GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 8 Novembre
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    JO 2012 : Yannick Borel veut faire mouche

    media Yannick Borel. AFP PHOTO / FRANCK FIFE

    Yannick Borel représentera la France en escrime lors des JO de Londres, cet été. A 23 ans, le champion du monde par équipe en épée va pour la première fois découvrir l'olympisme. Chose qu'il était loin de s'imaginer quand il a débuté ce sport à l'âge de 10 ans, sur son île natale de la Guadeloupe. Un parcours passionnant que Yannick Borel raconte avec brio.

    Du haut de son mètre quatre vingt dix-sept, l’escrimeur Yannick Borel aurait pu être un bon arrière au basket. Mais le hasard le conduit vers une autre discipline. « J’ai commencé l’escrime à l’âge de 10 ans à l’école. J’avais le choix entre ce sport ou le Gwoka (musique traditionnelle guadeloupéenne). La salle d’escrime était juste à côté de l’école, j’ai tout de suite adoré », explique l’athlète.

    A l’époque, le plus important pour lui était de pouvoir faire de la compétition. « J’avais testé le karaté, mais il n’était pas possible de faire de tournoi, alors j’ai vite arrêté ». Au moment où la plupart des gamins rêvent de football ou de basket, Yannick Borel est persuadé d'avoir fait le bon choix. « Ça me plaisait de me battre avec une épée, mes copains se moquaient un peu de la tenue mais je m’en fichais », revendique le Guadeloupéen.

    Repéré à l'âge de quinze ans

    Dès lors, les bons résultats s’enchaînent et à l’âge de 15 ans, Yannick Borel est repéré par Jérôme Roussat qui lui propose d’intégrer le pôle de Reims. Ses parents s’y opposent, ils ne souhaitent pas voir partir leur progéniture avant le baccalauréat. Ce qui n’empêche pas Yannick Borel de progresser et de voyager grâce à son sport. Il se rend entre autres en Guyane, au Brésil ou en Colombie. A l’âge de 19 ans, le bac en poche, le voilà enfin en métropole au pôle France de Reims. Il intègre ensuite l’Insep* et retrouve Jérôme Roussat.

    Yannick Borel lors des mondiaux de Catane en octobre 2011. AFP PHOTO / MARCELLO PATERNOSTRO

    A partir de 2009, les qualifications pour les Jeux olympiques se profilent à l’horizon. Yannick Borel travaille d’arrache-pied pour faire évoluer son niveau et se confronter aux meilleurs séniors du circuit. Il doit absolument se classer dans les douze meilleurs mondiaux ou les deux meilleurs européens.

    « Il y avait du monde devant moi, je me suis dit qu’il fallait que je fasse absolument ma place », précise Yannick Borel. Son visage juvénile cache une détermination sans faille. « Je m'imaginais être champion de France et progressivement je me suis vu aller aux JO ». Le sésame arrive lors des mondiaux de Catane, en Italie, où il s’offre un titre de champion du monde par équipe (2011). Seul ombre au tableau : il est contraint d’abandonner ses études de kinésithérapie. « Je n’arrivais pas à concilier les deux, il fallait choisir ». Il suit actuellement des cours pour être professeur de sport.

    «J’y pense tous les jours»

    A l'approche de l'échéance, dans quel état d'esprit est Yannick Borel ? « J’y pense tous les jours. Je suis dans la peau d’un gars qui n’a rien à perdre et tout à gagner. Même si je suis outsider, je n’ai peur de personne. Il faut que je progresse tactiquement et que je sois rigoureux le jour J ». Un travail de longue haleine avec des gestes qu’il répète sans cesse jusqu’à la perfection. A l’épée, on peut toucher son adversaire sur tout le corps.

    « Le sport, c’est beaucoup de joie mais aussi beaucoup d’abnégation. Derrière une médaille, il y a des sacrifices. Cette année, j’ai évité les sorties, chose que les amis ont du mal à comprendre ». Pour ses premiers JO, Yannick Borel tentera de prendre des conseils précieux auprès de Brice Guyart ou encore de Laura Flessel. « J’ai toujours rêvé d’un titre olympique pour la Guadeloupe et la France », glisse Yannick Borel. Il n’a sûrement pas fini de nous surprendre.

    *Institut national du sport, de l'expertise et de la performance

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.