GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Mondiaux de Karaté : des Françaises en or

    media Lolita Dona, championne du monde dans la catégorie des moins de 61 kilos, le 24 novembre 2012. Denis Boulanger / FFKDA

    La France a frappé un grand coup ce samedi 24 novembre lors des Mondiaux de karaté avec quatre médailles d’or pour le clan féminin en moins de 50 kg, -55 kg, -61 kg et plus de 68 kg. Alexandra Recchia, Lucie Ignace, Lolita Dona et Nadège Ait Ibrahim ont remporté l’or. La France a d’ores et déjà réussi son pari : marquer de son empreinte ses championnats du monde à domicile.

    Envoyé spécial à Paris-Bercy,

    Si le public est venu en nombre ce samedi pour faire la claque à Bercy, il sera reparti le cœur léger. Dans un sport trop confidentiel, les Françaises ont réussi l’exploit de rapporter quatre médailles d’or pour cette première journée de finale.

    « Le karaté c’est toute ma vie »

    La première à avoir régalé le Palais Omnisport de Paris-Bercy se nomme Alexandra Recchia. Championne du monde par équipe en 2010 à Belgrade, la Française est allée au bout de son rêve. Elle s'impose 8 à 1 contre la tenante du titre, la Chinoise Li Hong, dans la catégorie des -50 kg. Emue, devant un parterre de journalistes, Alexandra Recchia n’a pas fait dans la langue de bois.

    « J’en ai tellement « chié » tout l’été, toute l’année, avec les blessures et les dépressions successives que je ne réalise pas ce qui m’arrive. Je suis encore dans mon combat. C’est magnifique, c’est magique. Ca fait des années que je travaille et tout cela à été long à venir. On s’en est mis plein la gueule à l’entraînement et cela a fini par payer (sic) ». Elle ajoute : « Le karaté, c’est toute ma vie. C’est un rêve que je réalise ». Demain, Alexandra pourrait ajouter une deuxième breloque à son cou avec le combat par équipe. « Ce serait le plus beau week-end de ma vie », le visage ruisselant de larmes de joie.

    Lucie Ignace, championne du monde dans la catégorie des moins de 55 kilos. Denis Boulanger / FFKDA

    Un week-end qui commence aussi très bien pour la jeune Lucie Ignace que le public réunionnais a ovationné depuis le début de ces mondiaux. « J’ai plus de voix, je viens de crier comme une folle avec le public. J’ai été portée par eux pendant tout le combat et je les remercie. Merci aussi à mon père qui n’arrête de pleurer, à la Réunion, et à mon entraîneur ». A 19 ans, Lucie Ignace remporte l’or pour sa première participation à des Mondiaux.

    « A Bercy c’était magique »

    Loin d’être une jeunette sur le circuit, Lolita Dona a tout donné face à la Tunisienne Boutheina Hasnaoui pour enfin conquérir le titre qui lui manquait. Championne du monde par équipe et championne d’Europe, elle voulait ce titre individuel pour consacrer une carrière déjà bien remplie. Pourtant, la Tunisienne était bien décidée à priver la Française en prenant l’ascendant dès le début du combat. Mais la Bleue a surpris son adversaire sur un balayage et récolte trois points précieux avant de gérer parfaitement la suite. L’échec de Belgrade en 2010 est digéré (vice-championne du monde). « A Bercy c’était magique. Je suis comblée, heureuse. Je ne pouvais pas rêver mieux. Je suis une femme de caractère et il faut me pousser à bout pour que je sorte le meilleur ».

    Nadège Ait Ibrahim est aussi allée au bout de son rêve. La vice-championne du monde de Belgrade a touché les étoiles. Pourtant, voilà deux jours que ce combat la hante face à la championne du monde italienne, Greta Vitelli. « C’est une revanche qui me tenait à cœur mais qui me faisait peur aussi », avoue la jeune femme à l’issue du combat. « J‘ai travaillé pour et je l’ai eue. Mentalement, c’était énorme. Je n’étais pas sûr de moi. Mais avec ce public, je me suis lâchée et je suis super contente ».

    Pour la quatrième fois depuis le début de la journée, la Marseillaise retentit dans l’enceinte de Bercy pour une Française. Le public chante, cri. Une vraie fête dans une atmosphère familiale. A domicile, la France a donc prouvé qu’elle était une grande nation de karaté. De quoi peut-être sortir de l’ombre définitivement grâce notamment à ces drôles de dames.

    Les autres médailles françaises du jour :

    Kenji Grillon est devenu champion du monde dans la catégorie des moins de 75 kilos. Il a battu le Japonais Ryutaro Araga.

    En kata, Sandy Scordo a remporté l’argent, tout comme Minh Dack qui s'est incliné lors de la finale face au Vénézuélien Diaz Antonio. Les deux concurrents ont présenté le même kata (suparimpaï) mais les juges ont préféré à l'unanimité (5-0) la prestation du Vénézuélien.

    À l'issue d'un combat très serré, Tiffany Fanjat a remporté la médaille de bronze des moins de 68 kg face à la Russe Inga Sheroziya.

    William Rolle a obtenu le bronze en moins de 67 kilos en battant l'italien Ciro Massa.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.