Mondiaux de Karaté : le Béninois Damien Dovy fait ses adieux - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute 7 milliards de voisins

 

  1. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  2. 10:30 TU Journal
  3. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  4. 11:00 TU Journal
  5. 11:15 TU Sessions d'information
  6. 11:30 TU Journal
  7. 11:33 TU Sessions d'information
  8. 12:00 TU Journal
  9. 12:10 TU Sessions d'information
  10. 12:30 TU Journal
  11. 12:33 TU Sessions d'information
  12. 12:40 TU Grand reportage
  13. 13:00 TU Journal
  14. 13:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  15. 13:30 TU Journal
  16. 13:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  17. 14:00 TU Journal
  18. 14:10 TU Autour de la question
  19. 14:30 TU Journal
  20. 14:33 TU Autour de la question
  21. 15:00 TU Journal
  22. 15:10 TU Radio foot internationale
  23. 15:30 TU Journal
  24. 15:33 TU Radio foot internationale
  25. 16:00 TU Journal
  1. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  2. 10:30 TU Journal
  3. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  4. 11:00 TU Journal
  5. 11:15 TU Sessions d'information
  6. 11:30 TU Journal
  7. 11:33 TU Sessions d'information
  8. 12:00 TU Journal
  9. 12:10 TU Grand reportage
  10. 12:30 TU Sessions d'information
  11. 13:00 TU Journal
  12. 13:10 TU Sessions d'information
  13. 13:30 TU Journal
  14. 13:33 TU Danse des mots
  15. 14:00 TU Journal
  16. 14:10 TU Autour de la question
  17. 14:30 TU Journal
  18. 14:33 TU Autour de la question
  19. 15:00 TU Journal
  20. 15:10 TU Radio foot internationale
  21. 15:30 TU Journal
  22. 15:33 TU Radio foot internationale
  23. 16:00 TU Journal
  24. 16:10 TU Sessions d'information
  25. 16:30 TU Journal

Dernières infos

fermer

Sports

Championnat du monde de karaté 2012 France karaté Sports

Mondiaux de Karaté : le Béninois Damien Dovy fait ses adieux

media

Damien Dovy, karatéka béninois, a disputé sa dernière compétition lors des Championnats du Monde de karaté au Palais Omnisport de Paris-Bercy ce jeudi 22 novembre. Après 24 années d’une carrière qui l’aura mené au gré des succès de l’équipe de France à celle du Bénin, l’athlète tire sa révérence. Et avec seule une conviction en tête : le pouvoir du travail.

Par Antoine Grognet à Paris-Bercy,

C’est un peu l’OVNI de la compétition. L’histoire que l’on ne peut pas résumer d’une carrière au long cours. Damien Dovy, 46 ans, était certainement le plus âgé des athlètes présents lors de ce Mondial de karaté. Finalement, son parcours s’est arrêté au troisième tour par un combat perdu de justesse (1-0) face au Turc Kemaloglu. « C’est un prétendant au podium, il peut même aller en finale » concède Damien Dovy, tout de même déçu de terminer ainsi.

Toujours compétiteur à 46 ans

« Il y a vingt ans d’écart entre lui et moi, je préfère tomber les armes à la main contre un favori », assure-t-il, avec la satisfaction d’avoir pu rivaliser avec les meilleurs karatékas mondiaux. Alors au moment de mettre un point final à une carrière exceptionnellement longue, le Béninois se devait de participer à ces Mondiaux avec une motivation exemplaire : « j’avais la volonté de montrer qu’à 46 ans, on peut toujours être au niveau des meilleurs avec de la volonté et du travail ». Une valeur d’exemplarité que le karatéka véhicule depuis toujours.

Dans une première vie d’athlète, Damien Dovy a connu les sélections en équipe de France. Dès 1988, il combattait sous le drapeau tricolore. Et ce avec succès puisqu’il obtient dès 1989 le titre mondial des moins de 60 kilos. A 34 ans, après une première retraite, il décide à nouveau de fouler les tatamis, mais sous les couleurs béninoises. « Ça s’est fait naturellement. Je vivais en Suède, j’étais déjà expatrié. Une visite au pays et l’idée a germé », raconte l’athlète. Le Bénin en a profité à deux reprises puisque qu’il a obtenu une troisième place mondiale (2000) et un titre suprême (2002).

« Il faut savoir s’arrêter »

Avec une carrière bien remplie, couronnée en tout de six médailles d’or dans des championnats du monde, on pourrait penser que le rideau est difficile à tirer. Surtout pour un athlète redevenu champion du monde à l’âge de 36 ans, champion d’Afrique à 42, et qui a continué à combattre pour l’amour de l’art. Mais comme il le dit lui-même en souriant : « Il faut savoir s’arrêter. » A 46 ans, le plaisir aura largement duré. Et surtout, il y a d’autres projets, d’autres vies à vivre après la compétition. Mais toujours dans le karaté.

D’abord comme entraîneur. A Lyon, il encadre des combattants de très haut niveau parmi lesquels Tiffany Fanjat, membre de l’équipe de France Combat. Mais également pour le Bénin, avec l’envie de mettre son esprit de compétition au service du karaté béninois. « Maintenant que je ne suis plus compétiteur, je vais essayer d’encadrer un peu. Penser à la logistique, parce que c’est plus dur pour les Africains. » L’ambition du compétiteur : aider les plus jeunes qui constituent l’avenir du karaté béninois. « Avec mon parcours, je peux les aider à vivre des expériences incroyables, et je trouve que c’est bien », conclut Damien Dovy.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.