GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Législatives: le président afghan Ashraf Ghani invite la population à «sortir et voter»
    • Syrie: le groupe EI libère six des 27 otages de Soueida (OSDH)
    Sports

    En hiver, le cycliste remet les compteurs à zéro

    media

    Si le cyclisme sur route connaît son apogée pendant les trois semaines du Tour de France, c’est généralement en hiver que les fondamentaux se travaillent pour espérer briller pendant la saison. Adrien Petit, le routier sprinteur de l’équipe française Cofidis, nous explique comment il gère cette période de transition avant sa première course en Afrique.

    « Il me manque une victoire, voilà ce que je prépare pour la saison prochaine ». A l’aube de l‘année 2013, Adrien Petit affiche ses ambitions. Ce coureur de classique qui voue un culte aux pavés de Paris-Roubaix (28e en 2012), est déjà en pleine préparation. Pas étonnant lorsque l’on sait qu’en cyclisme, le travail hivernal est primordial. Médaillé de bronze lors des derniers championnats de France sur route, le coureur de l’équipe Cofidis, âgé de 22 ans, est sur le pied de guerre pour être au top en avril.

    Déjà sur le pont en décembre

    Adrien Petit a posé sa bicyclette le 7 octobre dernier au soir de la dernière classique de la saison : Paris-Tours (37e). Ensuite, il a pris quatre semaines de vacances. « J’ai profité de la piscine et de la mer. Je me suis même entraîné avec mon ancienne équipe de foot avec qui j’ai joué onze années. Pendant la saison, c’est évidemment impossible », explique le jeune homme.

    Ce qui est aussi également impossible pour lui, c’est de s'alimenter toute l’année comme il le souhaite. « On mange ce que l’on veut juste pendant les vacances. Ensuite, il faut faire attention. Il me reste le réveillon du 31 décembre pour en profiter un peu ». Même si entre l’hiver et son poids de forme il y a un écart de 5 kilos, Adrien Petit doit faire attention à ne pas trop grossir (1,88 m, 80 kilos). Ses premiers grands objectifs sont en début de saison.

    Adrien Petit a repris l’entraînement en douceur le 10 novembre dernier. « J’ai recommencé avec du VTT, du cyclo-cross et de la piste pendant deux semaines. Ensuite, je suis monté sur mon vélo de route pour des sorties de 2h30 maximum ».

    Les choses sérieuses ont débuté en Corse le 6 décembre, il était en stage avec son club. Sur les routes de l’île de Beauté -qui seront le théâtre du prochain Tour de France avec trois étapes-, Adrien Petit est passé à la vitesse supérieure. « Ceux qui préparent les grands Tours ont fait des sorties de 3 à 4 heures mais relativement tranquillement. Alors que moi, j’ai fait des sorties qui sont allées jusqu’à 6 heures en faisant entre 150 et 180 kilomètres. J'ai aussi travaillé l’intensité dans les cols ». A la fin de ce rassemblement (21 décembre), le coureur affichait déjà plus de 2 000 kilomètres au compteur.

    Première course de la saison en Afrique

    Pour sa troisième saison professionnelle, Adrien Petit va faire une découverte : l’Afrique. En effet, il va participer à la huitième édition de la Tropicale Amissa Bongo au Gabon, du 14 au 20 janvier prochain. « Ce sera la première course et une reprise un peu spéciale. Mais j’ai du mal à imaginer. Même si des copains m’en ont un peu parlé ». Dans tous les cas, Adrien Petit est heureux de constater que le calendrier international s’étoffe de plus en plus en permettant des découvertes.

    « Tous les pays commencent à s’y mettre et c’est une bonne chose pour le vélo (Tour de Chine, Grand Prix cycliste de Montréal). Au Gabon, je vais faire de l’intensité dans de bonnes conditions, et cela me fera des jours de course. D’autant plus qu’il y a une étape de 190 kilomètres qui va me faire travailler l’endurance », admet le coureur.

    « C’est difficile de me fixer de réels objectifs vu que je n’ai pas encore de victoire. Mais j’aimerais bien faire un truc à Gand-Wevelgem », note Adrien Petit (Gand-Wevelgem est une classique flandrienne, qui se dispute en Belgique en avril, juste avant le Tour des Flandres et Paris-Roubaix, ndlr). En 2013, Adrien Petit va peut-être aussi faire une autre découverte avec son premier grand Tour. Certainement le Tour d’Espagne si les performances sont au rendez-vous. Mais pour l'instant, le coureur prépare activement sa... première victoire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.