GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Sports

    RDC : participation historique aux Paralympiques

    media La Congolaise Dedeline Mibamba.

    Pour la première fois, la RD Congo participe aux Jeux paralympiques. A Londres, la RDC a envoyé deux sportifs : Dedeline Mibamba et Levy Kitambala. Cette expérience doit servir de base pour les prochaines compétitions handisports et participer à la valorisation des personnes handicapées.

    « J’ai de la joie parce que c’est la toute première fois que les handicapés congolais peuvent participer aux Jeux paralympiques. Il faut que nous soyons conscients que nous sommes comme tout le monde, que nous pratiquons tous les sports que les valides pratiquent ! », s’enthousiasme Dedeline Mibamba. Cette athlète de 30 ans pratique la course en fauteuil roulant depuis deux ans en République démocratique du Congo et s’alignera sur 1.500m lors des Paralympiques (29 août-9 septembre, à Londres) – les premiers où son pays concourt.

     
    La délégation compte deux sportifs : Dedeline Mibamba et Levy Kitambala, 34 ans, qui s’entraîne au lancer du disque et du javelot depuis quatre ans. « Comme c’est une première expérience, on a jugé bon d’envoyer deux athlètes, confie Amos Mbayo Kitenge, président du Comité olympique congolais (COC). C’est une phase de lancement pour acquérir de l’expérience. Ici, sur place, on ne savait pas comment les préparer. On a préféré les envoyer dans un stage de plus ou moins un mois pour qu’ils essaient de s’approprier le matériel. »
     
    Tensions concernant les conditions d’entraînement

    Ils sont arrivés en Angleterre peu avant les JO (27 juillet-12 août) pour s’entraîner dans un camp à Bedford, au nord de Londres. Mais très vite une crise a éclaté. Dedeline Mibamba et Levy Kitambala ont réclamé de meilleures conditions d’entraînement et plus que les 2.000 euros de prime qui, selon le COC, leur avaient été donnés. « On a dépêché une délégation sur place. Elle s’est entretenue avec les athlètes, ils ont regretté et dit dans les médias qu’ils avaient été induits en erreur », résume Amos Mbayo Kitenge.
     
    Désormais, « tout va bien », affirme Dedeline Mibamba. « Pour le matériel, tout a été prévu dans le camp d’entraînement. Le malentendu a été dissipé », insiste son entraîneur Robert Dikazolele, également cadre du Comité paralympique. « On travaille dans de bonnes conditions, ajoute Levy Kitambala. Le problème est réglé, on nous a donné un petit rien pour acheter le matériel, les équipements... » La Fédération nationale des personnes vivant avec handicap du Congo (Fenaphaco), qui s’est « beaucoup battue » pour que les athlètes partent, juge pour sa part que la situation n’est réglée qu’« à moitié ».
     
    Un combat pour la reconnaissance des personnes handicapées en RDC

    Reste que la Fédération salue l’envoi de cette délégation historique, qui doit suivre une préparation « pré-Jeux » dans la capitale anglaise. « C’est une réponse par rapport au combat que nous sommes en train de mener : la reconnaissance et la revalorisation des droits des personnes vivant avec handicap », estimées à quelque 9 millions de Congolais – sur un total de 68 millions – qui souffrent de la marginalisation au quotidien, commente Me Patrick Pindu, coordinateur de la Fenaphaco.
     
    « Qu’ils ne soient pas complexés, qu’ils pratiquent le sport, renchérit avec ferveur Levy Kitambala. C’est bon pour eux, et pour l’avenir du pays ! » Mais le problème n’est pas tant le complexe que le manque de « matériel pour que nous puissions bien faire du sport », regrette Dedeline Mibamba. Au regard de cette précarité, le COC n’attend pas de médaille. Il espère, en revanche, que les sportifs rentreront en RDC – une allusion aux trois cadres congolais (boxe, judo, athlétisme) portés disparus depuis la fin des JO. Mêmes espoirs à la Fenaphaco. « Selon leur comportement, précise Me Pindu, je crois que le gouvernement pourra rendre disponibles 5 à 8 places pour les JO de 2016. »
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.