptée à l’état de santé du patient (comme la marche, par exemple).

    Pour autant, l’impact de l’activité physique sur la santé, documenté de manière spécifique pour de nombreuses maladies, est encore insuffisamment connu des médecins. De plus, ils disposent de peu d’outils pratiques pour les aider à mener une consultation médicale ciblée et estimer le risque réel d’un événement cardiovasculaire grave (infarctus du myocarde, mort subite…) lié à la pratique de l’activité physique.

     

    Pour prescrire une activité physique ou sportive, le médecin doit privilégier des activités physiques de la vie quotidienne en particulier les déplacements actifs comme le vélo, la marche ou monter les escaliers. Avantage : ce sont des activités sûres et facilement accessibles, en particulier chez les personnes atteintes de maladies chroniques, âgées ou chez les personnes peu motivées pour lesquelles le terme de sport peut être décourageant d’emblée.

     

    Que propose le guide que publie aujourd’hui la Haute Autorité de Santé ?

    La Haute Autorité de Santé souhaite, avec la publication de son guide intitulé «promotion, consultation et prescription d’activité physique et sportive pour la santé », lever un certain nombre de ces freins et favoriser le développement de cette thérapeutique non médicamenteuse qu’est l’activité physique. Le guide propose ainsi : un socle de connaissances générales sur l’activité physique et la sédentarité et leurs impacts sur la santé; le déroulé d’une consultation dédiée à l’activité physique; et des outils pratiques (un questionnaire d’aptitude à l’activité physique, une grille d’évaluation du risque d’évènements cardiovasculaire graves liés à l’exercice, des outils d’évaluation de la condition physique et de l’état de motivationen cabinet,etc.). En complément de ce document, la HAS propose une première série de 6 référentiels d’aide à la prescription d’activité physique par pathologie pour le surpoids et l’obésité, le diabète de type 2,l’hypertension artérielle (HTA), la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), la maladie coronaire stable et les accidents vasculaires cérébraux (AVC).

     

    Les travaux publiés par la HAS poursuivent ainsi deux objectifs :

    - développer le conseil et la prescription d’une activité physique par les médecins, tant en prévention qu’en traitement des maladies chroniques ou des états de santé pour lesquels l’activité physique a montré des effets bénéfiques.

    -concourir à la mise en œuvre d’une politique de promotion de l’activité sur ordonnance en soins primaires avec le développement au niveau local ou régional de parcours de santé coordonnés pluridisciplinaires, associant médecin traitant, professionnels de santé et professionnels de l’activité physique et sportive.

     

    Retrouvez les Recommandations relatives à l’alimentation, à l’activité physique et à la sédentarité pour les adultes de l'agence Santé Publique France en cliquant ici. 

     

    Retrouvez le guide de la HAS en cliquant ici. 

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.