GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Feu vert des eurodéputés au commissaire hongrois, dernier candidat de l'équipe Von der Leyen à être approuvé (sources parlementaires)
    • La restitution par la Russie des navires à l'Ukraine «contribue à renforcer la confiance», selon l'Elysée
    • Hong Kong: des dizaines de protestataires s'enfuient du campus assiégé (journaliste AFP)
    • En Libye, au moins sept civils ont été tués dans un raid aérien lundi une usine en banlieue sud de Tripoli (ministère de la Santé)
    • Elections en Biélorussie: «un manque de respect» pour la démocratie (observateurs)
    • Sport-économie : l’entreprise américaine Airbnb devient l'un des principaux sponsors du Comité international olympique (CIO) jusqu'en 2028
    • La Russie rend à l'Ukraine trois navires militaires ayant été capturés il y a un an (ministère)
    Science

    Climat: plus de 500 jeunes du monde entier investissent l’ONU

    media Des jeunes du monde entier dans les locaux de l'ONU pour porter le combat sur le climat. Stephanie Keith/Getty

    A New York, ce samedi, plus de 500 jeunes de 140 pays ont pris possession de l’ONU, à la place des habituels diplomates : ils se sont réunis pour le sommet de la jeunesse sur le climat. Après avoir marché dans les rues de Manhattan aux côtés de 300 000 personnes vendredi, ces jeunes du monde entier proposent des solutions et exigent des chefs d’État des mesures pour freiner considérablement le changement climatique.

    Avec notre correspondante à New York, Carrie Nooten

    Deux générations différentes ont donné le coup d’envoi du sommet de la jeunesse sur le climat, représentées par le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres et l’activiste suédoise Greta Thunberg. Finalement, pas de poignée de main symbolique entre eux, on se démarque des gestes et de la logorrhée habituelle des politiciens.

    Greta Thunberg s’est humblement effacée pour laisser trois représentants d’autres continents parler. Le secrétaire général, lui, a prévenu qu’il était là plus pour écouter que parler. Il a remercié Greta, et les jeunes en général, d’avoir provoqué le changement dans le moment autour du climat depuis deux ans. « Ce changement de momentum est largement dû à votre initiative et au courage qui vous a permis d’initier ce mouvement, et de le faire grossir, de vous seule devant votre Parlement à des millions de personnes dans les rues du monde entier. Réclamant clairement que les décideurs changent, mais en plus qu’ils soient responsables. »

    Les jeunes ont totalement investi les lieux à leur manière, avec leurs codes et leur façon de communiquer, au diable la forme, l’essentiel est que les messages passent. À certains moments, on se serait cru dans une université plus qu'à l’ONU vu la foule de jeunes assis par terre, ordinateur sur les genoux, dans les couloirs. Mais on apercevait aussi ponctuellement un costume cravate agenouillé près d’un groupe, des cartes de visite qui se tendaient. L’envoyée spéciale des Nations unies auprès des jeunes a raison lorsqu’elle leur rappelait le pouvoir qu’ils ont acquis et comment les décideurs, qui ne daignaient même pas les écouter il y a deux ans, veulent maintenant leur parler. Un diplomate confiait tout sourire que cette énergie lui faisait du bien et tranchait avec le ronron feutré habituel.

    Des échanges radicaux

    L’amphithéâtre est plein à craquer, plusieurs jeunes n’ont pu entrer : on a rarement vu dans les couloirs de l’ONU autant d’énergie ainsi que de solutions aussi concrètes, aussi bien technologiques que naturelles, l'idée étant de s'inspirer les uns les autres.

    Cinq jeunes entrepreneurs ont expliqué leurs projets sur le mode « pitch de start-up » devant des représentants d’entreprises Tech, comme la Polonaise Monika Seyfried de « Grow your own Cloud ». Elle veut transformer le stockage de données numériques. « Nous imaginons convertir ce que vous avez dans vos téléphones, photos, vidéos, en bases nucléiques qui composent l’ADN. Et ceci pourra être synthétisé en forme liquide de l’ADN, et encore plus incroyable, cela pourra être inséré dans une plante pour le stockage », explique Monika Seyfried.

    Puis les jeunes ont pu dire en moins d’une minute, à la manière d’un tweet, ce qu’ils avaient mis en place dans leurs pays. Il y a eu des échanges très radicaux, comme celui de cette jeune femme interpellant le représentant de Microsoft sur ses partenariats avec des entreprises gourmandes en énergies fossiles… Ou cette autre qui a prévenu les chefs d’État : les jeunes sont de plus en plus nombreux à ne plus vouloir faire d’enfants tant que les lois pour lutter contre le changement climatique ne seront pas plus efficaces.

     


    ■ Les graines « magiques » du Kenyan Mutuku

    À l’ONU, les jeunes du monde entier proposent des solutions et exigent des chefs d’État des mesures pour freiner considérablement le changement climatique. Ils viennent aussi partager tout ce qu’ils ont mis en place dans leur pays. Le Kenyan Paul Mutuku a un badge « La Science pas le silence » au revers de sa veste. Il est le représentant de l’ONG Youth for Nature et est venu parler des banques de graines indigènes qu’il a créées au sein de son organisation.

    « Nous essayons de créer beaucoup de banques de graines : on récupère des graines et on les propage. On en fait des pousses qu’on vend ou qu’on donne aux communautés pour qu’elles puissent toutes planter. Les arbres indigènes ont une plus grande capacité à faire la synthèse ou capturer le dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère que les arbres exotiques. En fait, la plupart des arbres exotiques ne font pas du bien à leur environnement - ils sont uniquement là pour des raisons économiques, mais pas pour des raisons environnementales. Les arbres natifs donneront le plus de résultat dans leur habitat naturel : ils vont pousser de façon agressive et massive dans leur environnement naturel. Cela va leur permettre de capturer les excès de carbone et de les stocker dans le sol. Tandis que s’il était transféré sur un autre terrain, il aurait à affronter tellement de défis, il sera en stress et ne pourra pas capturer autant de carbone de l’atmosphère. Donc, si on localise les arbres dans leur région naturelle, on aide en fait à améliorer le changement climatique en capturant le carbone atmosphérique. »

    ■ La Grande muraille verte du Nigérian Lawal

    Hamza Lawal vient du Nigeria. Il est le fondateur et président d'une ONG baptisée Conected Developement (« Le développement connecté »). Il présentera la Grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel. Cette initiative qui vise à planter des arbres sur plus de 8 000 kilomètres, entre Dakar et Djibouti afin de ralentir la progression du désert a été lancée il y a plus de dix ans par l'Union africaine. Mais à ce jour, rien ne progresse. Pourtant, Hamza Lawal, rappelle que cette question est un enjeu mondial.

    La Grande muraille verte, c'est un mur qui unit les gens, pas comme celui que Trump est en train de construire. Le notre régénère la nature et apporte de la vie

    Hamza Lawal 22/09/2019 - par RFI Écouter
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.