GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Sports

    Roland-Garros : le retour de Gaël Monfils

    media Gaël Monfils à Roland-Garros, ce mercredi 29 mai. Photo RFI / Pierre René-Worms

    Le Français Gaël Monfils s'est qualifié pour le 3e tour de Roland-Garros en venant à bout du Letton Ernests Gulbis en quatre sets : 6-7 (5/7), 6-4, 7-6 (7/4), 6-2, ce mercredi 29 mai sur le Central. Le Français, rétrogradé à la 81e place du classement mondial, a impressionné pendant plus de trois heures et régalé son public, comme au premier jour. 

    De notre envoyé spécial à Roland-Garros,

    Ce garçon est-il hors norme en ce moment ? Après un match à rallonge contre Tomas Berdych de plus de quatre heures lundi (7-6, 6-4, 6-7, 6-7, 7-5), Gaël Monfils avait à nouveau rendez-vous avec le public parisien. Et ce rendez-vous, il l’a encore une fois honoré en venant à bout du Letton Ernests Gulbis en quatre sets. Après avoir perdu la première manche, Monfils, à force de résister et de réussir des coups gagnants, est revenu dans la partie.

    Redescendu au 81e rang mondial suite à une blessure au genou, Monfils paraît aussi fort qu'à sa grande époque. Le voilà une nouvelle fois redevenu un redoutable défenseur placé loin derrière la ligne de fond de court, capable de gagner des points au terme de longs échanges. « J’essaye de rester solide sur la ligne », lance Monfils.

    Une résurrection sur la terre battue de Roland-Garros

    Il y a quelques mois, cet exploit relevait du fantasme. Le Français errait au-delà de la centième place du classement ATP, tracassé par les blessures. Forfait l’an dernier lors de ce rendez-vous parisien qu’il affectionne tant, Monfils s’est reconstruit dans des lieux délaissés par les meilleurs du circuit, comme à Bordeaux et ensuite à Nice. Mais c’est peut-être cela un champion. Un homme qui vous surprend et qui n‘est jamais là où vous l’attendez.

    C’est certain, Gaël Monfils ne cesse de brouiller les pistes. « Il est définitivement hors norme », dit Cédric Pioline dans le quotidien L'Equipe. « C’est un mutant qui a peut-être besoin d’être dos au mur », raconte de son côté Henri Leconte qui a atteint la finale des Internationaux de France en 1988. Mais un mutant qui revient de loin.

    Pour la première fois depuis 2005, le Français quittait les cents premières places du classement ATP. Le Français vient d’enchaîner onze matches et dix victoires avant ce deuxième tour. « Il ne faut jamais lâcher et faire de son mieux jour après jour. Heureusement, ça marche pour le moment. Je suis comme à la maison et le public est derrière moi », explique Monfils.

    Comme un poisson dans l’eau à Roland-Garros

    C’est vrai, « La Monf » s’est toujours senti comme dans son jardin dans l’enceinte de Roland-Garros. Alors que d’autres se sont toujours mis une pression énorme en jouant à domicile, Gaël Monfils a souvent été boosté par ce rendez-vous.  « Ici, c’est magique », dit-il. Après sa victoire contre Tomas Berdych, il avait déclaré : « C’est le fruit de plusieurs mois de travail. Ça ne tombe pas du ciel ces gros matchs, vous savez. » Aujourd’hui, il avoue « être fatigué », mais essaye de ne pas « trop le montrer ».

    Ce retour, il l’a opéré seul. En effet, le Parisien, qui ne devait sa présence qu’à une Wild Card (invitation) justifiée par ses prestations précédentes - demi-finaliste et quart de finaliste en 2008 et 2011 - s’était séparé de ses deux derniers entraîneurs, Patrick Chamagne à l’automne et Eric Winogradsky au printemps. Du coup, il a débarqué sans coach à Roland-Garros.

    Si Gaël Monfils semble prêt à reconquérir une nouvelle place dans l’élite du tennis, il reste serein et ne veut plus s’emballer. « Mes parents me disent toujours qu’il ne faut pas se poser de questions », dit-il en souriant. Au troisième tour, il rencontrera l’Espagnol Tommy Robredo.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.