Plan Climat d'Obama: l’opposition monte au créneau - Amériques - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Plan Climat d'Obama: l’opposition monte au créneau

media Centrale nucléaire, à Byron, dans l'Illinois, le 17 février 2006. Getty Images/Scott Olson

Barack Obama a lancé hier soir son plan contre la « grande menace » que fait peser le changement climatique sur la planète. Un dispositif qui rassemble une série de règles qui imposeront pour la première fois aux centrales électriques de réduire de 32% d'ici 2030 leurs émissions de dioxyde de carbone (CO2), par rapport au niveau de 2005. Républicains et groupes de pression industriels contestent le coût et l'efficacité du plan.

Un plan qui a un coût que Barack Obama estime à huit milliards 400 millions de dollars pour la mise en œuvre des nouvelles normes que le président américain veut imposer. Un coût que certains groupes industriels et élus du parti républicain ne semblent pas prêts à payer.

Reince Priebus, le président du parti d'opposition, craint des conséquences dévastatrices pour l'économie américaine. Avec le « Clean Power », la part du charbon dans la production d'électricité doit passer de 39% l'année dernière à 27% à l'horizon 2030. « Des règlementations coûteuses et non nécessaires » selon le sénateur républicain Lamar Smith. Si le plan est appliqué : des centrales électriques vont fermer et des milliers d'Américains vont perdre leur emploi, estime le sénateur.

Le plan porté devant la justice

L'autre inquiétude des détracteurs de ce plan, c'est le spectre d'une hausse des prix de l'électricité. L'organisme qui fournit de l'énergie aux zones rurales pauvres évoque une hausse d'au moins 10% des prix avec un impact ressenti de façon disproportionnée par les populations les plus vulnérables. Le lobby pro-charbon, American coalition for clean coal electricity, indiquait lui qu'il pourrait poursuivre l'administration Obama en justice, car elle mène « un plan illégal pour faire grimper les prix de l'électricité ».

Des critiques rejetées par Barack Obama. La Maison Blanche avance que ce plan pourrait créer des dizaines de milliers d'emplois mais la partie n'est pas encore gagnée pour le président américain car ses opposants ont annoncé leur intention de contester ce plan à tous les niveaux : en justice donc et au Congrès.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.