GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Et de deux pour Thomas Voeckler

    media

    Entre Pau et Bagnères-de-Luchon mercredi 18 juillet, Thomas Voeckler (Europcar) s’offre une deuxième étape dans le Tour 2012. Le coureur de la formation Europcar gagne la première grande étape des Pyrénées qui comptait 4 cols mythiques dont deux hors catégories, l’Aubisque et le Tourmalet. Bradley Wiggins n’a rien cédé et reste en jaune, alors que Cadel Evans a une nouvelle fois perdu du temps.

    De notre envoyé spécial sur le Tour de France,

    Encore une. Thomas Voeckler qui avait assez mal débuté la Grande Boucle, se rattrape pour la deuxième fois après avoir remporté l’étape qui arrivait à Bellegarde-sur-Valserine (mercredi 11 juillet). Ce succès à Bagnères-de-Luchon lui permet d’endosser à nouveau le maillot de meilleur grimpeur. Ses deux victoires ont été obtenues après une journée de repos. Le Français est passé en tête des quatre cols du jour. « Chaque col était une course pour moi, et aujourd’hui j’ai passé toutes les difficultés en tête et j’en suis fier », avoue le coureur. Thomas Voeckler faisait partie d’une échappée de 38 coureurs qui s'étaient formée très tôt dans la journée.

    Le calvaire de Cadel Evans

    George Hinvcapie et Cadel Evans après avoir passé la ligne d'arrivée à Bagnères-de-Luchon, le 18 juillet 2012. REUTERS/Bogdan Cristel

    Si la journée a souri au coureur de l’équipe Europcar, ce fut un nouveau cauchemar pour le vainqueur sortant, Cadel Evans. Aujourd’hui, l’Australien n’avait pas de clous dans les jantes, mais rien non plus dans les jambes. Il a été distancé dans le Col d’ Aspin (avant-dernière difficulté). Le leader de l'équipe BMC est désormais pointé à la 7e place du classement général. Hier pendant l’étape de repos, il avait pourtant annoncé  : « Je vais tout faire pour au moins monter sur le podium ». Loin de toute sollicitations, le coureur de l’équipe BMC avait passé une journée de repos au calme. « Finalement, il y a aussi des avantages à être quatrième au général, loin de toutes les attentions », avait déclaré l’Australien.

    Le retour de Brice Feillu

    Le calme, c’est justement ce qu’a trop connu Brice Feillu depuis son exploit dans le Tour de France en 2009, lors de l’étape entre Barcelone et Andorre-Arcalis. Depuis, le coureur de l’équipe Saur-Sojasun a du mal à exister. « Si on fait le bilan, je n’ai pas fait grand chose depuis le début du Tour », nous avait-il déclaré. Il avait ajouté : « Il faut que j’aille de l’avant, il faut que je provoque un résultat même si les jambes ne sont pas vraiment là ». Brice Feillu ne croyait pas si bien dire puisqu’il a passé le Tourmalet et l’Aspin en deuxième position derrière Thomas Voeckler. Pas encore dans le coup, il sera distancé dans la dernière descente. « C'est foutu pour le général et il fallait que j'aille chercher une étape. Je suis très déçu mais je ne lâche rien », confie Brice Feillu.

    Bradley Wiggins ne lâche rien

    Vincenzo Nibali a bien tenter d'attaquer Bradley Wiggins, mais en vain, le 18 juillet 2012. REUTERS/Stephane Mahe
    A Pau, Bradley Wiggins n’a peut-être pas gouté à la poule au pot, le plat préféré d’Henri IV, mais sa majesté « Wiggo » a sûrement eu le loisir de prendre un bon repos hier. Lui et son train bleu n’ont jamais été mis en difficulté durant cette journée censée bousculer les choses. Avec un Cadel Evans en-dessous et un Vincenzo Nibali en mal d’inspiration, Sky a encore passé une bonne journée.

    Christopher Froome s'est chargé de ramener à la raison l'Italien dans la dernière difficulté. Vincenzo Nibali a tenté d'attaquer le maillot jaune à deux reprises. Dans les derniers hectomètres du col de Peyresourde, Bradley Wiggins en personne a fait plier le Sicilien.

    Demain, la dernière journée dans les Pyrénées pourrait encore sourire à un coureur français. Quant au classement général, il risque désormais d’être figé jusqu’à Paris.

    Le classement de l'étape et le général

    tour de france 2012 : résultats, analyses et reportages

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.