GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Alejandro Valverde, le retour d'un banni

    media

    Entre Bagnères-de-Luchon et Peyragudes, Alejandro Valverde (Movistar), s’est offert une quatrième victoire dans un Tour de France jeudi 19 juillet. Loin au classement général, il s’impose donc après avoir subi une suspension de 18 mois (2010-2011) et un bon début de saison. Bradley Wiggins reste en jaune alors que son coéquipier Christopher Froome avait la victoire d'étape dans les jambes.

    De notre envoyé spécial sur le Tour de France,

    Le Tour de France aime la rédemption. Après dix-huit mois de suspension et un retour début 2012, Alejandro Valverde a réussi à s’imposer sur la plus grande course du monde. « Je suis content d’être au Tour et d’effacer ce passé. L’équipe a fait du grand travail et je la remercie. C’est une victoire spéciale et je suis très content de m’imposer à nouveau dans ce peloton », a déclaré le coureur, après avoir versé quelques larmes lors de l’arrivée.

    Alejandro Valverde s'envole seul vers la victoire d'étape, le 19 juillet 2012. REUTERS/Stephane Mahe

    Parti dans la première échappée de la journée constituée dans le col de Menté (kilomètre 27), Alejandro Valverde (Movistar) a souvent été en difficulté avant de faire la différence dans l'avant-dernière ascension du jour, le port de Balès. Seul à 36 kilomètres du but, le Murcien a su résister au retour du peloton et en particulier au duo Froome-Wiggins pour remporter son deuxième succès d'étape sur le Tour, après celui de Courchevel en 2005.

    Tombé trois fois en deux jours lors de la première semaine, le coureur n’avait plus rien à espérer au classement général. « J'ai perdu plus de deux minutes à Metz, j'ai eu une crevaison avant un col...», a expliqué Valverde. « J'ai l'impression que le Tour n'est pas ma course du tout et surtout ce Tour », a-t-il ajouté. Il s’était donc convaincu de repartir avec au moins une victoire d’étape. Il retournera en Espagne avec le sentiment du devoir accompli.

    Christopher Froome intenable...enfin presque

    Christopher Froome et Bradley Wiggins lors de l'étape entre Bagnères-de-Luchon et Peyragudes, Le 19 juillet 2012. REUTERS/Stephane Mahe

    Aujourd’hui, dans un final qui a tourné au comique, si ce n’est au pathétique, Christopher Froome (Sky) était encore une fois en ballade. Dans les deux derniers kilomètres, le train imposé par Froome a fait très mal aux jambes de Bradley Wiggins. Le maillot jaune a avoué : « En montagne, il est plus fort que moi ». Il a ajouté : « C’est évident qu’il est mieux dans mon équipe qu’ailleurs, il est vraiment très fort. » Ce que Christopher Froome nous a fait comprendre avec des gestes démonstratifs, en se tapant sur la cuisse ou en faisant des signes de ralliement à son leader.

    Dans quelques années, quand on refera l’histoire du Tour 2012, il faudra sûrement s’arrêter sur cette 17e étape. Si Bradley Wiggins avait laissé s’exprimer le talent de Froome, le coureur né au Kenya aurait assurément gagné une deuxième fois (après la Planche des Belles Filles). Mais il fallait attendre Bradley Wiggins qui coinçait un peu dans le final. La fidélité de Froome à Wiggins a sauvé la mise à Alejandro Valverde dans l'ascension finale. « Aujourd'hui, il fallait protéger le maillot jaune. Toute l'équipe s'est sacrifiée et je n'ai fait que mon travail. J'ai 27 ans et j'espère qu'un jour le Tour de France sera pour moi. Je ne pensais pas faire une telle course au départ, il y a trois semaines », a confié Christopher Froome.

    Mais le maillot jaune était loin d'être en réelle difficulté. Tous les autres leaders, notamment Vincenzo Nibali (Liquigas) et Jurgen Van den Broeck (Lotto-Belisol), n'avaient pas réussi à suivre le duo anglais. Plus fort que tous les autres, Wiggins était simplement un peu fatigué.

    Il ne reste plus que quelques jours avant de voir un Bradley Wiggins entrer dans l’Histoire du Tour. Pour la première fois, un Britannique devrait gagner la Grande Boucle.

    Le classement de l'étape et le général

    tour de france 2012 : résultats, analyses et reportages

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.