GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    JO 2012 : René Kouassi, flèche d’ivoire et mental de fer

    media L'Ivoirien René Kouassi. africanarchery.org

    A 32 ans, René Kouassi s’apprête à disputer les Jeux Olympiques 2012. A Londres, le Franco-Ivoirien sera le premier Ouest-Africain à participer aux JO en tir à l’arc. C’est un exploit, car le champion d’Afrique 2012 a commencé la pratique en 2008 seulement. Et il a connu bien des galères durant sa préparation.

    Les histoires d’amour finissent mal, en général, paraît-il. C’est pourtant l’inverse qui s’est produit entre René Kouassi et le tir à l’arc. Tout a commencé début 2008 avec un grave accident de voiture. Le Franco-Ivoirien est gravement blessé. Celui qui vit dans la banlieue d'Angers doit suivre une longue rééducation. « On m’a alors conseillé de faire un sport pour me muscler le dos, explique-t-il. On m’a proposé la natation ou le tir à l’arc. Je me suis orienté vers le tir parce que je trouvais ça sympa et que j’en avais fait au lycée. Ça m’a plu très rapidement ».

    Le tir à l’arc devient même une bouffée d’oxygène durant sa pénibleannée de convalescence. « C’est un sport où il faut être détendu, faire le vide, prendre sur soi, ressentir ce qui se passe. Ça m’a beaucoup aidé pour me reconstruire physiquement et psychologiquement ».

    Le dossier RFI avant les JO

    Très vite, René Kouassi présente des dispositions. Titres régionaux, progression aux Championnats de France, l’Angevin s’améliore, commence à voyager. Aux Championnats d’Europe en salle 2010 en Croatie, il entend parler d’une Fédération ivoirienne (Fivta). Celui qui est né à Adzopé et a vécu jusqu’à 14 ans à Youpougon prend alors contact avec Essis Mi-Carême Moïse, le président de la Fivta.

    Champion d’Afrique 2012

    René Kouassi découvre une toute petite fédération avec peu de moyens, une organisation balbutiante. Mais peu importe : l’athlète d’origine attié se prend au jeu et se place sous les couleurs ivoiriennes.

    Aux Championnats du monde 2011 à Turin, René Kouassi dépasse le minima olympique requis. Mais c’est aux Championnats d’Afrique, en mars 2012 à Rabat, qu’il décroche sa qualification. Face à lui, une escouade égyptienne se dresse. Pourtant, l’ancien Abidjanais s’étonne lui-même durant le concours individuel. « A chaque fois que je  battais un Egyptien, je trouvais ça irréel. A la fin, il restait Ibrahim Sabry, champion olympique de la jeunesse 2010. Il était stressé, mais je ne l’avais pas compris. Quand sa flèche a échoué hors de la zone de réussite, j’ai cru qu’il l’avait fait exprès ! »

    René Kouassi réussit alors un double exploit avec un premier sacre continental pour un Ivoirien et une première qualification aux JO pour un archer ouest-africain. « C’est lorsque j’ai reçu les félicitations des délégations que j’ai compris. C’était énorme ! J’avais les jambes qui faiblissaient, des frissons. Je me suis senti champion d’Afrique et qualifié pour les Jeux. »

    Une préparation galère

    La suite n’a pourtant rien d’un conte de fée. René Kouassi rentre en Côte d’Ivoire mais l’accueil est loin d’être triomphal. Le tir à l’arc, sport onéreux et méconnu, n’attire pas les foules. Peu aidé dans ses démarches pour les JO, le pensionnaire du Montreuil-Juigné Tir à l'Arc tente d'obtenir de l'aide auprès de la Fivta et du ministère des Sports, de se faire reconnaître auprès des médias. « Quand ton sport est considéré comme un sport mineur, c’est catastrophique, grimace-t-il. Tu as du mal à te faire comprendre. Tu  es le seul à pouvoir justifier tes besoins financiers et matériels ».

    De retour en France, le champion d’Afrique s’isole et s’entraîne d’arrache-pied dans son coin. « Depuis que je me prépare pour les Jeux, je ne suis plus disponible pour mes amis. J’ai juste des contacts avec des amis très proches, une partie de la famille. Je suis devenu plus solitaire et casanier. »

    René Kouassi lors des Championnats de France. René Kouassi

    Autre souci majeur, René Kouassi doit mettre ses activités professionnelles entre parenthèses. Peu subventionné, il prend à sa charge la majeure partie des frais de préparation : « C’est très très difficile. Je paie mon matériel, je fais plein de petites formations, de déplacements pour améliorer mon niveau. Ma femme et ma fille font de gros sacrifices. Je remercie ma concubine qui est vraiment extraordinaire par rapport à cette situation. »

    Pour sa femme et sa fille

    René Kouassi est parfois las de tous ces efforts : « Deux mois après les Championnats d’Afrique, j’ai songé à renoncer. Je suis très motivé, fonceur par nature. Mais je ne me sentais pas au niveau des athlètes qui se préparent en Europe. »

    Le soutien de son entourage et les conseils de Tom Dielen, le secrétaire général de la World archey, l’aident pourtant à franchir le cap. La Fédération internationale lui trouve du matériel. Et la Fivta se montre plus coopérative. L’athlète reprend donc courage. « Je ne me vois plus renoncer maintenant, souffle-t-il. Je fais tout ça pour ma famille aussi. Ma femme a fait de gros sacrifices et je n’ai pas vu ma fille pendant un petit moment à cause de mes stages de préparation. Je n’ai pas envie de lui dire plus tard que j’ai renoncé aux Jeux ».

    René Kouassi songe déjà (un peu) aux JO 2016 à Rio et à créer sa propre écurie d’archers, un jour, en Côte d’Ivoire. Mais pour l’heure, il pense aux JO 2012 : « Lors de la cérémonie des Championnats d’Afrique à Rabat, j’avais déjà les larmes aux yeux. Alors aux Jeux, pendant le défilé, je vais être intimidé. Ça va être terrible ! Ça va être une superbe expérience émotionnellement ! » A Londres, l’Ivoirien aura du mal à conserver tout le calme requis lors du concours. Mais il a connu des moments franchement plus désagréables ces quatre dernières années.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.