GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Roland-Garros : un premier lundi au soleil

    media Dans les allées de Roland-Garros, le 27 mai 2013. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Ce lundi 27 mai, comme chaque année, il y avait du monde dans les allées et les tribunes de Roland-Garros. Alors que Jo-Wilfried Tsonga s'est qualifié pour le second tour, en venant à bout en trois manches du jeune Slovène Aljaz Bedene, Rafael Nadal a eu du mal à battre l’Allemand Daniel Brands. Mais la vie du tournoi se trouve aussi en-dehors du terrain. Ambiance.

    De notre envoyé spécial,

    Alors que Rafael Nadal avait bien du mal lors de son match contre l’Allemand Daniel Brands (59e au classement ATP), le public de Roland-Garros s’était encore déplacé en masse, sous le soleil, du côté de la porte d’Auteuil dans le bois de Boulogne.

    « C’est une habitude, je suis déjà venu une dizaine de fois », raconte Damien assis sur un banc, tout en mordant dans son sandwich. Le jeune homme a profité d’une place offerte par son président de club, qui avait été auparavant offerte par la fédération... Ce lundi, c’était la journée des présidents de club. « Il était malade », glisse Damien. Mais cet amateur et joueur de tennis commence à trouver le stade de plus en plus étroit.

    L’impression « d’être au théâtre »

    Grande affluence à Roland-Garros. Photo: RFI / Pierre René-Worms

    « On se marche dessus dans les allées et sortir du court après le match de Jo-Wilfried Tsonga, c’était un peu un calvaire », se lamente Damien. Lors de la première semaine, le tournoi accueille jusqu’à 45 000 personnes par jour. Du coup, il peut y avoir jusqu’à trente minutes d’attente avant l’accès à un court. « Je suis pour l’extension du stade », avoue Damien qui hésite désormais à changer de court. « Quand j’y suis, j’y reste », lance-t-il.

    Pour pouvoir le renseigner, il faut bien évidemment des agents d’accueil. C’est le rôle de David, comédien dans la vie, qui profite de l'événement pour faire un extra. Placé dans l’allée Marcel Bernard depuis ce matin, il a déjà renseigné des Colombiens, des Chinois, des Belges ou en encore des Américains. Avec son acolyte espagnol Jésus, ils sont capables de s’exprimer en cinq langues. Alors que deux personnes s’approchent pour savoir où trouver un secouriste, David explique qu’il doit faire face à toutes sortes de demandes. « On me sollicite pour savoir où faire chauffer un biberon ou recharger un portable. Ici, tout est possible », s’exclame le jeune homme. Debout dans cette allée, David a presque l’impression « d’être au théâtre ».

    « La première semaine est très familiale »

    Un drôle de théâtre tout de même que ce Roland-Garros. De l’autre côté, une jeune étudiante en économie vend des glaces américaines. Pendant le tournoi, ce sont près de dix mille personnes qui travaillent au service des 450 000 visiteurs. « La première semaine est très familiale et ensuite, c’est un peu plus guindé », lance la jeune vendeuse. Du coup, il n’est pas rare de voir les gens tiquer sur le prix (5 euros en moyenne). « Mais avec le soleil, on vendra plus aujourd’hui », dit-elle. Avec son collègue Valentin, elle affirme que ce sont finalement les étrangers qui consomment le plus.

    Roland-Garros dégage un chiffre d’affaires de 172 millions d’euros qui représente 85% des ressources de la Fédération française de tennis, le propriétaire du tournoi. Cette manne financière que l’on estime à 75 millions de bénéfice net, permet à la Fédération de financer les actions en faveur du sport. La part reversée aux ligues, comités et clubs affiliés représente un peu plus de 26 millions d’euros. A l’heure actuelle, les organisateurs n’arrivent pas à satisfaire les quelques 150 000 demandes de billets et l’extension du stade serait vraiment bienvenue. Faute de quoi, Roland-Garros pourrait ne plus être aussi attractif.

    Mais pour le moment, Rafael Nadal qui est à la recherche de son huitième sacre dans le temple de la terre battue, est bien loin de ces préoccupations. Alors que des milliers de personnes déambulent dans les allées de Roland-Garros, il a fini par se défaire de l’Allemand Daniel Brands sur le score de 4-6, 7-6, 6-4, 6-3.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.