Le Ghanéen Paintsil libéré sous caution après avoir agressé sa femme - Sports - RFI

 

  1. 20:10 TU LES CONCERTS DE G. OBRINGER
  2. 21:00 TU Journal
  3. 21:10 TU Si loin si proche
  4. 21:30 TU Journal
  5. 21:33 TU Si loin si proche
  6. 22:00 TU Journal
  7. 22:10 TU Archives d'Afrique
  8. 22:30 TU Journal
  9. 22:40 TU Archives d'Afrique
  10. 23:00 TU Journal
  11. 23:10 TU Atelier des médias
  12. 23:30 TU Journal
  13. 23:33 TU Atelier des médias
  14. 20:10 TU CA VA CA VA LE MONDE
  15. 21:00 TU Journal
  16. 21:10 TU Mondial sports
  17. 21:30 TU Journal
  18. 21:33 TU Mondial sports
  19. 22:00 TU Journal
  20. 22:10 TU Le débat africain
  21. 22:30 TU Journal
  22. 22:40 TU Le débat africain
  23. 23:00 TU Journal
  24. 23:10 TU Portraits d'Europe
  25. 23:30 TU Journal
  1. 20:10 TU LES CONCERTS DE G. OBRINGER
  2. 21:00 TU Journal
  3. 21:10 TU Orient hebdo
  4. 21:30 TU Journal
  5. 21:33 TU L'épopée des musiques noires
  6. 22:00 TU Journal
  7. 22:10 TU Archives d'Afrique
  8. 22:30 TU Journal
  9. 22:40 TU Archives d'Afrique
  10. 23:00 TU Journal
  11. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  12. 23:30 TU Journal
fermer

Sports

Brèves Afrique foot

Le Ghanéen Paintsil libéré sous caution après avoir agressé sa femme

Le défenseur international ghanéen John Paintsil, soupçonné d’avoir poignardé sa femme, a été libéré sous caution après avoir passé la nuit en prison, selon la police ghanéenne. « Il a eu une altercation avec sa femme et çà s’est terminé par un coup, a expliqué le porte-parole de la police. La femme avait une coupure profonde à la paupière supérieure, elle a couru vers la maison du voisin et Paintsil s’est également jeté sur le voisin, lui a donné plusieurs coups et a menacé de le tuer. » La femme du joueur a quitté l’hôpital samedi. Passé par West Ham, Fulham et Leicester City, l’actuel défenseur de l’Hapoël Tel Aviv (Israël) a terminé quatrième de la CAN-2013 avec le Ghana et participé aux Coupes du Monde 2006 et 2010.

Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.