Basket : Disneyland Paris met la main au panier - Sports - RFI

 

  1. 10:32 TU Internationales
  2. 11:00 TU Journal
  3. 11:10 TU Sessions d'information
  4. 11:30 TU Journal
  5. 11:33 TU Sessions d'information
  6. 11:40 TU Littérature sans frontières
  7. 12:00 TU Journal
  8. 12:10 TU LA DANSE DES MOTS 2
  9. 12:30 TU Journal
  10. 12:33 TU Le coq chante
  11. 13:00 TU Journal
  12. 13:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  13. 13:30 TU Journal
  14. 13:33 TU EN SOL MAJEUR 2D
  15. 14:00 TU Journal
  16. 14:10 TU Mémoire d'un continent
  17. 14:30 TU Journal
  18. 14:33 TU L'épopée des musiques noires
  19. 15:00 TU Journal
  20. 15:10 TU Idées
  21. 15:30 TU Journal
  22. 15:33 TU Idées
  23. 16:00 TU Journal
  24. 16:10 TU Carrefour de l'Europe
  25. 16:30 TU Journal
  1. 10:32 TU Internationales
  2. 11:00 TU Journal
  3. 11:10 TU C'EST PAS DU VENT D 1
  4. 11:30 TU Journal
  5. 11:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  6. 12:00 TU Journal
  7. 12:10 TU Mémoire d'un continent
  8. 12:30 TU Sessions d'information
  9. 13:00 TU Journal
  10. 13:10 TU Littérature sans frontières
  11. 13:30 TU Journal
  12. 13:33 TU Le coq chante
  13. 14:00 TU Journal
  14. 14:10 TU Musiques du monde
  15. 14:30 TU Journal
  16. 14:33 TU Musiques du monde
  17. 15:00 TU Journal
  18. 15:10 TU Musiques du monde
  19. 15:30 TU Journal
  20. 15:33 TU Musiques du monde
  21. 16:00 TU Journal
  22. 16:10 TU Idées
  23. 16:30 TU Journal
  24. 16:33 TU Idées
  25. 17:00 TU Journal
fermer

Sports

Basket-ball

Basket : Disneyland Paris met la main au panier

media

La Semaine des as du basket français laisse sa place cette année à la Leaders cup, qui réunit huit clubs. Si l’enjeu sportif est secondaire, l’enjeu commercial est important pour la ligue et son nouveau partenaire Disneyland Paris, hôte de ce tournoi express qui se déroule sur trois jours à partir du vendredi 15 février.

Avec la Leaders Cup, qui se joue du 15 au 17 février, le basket français entre dans l’air du sportainment, comprenez du sport-spectacle dans une version où le sport n’est que le prétexte à un événement où le caractère commercial prend le dessus. Qu’est-ce que la Leaders Cup ? Un concentré de compétition de gala qui réunit les huit premiers clubs de la phase aller du championnat de France Pro A en lieu et place de feue la Semaine des as, née en 2003. Son intérêt sportif ? Il n’existe qu’à l’état de bienfait collatéral. Pour preuve, en plus de son changement de nom, la Leaders Cup va se dérouler dans un lieu où l’on cultive moins l’art de l’effort et de la discipline propres au sport de haut niveau que celui du plaisir éphémère, de la légèreté insouciante et du dépaysement virtuel : Disneyland Paris.

L’affaire remonte à mai 2012. La Ligue nationale de basket (LNB) et le célèbre parc d’attractions s’associent alors pour créer la « Disneyland Paris Leaders Cup LNB ». L’ambition principale est de répondre à des attentes d’un public « principalement composé de familles » autour d’un événement « mariant parfaitement les aspects sport et spectacle ». Alain Beral, président de la LNB, justifie ce choix : « La convivialité, l’universalité et le sens du spectacle sont des valeurs que nous partageons avec Disneyland Paris. Plus largement, nous nous adressons tout deux à un public familial qui aime partager des moments forts. Avec ce partenariat à long terme, nous proposerons une expérience inédite, proposant à la fois sport de haut niveau et divertissement familial dans un lieu unique en Europe, reconnu comme une référence en matière d’accueil et de loisirs. »

Disneyland, futur haut lieu du sport ?

A un jet de ballon de l’entrée du parc d’attractions, la Disney Events Arena, un espace de 6.500 m² dédié aux événements d’entreprise, s’est vue transformée en une salle de quelque 4.500 places. Affaires obligent, les premières places mises en vente étaient accompagnées d’entrées à Disneyland et aux Walt Disney Studios. Dans le duo LNB-Disneyland, c’est finalement ce dernier qui a le plus à prouver à travers l'événement. Avec ses deux centres de convention, ses 8.000 chambres d’hôtel et une équipe de plus de deux cents personnes dédiées à l’événementiel, Disneyland Paris entend se positionner comme « un partenaire de choix pour les grands rendez-vous sportifs et de tourisme d’affaires », selon Philippe Gas, son président.

Sur le parquet, ces considérations devraient être laissées de côté au profit du jeu. Au fil des années, la Semaine des as est en effet devenue un véritable objectif sportif même si le titre demeure honorifique. Le basket jouera donc le jeu du spectacle. Reste à savoir si Donald dunke !
 

Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.