GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    FIFA : les pots de vin de Havelange et Teixeira confirmés

    media

    La Fédération internationale de football a publié des documents qui enfoncent son ancien président Joao Havelange et son ancien vice-président Ricardo Teixeira. Il s’agit des attendus de la Cour suprême suisse démontrant que les deux dirigeants brésiliens ont touché des commissions de plusieurs millions d’euros de la part de la société de marketing ISL.

     

    Après avoir longtemps nié l’évidence, la FIFA a procédé à une volte-face spectaculaire en publiant une série de documents qui confirment la corruption à grande échelle pratiquée par deux de ses plus influents dirigeants : Joao Havelange, qui fut son président de 1974 à 1998, et son ancien gendre Ricardo Teixeira, brésilien comme lui, membre jusqu’en mars dernier du comité exécutif de la FIFA. La Cour suprême suisse ayant décidé d’ouvrir à la presse les attendus du procès initié par la FIFA à l’encontre de la société de marketing ISL, la Fédération internationale de football les a rendus publics.

    Ils se révèlent accablants pour les deux dirigeants brésiliens, qui avaient réussi il y a deux ans à faire classer l’enquête. Il a fallu la publication par la BBC d’un document confidentiel énumérant une série de versements reçus par des hauts dirigeants de la FIFA de la part d’ISL pour que l’enquête soit relancée, cette fois avec le soutien de la FIFA.

    La FIFA savait

    Les conclusions de la justice suisse indiquent que les deux hauts dirigeants brésiliens avaient reçu d’énormes commissions de la part d’ISL, qui avait obtenu les droits marketing des Coupes du monde de la part de Joao Havelange jusqu’à sa faillite en 2001. L’enquête a démontré que Ricardo Teixeira a touché l’équivalent de 10.6 M€ entre 1992 et 1997 alors que Joao Havelange a reçu un versement d’environ 1.24 M€ en 1997. Des commissions illégales car elles n’avaient pas été déclarées à la FIFA et qu’elles ont permis un enrichissement des deux dirigeants. Le successeur de Joao Havelange, le Suisse Joseph Blatter, longtemps lié à l’ancien président de la FIFA en tant que secrétaire général, a tenu à se démarquer ces dernières années. Il s’est dit satisfait de constater que les attendus de la Cour suprême confirment qu’il n’est nullement impliqué dans cette affaire. Cela dit, il apparaît clairement que la FIFA connaissait ces agissements qu'elle avait un temps tenté de justifier.

    Devançant cette conclusion attendue, les deux dirigeants corrompus avaient dû quitter progressivement les instances sportives. Joao Havelange, âgé de 96 ans, avaient dû démissionner du Comité international olympique (CIO) en décembre dernier. Agé de 64 ans, Ricardo Teixeira, son ancien gendre qui rêvait encore récemment de prendre la succession de Joseph Blatter à la tête de la FIFA, a de son côté démissionné le 12 mars dernier de la Confédération brésilienne de football qu’il présidait depuis 1989. Dans la foulée, il avait dû renoncer aussi à ses fonctions de président du Comité d’organisation de la Coupe du monde 2014, où il était de plus en plus isolé en raison de l’hostilité à son égard de la part de la présidente du Brésil, Dilma Roussef. Trois jours plus tard, il quittait le comité exécutif de la FIFA, où il occupait une des vice-présidences, arguant, comme Havelange, des « raisons de santé ».

    La publication de ces pièces constitue une victoire morale pour ceux qui dénonçaient depuis des années la corruption au sein de la FIFA. Victoire morale, car aucune poursuite personnelle ne sera engagé à l’encontre des deux dirigeants fautifs. La transparence a encore des progrès à faire au sommet du football mondial.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.