GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Nouvelle frappe israélienne contre des cibles du Jihad islamique à Gaza (armée)
    • Foot/Euro-2020: la France, déjà qualifiée, peine mais bat la Moldavie (2-1) et prend la tête du groupe H
    • Éliminatoires CAN 2021: match nul entre le Mali et la Guinée, 2-2, dans le groupe A
    • Éliminatoires CAN 2021: l'Algérie, championne d'Afrique en titre, corrige la Zambie, 5-0
    • Éliminatoires CAN 2021: la RDC tenue en échec par le Gabon à domicile, 0-0
    Science

    Le premier comportement collectif des animaux daterait de 480 millions d'années

    media File indienne de fossiles de trilobites vieux de 480 millions d’années découverts au Maroc. Jean Vannier, CNRS/ENS Lyon. Univ.Lyon1

    L’homme est un animal social, dit-on. Mais depuis combien de temps les animaux sont-ils sociaux ? Une étude parue ce jeudi 17 octobre dans la revue Scientific Reports rapporte la découverte de ce qui pourrait avoir été le plus ancien comportement collectif jamais observé. Il remonte à 480 millions d’années.

    Les trilobites sont des animaux anciens. « Ce sont des arthropodes, qui ont existé pendant la première période de l’histoire de la vie, le paléozoïque », explique Muriel Vidal, enseignante-chercheuse CNRS à l’Université de Bretagne, qui a participé à ces recherches. On connaît bien ces animaux, qui ressemblent de loin à des cloportes « mais qui vivent plutôt dans des milieux marins, comme les langoustines aujourd’hui ».

    Des fossiles découverts au Maroc

    De nombreux fossiles ont été découverts, mais ceux dénichés dans le massif des Fezouata au Maroc sont particuliers. Il s’agit de plusieurs spécimens, « presque emboîtés les uns à la suite des autres, parfaitement alignés », se souvient Muriel Vidal. Cette disposition bien particulière intrigue les paléontologues, d’autant plus que les conditions géologiques du site de fouille permettent de relativement bien expliquer les conditions de fossilisation de cette colonie de trilobites. « Ils ont probablement été fossilisés alors qu’ils réalisaient tous le même mouvement, c’est un instantané de vie », explique la chercheuse. « Ça nous a fait penser à ce qu’on peut trouver dans la nature aujourd’hui. La langouste américaine par exemple, a le même comportement avec des individus en file indienne que l’on peut observer lors des migrations. »

    Des comportements de migration

    Ces dispositions des fossiles seraient donc la trace d’un comportement similaire de migration. Cette hypothèse est étayée également par l’analyse du terrain autour. Sa disposition permet en effet de déduire que ces animaux se trouvaient au niveau de « la limite d’action des vagues de tempête sur le fond », indique Muriel Vidal. Selon la période de l’année, en fonction de la profondeur de l’eau, les trilobites pouvaient être affectés par les vagues provoquées par les vents forts à la surface. « Cela donne du sens à une hypothèse de migration en rapport avec les périodes de tempêtes », estime l’enseignante-chercheuse.

    Mais de tels phénomènes météorologiques étaient-ils assez fréquents à l’époque ? Probablement : il y a 480 millions d’années, au gré des mouvements tectoniques, le Maroc se trouvait près du Pôle Sud. Le climat favorise également cette hypothèse, puisque se succédaient alors des périodes chaudes et froides, « glaciaires et interglaciaires », explique Muriel Vidal. « Comme tout cela se déroule près du Pôle Sud, on a des choses très intéressantes à identifier. »

    Si ces trilobites ont effectivement migré pour faire face à des tempêtes polaires, il s’agirait alors du premier comportement collectif animal observé. Un lien social, vieux de près d’un demi-milliard d’années.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.