GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    JO 2012: la presse chinoise dénonce des erreurs d’arbitrage et de la discrimination

    media Le Chinois Cao Zhongrong lors du pentathlon moderne. REUTERS/Brian Snyder

    Après les responsables politiques, la presse en Chine félicite ce 14 août les athlètes chinois pour leur deuxième place aux Jeux olympiques 2012. Le bilan sportif de la délégation chinoise reflète « l’esprit du peuple chinois » affirme la lettre du gouvernement publié en Une du Quotidien du Peuple. Des félicitations mais aussi des reproches envers les organisateurs, accusés de discrimination. Un sondage paru dans la presse officielle affirme que les JO 2008 de Pékin étaient mieux que ceux de Londres.

    Voilà une deuxième place au classement des nations qui ne passe pas. Pas moins de 51 médailles d’or pour la Chine aux JO de 2008, et « seulement » 38 médailles d’or à Londres, le résultat n’a rien d’infamant, mais pour beaucoup ici ce tableau final serait lié à des « erreurs d’arbitrage » voire à de la « discrimination » à l’encontre de la délégation chinoise. 

    Favoritisme 

    C’est ce qui ressort de ce sondage publié par le Global Times. Intitulée « Pékin c’était mieux », l’enquête a été réalisée auprès de 1 700 personnes dans quinze villes et provinces de Chine entre le 8 et le 13 août : 85% des sondés estiment que « les Jeux de Londres ont clairement porté préjudice aux athlètes chinois ».

    Les internautes ont tout noté et ressortent aujourd’hui leurs très nombreux dossiers. La médaille d’argent du roi des anneaux Chen Yibing par exemple, arrivé à un cheveu derrière le Brésilien Arthur Zanetti. « Favoritisme » clament en cœur les internautes, la vidéo sur le gymnaste chinois dénonçant la discrimination supposée affichait ce matin 700 000 vues sur Youku.

    La Chinoise Ye Shiwen au coeur de la polémique durant les JO 2012. REUTERS/David Gray

    On se repasse en boucle aussi ce drapeau chinois placé en-dessous du drapeau sud-coréen, alors que la Chine et la Corée Sud avaient remporté le même nombre de médailles d’argent le 31 juillet dernier. On n’a pas digéré enfin les soupçons de dopage à l’encontre de Ye Shiwen, championne olympique à 16 ans du 400 m quatre nages avec un record du monde à la clé.

    Fairplay

    Les athlètes ne sont d’ailleurs pas les seuls à se plaindre. Dès les premiers jours des festivités, les journalistes chinois ont entendu une annonce en mandarin les empêchant de filmer les personnels du centre de presse des JO sans demander l’autorisation préalable. Les organisateurs anglais ont depuis présenté leurs excuses affirme l’agence Chine Nouvelle.

    Ce sentiment de discrimination est largement repris sur les réseaux sociaux et si certains internautes saluent la créativité et l’humour de la cérémonie d’ouverture, d’autres affirment s’être ennuyés en raison des « problèmes d’arbitrage ». « Les Jeux de Londres étaient aussi barbants que de s’amuser à prendre des virages assis sur le siège des WC » lit-on ainsi sur l’un des commentaires relevés par le ChinaSMACK.

    La critique est aussi constructive

    Le China Daily destiné à un lectorat anglophone reprend à son compte la devise de Pierre de Coubertin soulignant que « le voyage est plus important que la destination » et estimant que le sport peut servir d’inspiration au débat d’idées.

    De nombreux commentateurs sur le web ont ainsi critiqué à l’occasion de ces Olympiades, la pression mise sur les athlètes en Chine. La compétition ne doit pas primer sur tout, ont rappelé les internautes lorsqu’ils ont appris que la plongeuse et médaillée d’or Wu Minxia n’avait pas été informée de la mort de ses grands-parents ni du cancer qui rongeait sa mère. Ses entraîneurs craignaient que cela nuise à ses performances.

    Notre dossier spécial Londres 2012

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.