GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    JO 2012: les puissances économiques se partagent encore l’or olympique

    media L'Américain Michael Phelps, le nageur le plus titré de l'histoire avec 22 médailles olympiques. REUTERS/Tim Wimborne

    Avec 104 médailles dont 46 en or, les États-Unis ont largement dominé les Jeux olympiques de Londres. Comme tous les quatre ans, la fête olympique réussit aux nations les plus riches. La Chine et la Grande-Bretagne montent sur le podium. Mais des nations qui ont consacré leurs moyens à une seule discipline tirent tout de même leur épingle du jeu, comme la Jamaïque avec le sprint.

    Pour rendre le sport plus populaire, le baron Pierre de Coubertin, rénovateur des JO, pensait qu'il fallait l'internationaliser. Mais même au XXIe siècle, les grandes nations de sport sont aussi les plus riches. Les 30es Jeux olympiques de l’ère moderne ont vu les Etats-Unis régner en maître. Les Américains se classent en effet devant la Chine, qui termine avec 38 médailles d'or (premiers à Pékin en 2008) et la Grande-Bretagne (29 médailles d'or). Un total de 256 médailles pour les trois pays.

    « Les pays qui trustent les médailles, sont les plus importants de la planète »

    Le Britannique Mo Farah est devenu le sixième homme à réaliser le prestigieux doublé 5000 et 10 000 mètres à Londres. REUTERS/Phil Noble

    Selon Vincent Chaudel, économiste du sport au cabinet Kurt Salmon, certains facteurs économico-politiques influent sur le nombre de titres raflés par les athlètes. Les statistiques prennent en compte : le nombre d’habitants, le niveau de revenu moyen et le statut de pays organisateur. Des facteurs qui expliquent la réussite des nations les plus riches. « Les pays qui trustent les médailles, sont les pays les plus importants de la planète », explique Vincent Chaudel à RFI. « En terme d’économie, c’est important pour une nation de réussir les JO. Cela booste la consommation et c’est aussi un éclairage international qui peut permettre l’obtention de marchés internationaux », indique-t-il.

    Outre l’hégémonie américaine et les bons résultats chinois, qui sont expliqués par un soutien sans faille des autorités envers les disciplines olympiques, et une économie toujours en pleine croissance, les performances européennes restent stables. Cinq pays européens sont classés parmi les dix nations les plus médaillées. Les pays européens font largement partie des trente nations qui se partagent la part du gâteau en remportant 80 % des médailles mises en jeu aux JO 2012. Actuellement, ce sont aussi les trente pays qui produisent 80 % du Produit intérieur brut (PIB) de la planète.

    Le Brésil est attendu en 2016

    Des supporters fêtent la victoire des Jamaïcains lors du 4x100 mètres, le 11 août 2012. EUTERS/Gilbert Bellamy

    L’Afrique du Sud et le Brésil qui sont considérés comme des pays émergents se classent respectivement à la 24e et 22e places avec trois médailles d'or chacun. Les Brésiliens qui organiseront les prochains Jeux olympiques (2016) pourraient intégrer les meilleures nations en termes de médailles sur leur propre terre. « Le Brésil a déjà enclenché sa formation pour 2016. Il devrait y avoir une montée en puissance », analyse Vincent Chaudel. Le lieu de la compétition a été choisi le 2 octobre 2009.

    Si la corrélation entre PIB et performance semble acquise, quelques exceptions font tout de même entorse à la règle. A commencer par la Jamaïque et son roi du sprint, Usain Bolt, qui totalise six médailles d’or depuis Pékin. « Un petit pays s’en sort en faisant des choix comme par exemple la Jamaïque avec les sprinteurs ». Il ajoute : « Cela, dans des sports où la dimension technologique n’est pas si importante mais plutôt lié au don naturel », précise Vincent Chaudel. « Le plus important, c’est de ne pas rater la détection ». Un travail que l'Afrique de l'Est accomplit depuis très longtemps avec les coureurs de fond.

    C’est aussi le cas du Kazakhstan (7 médailles d’or), dont le PIB par habitant ne cesse de croître (138 % en 20 ans) et qui obtient quatre médailles d’or en haltérophilie.

    L’appât du gain pour certaines nations

    L'Indien Sushil Kumar (en haut) et le Turque Ramazan Sahin lors d'un combat de lutte libre, le 12 août 2012. REUTERS/Suhaib Salem

    Mais il existe aussi une composante culturelle significative dans le succès olympique. En atteste les performances assez médiocres de l’Inde, qui compte pourtant plus d'un milliard d'habitants et qui brille par le cricket, un sport non olympique (2 médailles d'argent et 4 en bronze). « L’Inde n’a pas une culture du sport très avancée. C’est certainement une histoire de religion et de castes », fait valoir Vincent Chaudel.

    D’autres pays tentent de se faire une place dans le rang des nations olympique en choisissant d’être généreux. Par exemple, l’Ouzbékistan prévoit de verser 811 000 euros à chaque médaillé d'or, l’Arménie en offre 700 000 et l’Azerbaïdjan 640 000, dont deux athlètes ont tiré le gros lot (lutte). Beaucoup moins fantasque, la France offre 50 000 euros à chaque médaillé d’or, pour la première fois soumis à l’impôt (11 médailles d'or). 

    Bien que l'essentiel soit de participer, les Jeux olympiques restent un reflet fidèle de la domination des pays riches sur les pays pauvres. Mais, comme l’affirme Vincent Chaudel : « Des champions, il peut y en voir partout. »

    Notre dossier spécial Londres 2012

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.