GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Venezuela: remise en liberté du vice-président du Parlement
    Science

    Réduire la vitesse des cargos permettrait de diminuer leurs émissions de CO2

    media Le navire cargo Humen Bridge déchargé à Jersey City, dans l'État américain de New Jersey, le 1er août 2019. Photo by Gary Hershorn/Getty Images

    Le G7 a lieu en ce moment à Biarritz et en marge des discussions sur le commerce international ou encore le nucléaire iranien, il est beaucoup question d'écologie. Sur ce sujet, Emmanuel Macron a annoncé une mesure sur laquelle, selon lui, les chefs de gouvernement présents sont tombés d'accord : réduire la vitesse des navires marchands. Un moyen de diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre.

    Trois pour cent, c'est la part du fret maritime dans les émissions mondiales de gaz à effet de serre.

    Comme l'a annoncé Emmanuel Macron, réduire la vitesse des cargos permettrait en effet de diminuer leurs rejets de CO2. Un bateau plus lent consomme et pollue moins.

    L'histoire nous l'a montré récemment. Lors de la crise de 2008, les navires avaient ralenti pour économiser le carburant, l'effet sur l'émission avait été direct et notable. Mais pour mettre en œuvre cette mesure, les États ne peuvent pas grand-chose, le contrôle des émissions de gaz relève des acteurs du secteur.

    À lire aussi : Les émissions de CO2 en hausse de 2,7% en 2018

    Une bonne nouvelle tout de même, c'est une solution qu'ils préconisent. Elle a en effet l'avantage d'être applicable immédiatement sur tous les navires. Mais, mauvaise nouvelle : elle sera très loin d'être suffisante.

    Malgré le consensus global, il reste en effet quelques réticences notamment de la part des transporteurs de denrées périssables qui ne goûtent guère à un allongement des temps de traversées.

    Mais surtout, même si chaque navire diminue ses émissions, le problème c'est qu'il y en a de plus en plus. Durant les 5 dernières années, 8 000 nouveaux bateaux sont venus grossir les rangs de la flotte mondiale qui en compte au total près de 100 000.

    À lire aussi : Les conteneurs perdus en mer, véritables dangers pour l'homme et l'environnement

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.