Nigeria: de violents affrontements intercommunautaires dans l'Etat de Taraba - special-event - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Nigeria: de violents affrontements intercommunautaires dans l'Etat de Taraba

media L'Etat de Taraba est situé à l'est du Nigeria, à la frontière du Cameroun. Les terres y ont été partagées entre agriculteurs et éleveurs en 1982. Wikimedia Commons / Nelly0123

Des affrontements communautaires ont fait des dizaines de morts au Nigeria ces derniers jours dans l'Etat de Taraba, entre 20 et 100 selon les sources. L'armée a été déployée, mais trop tard pour éviter le lourd bilan. Plusieurs campements ont été attaqués, des dizaines de maisons brûlées et des milliers de têtes de bétail volées ou tuées par les assaillants. Les affrontements opposent des agriculteurs chrétiens, aux éleveurs musulmans.

Dans cette région reculée frontalière avec le Cameroun, ces affrontements sont récurrents depuis les années 1980, lorsque les terres ont été partagées. Mais le foncier reste un enjeu très fort encore à cause de la pression démographique. Ces affrontements sont aussi l'illustration de la faiblesse des institutions sécuritaires dans l'Etat de Taraba, explique le politologue nigérian Chris Ngwodo.

« Ce dernier incident n'est que le dernier chapitre d'une série de violents affrontements entre ces communautés. Le problème principal, c'est que les Etats nigérians et notamment l'Etat de Taraba ont des institutions sécuritaires faibles. Et que souvent la volonté politique de punir les auteurs de tels crimes n'existe tout simplement pas. Cela renforce le sentiment d'impunité au sein des groupes des différentes communautés qui ont tendance à se faire justice eux-mêmes en s'attaquant mutuellement. Puisqu'ils croient que l'Etat ne fera rien et qu'il ne poursuivra pas en justice les responsables », souligne Chris Ngwodo.

« C'est vrai que l'éloignement et l'isolement de l'Etat de Taraba est aussi un facteur aggravant, car, loin d'Abuja, la région ne bénéficie pas de beaucoup d'infrastructures en termes de développement ou de sécurité. C'est donc aussi un problème et un facteur de plus pour expliquer cette violence », ajoute-t-il.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.