GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Législatives: le président afghan Ashraf Ghani invite la population à «sortir et voter»
    • Syrie: le groupe EI libère six des 27 otages de Soueida (OSDH)
    Sports

    Scandale des quotas: Belkacemi, la source qui fait trembler la FFF

    media

    Mohammed Belkacemi, cadre de la Fédération française de football (FFF), a permis indirectement au site d’information Mediapart de révéler l’affaire des quotas de binationaux. Présent lors d’une réunion le 8 novembre, il a enregistré les débats évoquant des restrictions d’accès aux centres fédéraux envers les joueurs issus de l’immigration africaine et nord-africaine. Belkacemi affirme avoir ensuite confié l’enregistrement aux dirigeants de la FFF le 9 novembre, version démentie par son président Fernand Duchaussoy.

    On connaît l'identité de la source liée au scandale des quotas de joueurs français d'origine africaine qui agite la Fédération française de football (FFF) depuis les révélations du site Mediapart : il s’agit de Mohammed Belkacemi, fonctionnaire du ministère des Sports détaché depuis trois ans à la FFF, où il est chargé à la Direction technique nationale (DTN) de la promotion du football dans les cités de banlieues.

    Mohammed Belkacemi, présent lors de la réunion du 8 novembre 2010 où des quotas dans les centres de formations fédéraux ont été évoqués, a admis avoir enregistré les débats. « J'ai tout expliqué à la commission d'enquête (ce 3 mai), a-t-il affirmé sur la chaîne Infosport. J'ai enregistré la réunion du 8 novembre 2010 pour témoigner en interne des propos inqualifiables que j'avais déjà entendus auparavant. J'ai remis le seul enregistrement à la Fédération le 9 novembre 2010 pour confirmer mes propos ».

    « Aller au bout de l’enquête »

    Interrogé par la commission diligentée par la FFF, Mohammed Belkacemi s’est en revanche défendu d’avoir transmis directement les informations au site Mediapart : « Je n'ai jamais remis l'enregistrement à un journaliste. Cette tempête médiatique ne me profite pas. Je n'ai aucun intérêt à une telle publicité. Je n'ai aucun intérêt à un débat public. » D’après Mediapart et Le Parisien, l’enregistrement est resté entre les mains d’André Prévosto, en charge du pôle du football amateur et à l'époque directeur général adjoint de la FFF.

    La ministre des Sports, Chantal Jouanno, qui a lancé sa propre enquête, s’est étonnée que l’affaire éclate avant les élections à la présidence de la FFF le 18 juin : « Il faut aller au bout de l'enquête, savoir pourquoi cet enregistrement a été fait, pourquoi il ne sort que six mois après, en pleine période préélectorale à la Fédération. »

    « Jusqu'à jeudi dernier dans la soirée, je n'ai à aucun moment été informé par quiconque des échanges tenus au cours de la réunion du 8 novembre 2010, pas plus que de l'existence d'un enregistrement », s’est défendu Fernand Duchaussoy, le président de la FFF. Après avoir trouvé la « taupe » à l’origine des fuites, les commissions vont se pencher sur cette question : à qui profite cette affaire ? Sûrement pas au football français.

    8 novembre 2010 : Lors d’une réunion à la FFF sur la formation, le Directeur technique national François Blaquart évoque une politique officieuse de quotas à l’entrée des centres fédéraux. Le but: limiter l’accès à des jeunes binationaux qui pourraient choisir le pays d’origine de leurs parents au détriment des sélections françaises. Sont visés implicitement les joueurs d’origine africaine. Laurent Blanc, le sélectionneur de l’équipe de France, approuve le principe d’une limitation et pointe du doigt la proportion de joueurs puissants, surtout des «blacks» dans les écoles de football.
    28 avril 2011 : Mediapart révèle les propos tenus lors de la réunion du 8 novembre sous le titre «Foot français: les dirigeants veulent moins de noirs et d'arabes»
    29 avril 2011 : Fernand Duchaussoy, le président de la FFF, et François Blaquart à Paris, et Laurent Blanc à Bordeaux, réaffirment que les allégations de Mediapart sont fausses.
    30 avril 2011 : Mediapart publie le verbatim des propos tenus lors de la réunion du 8 novembre. François Blaquart est suspendu de ses fonctions et Laurent Blanc s’excuse si une mauvaise compréhension de ses propos a pu heurter certaines sensibilités.
    3 mai 2011 : Les commissions d’enquêtes entament leurs entretiens avec les personnes présentes lors de la réunion. Avant même le début des consultations, Mohammed Belkacemi, cadre de la FFF en charge du football dans les quartiers, avoue avoir enregistré le contenu des débats et l'avoir remis aux dirigeants de la Fédération. Fernand Duchaussoy dément avoir eu connaissance de cet enregistrement.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.