GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 23 Novembre
Samedi 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Boxe: Mohamed Diaby se met à l’anglaise pour les JO et le Mali

    media Le Malien Mohamed Diaby. Mohamed Diaby

    Le pugiliste Mohamed Diaby représentera le Mali aux Jeux olympiques de Londres. Ce Franco-Malien de 28 ans, champion du monde de savate en 2011, s’est en effet reconverti en boxe anglaise, poids welters, pour y défendre les couleurs de son pays d’origine.

    Depuis un an, Mohamed Diaby garde les pieds sur terre. C’est un soulagement pour ses anciens adversaires en boxe française. Et une excellente nouvelle pour le Mali puisque ce pugiliste de 28 ans s’est qualifié pour les Jeux olympiques de Londres, le 2 mai 2012... en boxe anglaise.

    Le Franco-Malien a en effet temporairement renoncé à la savate et à distribuer des coups de pieds. Une reconversion réussie puisque Mohamed Diaby a décroché son billet pour les JO 2012, lors du Tournoi de Casablanca où il a fini deuxième chez les welters (- 69kg).

    « C’est un rêve de gosse qui se réalise, dit-il encore aujourd’hui. Je regarde les JO à la télévision depuis que je suis tout petit. L’athlétisme, les 100m d’anthologie, ça ne s’oublie pas… Je n’arrive toujours pas à réaliser que je serai présent lors de la cérémonie d’ouverture. Cette fois, je ne serai pas devant la télévision, mais dans le poste ! »

    Le dossier RFI avant les JO

    Mohamed Diaby a même une idée précise de ce qu’il rêverait de faire le 27 juillet prochain, au stade Olympique. « J’aimerais vraiment porter le drapeau, sourit-il. Ça ne dépend pas de moi. Mais si je peux avoir ce privilège, j’en serais ravi. C’est un espoir que j’ai au fond de moi ». Et qui s’est façonné en France.

    Un voisin champion du monde de savate

    Mohamed Diaby est né en 1984 à Epinay-sur-Seine, en banlieue parisienne. Sa famille a quitté le Mali il y a plus de trente ans, direction l’Ile-Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis. C’est là que Mohamed a grandi et s’est passionné pour le sport.

    « J’ai commencé la boxe française à l’âge de 10 ou 11 ans, raconte-t-il. J’ai suivi les pas de mon grand frère, Youssef. Avant ça, j’avais pratiqué d’autres sports : basket-ball, handball, football, athlétisme, karaté, judo… Mais quand j’ai découvert la savate, je me suis accroché. »

    Mohamed Diaby avait un exemple tout trouvé dans le voisinage : « Je voulais devenir champion du monde comme un ancien pensionnaire du club, Alain Zankifo. Il a été plusieurs fois champion du monde en boxe française. En plus, il habitait dans le même immeuble que moi, deux étages en-dessous ! »

    Le 5 novembre 2011, Mohamed Diaby a imité son modèle : il est devenu champion du monde séniors. Une consécration pour celui qui collectionne les trophées en boxe française, kick-boxing, full contact, depuis son titre mondial juniors 2003, en savate.

    Tourné vers le Mali depuis 2004

    Mohamed Diaby recevant son trophée de champion du monde de savate. lile-saint-denis.fr

    Dès 2004, Mohamed Diaby élabore pourtant un autre projet. « Je voulais relever un challenge : porter les couleurs du Mali. Là-bas, ils n’ont pas les mêmes atouts en termes de formation et d’infrastructures. J’ai décidé de profiter des apports du sport français pour y développer la boxe. »

    Le fils d’immigré conserve un excellent souvenir du Mali. « Mes parents m’y ont emmené quand j’étais très jeune, se souvient-il. D’abord à Bamako, puis dans un village, dans la région de Kayes. Deux univers différents. J’y suis retourné régulièrement. Je vais voir mes cousins avec qui j’ai gardé de très bons contacts ».

    En revanche, Mohamed Diaby est loin d’avoir été accueilli à bras ouverts par les dirigeants du sport malien. « Ça n’a pas été évident au début, résume-t-il. Pendant longtemps, ma sœur Aïdara Diaby Madioula et moi, on s’est battus pour établir des contacts. […] Je me suis rendu plusieurs fois au Mali pour rencontrer les dirigeants du Cnosm ou de la Fédération de boxe. J’étais tout jeune mais je pensais déjà aux Jeux. »

    Les JO 2008 passent et les choses avancent très lentement. C’est une prise de contact avec Pierre Diakité, journaliste respecté et décédé en 2006, qui fait bouger les choses. Le frère de Pierre Diakité, Raoul Diakité, dirigeant à la FMB, aide le champion dans ses démarches. Elles aboutissent en août 2011, quelques semaines avant les Championnats du monde amateur à Bakou.

    La médaille en mire

    En Azerbaïdjan, Mohamed Diaby tente de décrocher sa qualification pour les JO 2012 mais il est éliminé dès le premier tour. Une désillusion. Le Franco-Malien ne doute pas pour autant de sa reconversion. Mieux : du couac azerbaïdjanais et de Casablanca, il retire un enseignement majeur. « En anglaise, il faut surtout boxer pour les juges et être précis, analyse-t-il. Ils vous notent avec la scoring-machine. Il faut montrer qu’on touche sans être touché. »

    Mohamed Diaby espère profiter de ses courtes expériences. « Je vise une médaille comme tout sportif. Je ne vais pas partir perdant. J’ai vraiment envie d’atteindre les demi-finales. Je sais que ça va être difficile. Aux Jeux olympiques, tous les boxeurs sont déterminés. C’est le summum de la boxe mondiale », savoure-t-il, les pieds désormais sur terre mais l’esprit tourné vers Londres, patrie du noble art.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.