GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 2 Décembre
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Près de 6000 agressions sexuelles signalées à Uber aux Etats-Unis en 2017-2018 (officiel)
    Science

    Méditerranée: une ONG alerte sur les dangers des nanoplastiques pour les écosystèmes

    media Malgré son eau claire, l'eau des îles Baléares fait aussi face au fléau des micro et nanoplastiques. Gettyimages/Manuel Breva Colmeiro

    Quatre marins et quatre scientifiques ont effectué des relevés près des Baléares durant un mois dans le cadre du projet de l'ONG 7e continent. Ces scientifiques se sont concentrés sur les nanoplastiques, dont la composition et la nocivité posent de nombreuses questions.

    Les nanoplastiques peuplent la Méditerranée. Un million de fois plus petits qu'une miette de pain. Ils sont issus de la fragmentation des tonnes de plastiques rejetés en mer. Alexandra Ter Halle, chimiste au CNRS et responsable de la mission, dresse un portrait inquiétant de la situation :

    « Chaque jour, quand on met un filet à l’eau, on ressort du plastique. Je travaille sur les nanoplastiques, parce qu’il y a vraiment un défi scientifique, à comprendre leur formation et voir comment ils se forment dans l’environnement et ce qu’ils deviennent. Et puis, il y a une potentialité de toxicité qui est importante avec les nanoplastiques. »

    Possibilité de perturber les écosystèmes

    Et ces morceaux de plastiques sont des nids à bactéries sur lesquelles travaillent Jean-François Ghiglione : « Déjà, identifier en Méditerranée des bactéries qui sont pathogènes, donc qui donnent des maladies à certains animaux notamment à certains poissons. »

    En plus ces morceaux de plastiques transportent ces bactéries au gré du courant : « Là, on a affaire à une pollution générale avec des radeaux qui vont aller partout. Et donc c’est une nouvelle pollution qu’on n’imaginait pas. Et aujourd’hui on a très, très peur qu’un organisme passe d’un endroit à un autre, parce que ça peut perturber d’une manière importante tout un écosystème, parce qu’il va s’installer là-bas, alors que normalement il ne doit pas s’y installer. »

    ►À lire aussi : La mission Tara part à la chasse aux microplastiques sur 10 fleuves d'Europe

    Pour ces chercheurs c'est notre système de consommation qui doit être repensé. Près de 80% des déchets plastiques en mer sont d’origine terrestre

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.