GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Jeux de la francophonie 2013: un bilan mitigé pour les sports

    media La cérémonie de clôture des Jeux de la francophonie 2013 sous la pluie. RFI / Pierre René-Worms

    Les VIIes Jeux de la francophonie se sont achevés ce dimanche 15 septembre à Nice. Cette édition 2013 n’a pas toujours été un succès, ce qu’a regretté la ministre française de la francophonie, Yamina Benguigui. Plusieurs athlètes ont même estimé que les Jeux de la francophonie 2009 à Beyrouth étaient mieux organisés.

     

    De notre envoyé spécial à Nice,

    « Comment est-ce qu’on va faire ? On n’a plus d’eau à la buvette ! » Une bénévole interpelle le speaker d’un match de football aux Jeux de la francophonie à Nice. C’est une rencontre cruciale pour la suite de la compétition, mais la femme n’en démord pas : il faut régler le problème de l’eau à la buvette. « Pas maintenant, tu vois bien que je suis occupé », finit par lâcher le speaker, vaguement excédé, debout sur son banc. Bienvenue aux Jeux de la francophonie 2013, une manifestation internationale qui a parfois pris des  allures de kermesse du sport.

    C’était mieux à Beyrouth

    Cette VIIe édition n’a pas toujours brillé par son organisation, tout du moins en ce qui concerne les épreuves sportives. Résultats erronés, horaires de compétition fluctuants, calendrier des rencontres bouleversé, confusion entre les pays vainqueurs, mauvaise médaille attribuée, erreur sur le parcours de la course cycliste… Sans parler des histoires de visas non attribués à certains athlètes africains. Les couacs ont été nombreux durant dix jours.

    À tel point que les participants présents à Beyrouth ont préféré l’édition 2009. « C’était vraiment meilleur à Beyrouth, affirme la sprinteuse du Congo Lorene Bazolo. Il y a une grande différence entre Nice et Beyrouth ». « Je trouve que l’organisation est moins bien, assure le sauteur sénégalais Ndiss Kaba Badji. Ce n’est pas le top. On a eu des problèmes avec la nourriture et les transports. Dommage que la France ne puisse pas mieux organiser les Jeux ». Même son de cloche du côté de son compatriote, Mamadou Kasse Hanne. « On est logés dans une cité universitaire éloignée, raconte le hurdler médaillé d’or sur 400 mètres haies. Pour aller manger, il faut marcher plus de quinze minutes. Pour ma première course, on m’a dit que c’était à 15h50. Après, ils ont dit que c’était à 14h45. Du coup, je suis venu beaucoup plus tôt alors que ma course était bien à 15h50 »

    La gestion du cas des footballeurs du Congo-Brazzaville a été particulièrement catastrophique. Privés de visas pour des questions juridiques, les Diablotins rouges ont été autorisés à venir tardivement en France. Ils ont ainsi dû disputer cinq matches en sept jours avec un calendrier démentiel, dangereux pour la santé des joueurs et contraire aux règles de base de la Fédération internationale de football (FIFA).

    Les Niçois sauvent ces Jeux 2013

    Le Comité national des Jeux de la francophonie (CNJF) et le Groupement d’intérêt public (GIP), qui chapeautent l’événement, n’ont pas toujours semblé maître de la situation, ce qu’ils ont admis du bout des lèvres dans un communiqué final : « Des difficultés doivent néanmoins elles aussi être pointées concernant les transports, l’hygiène sur site d’hébergement, la restauration des athlètes et artistes, la circulation de l’information et la mobilisation du public sur les différents sites, le plus souvent par manque d’informations. »

    La ministre déléguée à la francophonie, Yamina Benguigui, elle, a regretté le faible attrait pour ces Jeux de la francophonie 2013. « Il n'y a pas eu beaucoup de public et pas de couverture médiatique au point que les jeunes en ont été choqués », a-t-elle déclaré. « Il n'y a que la France qui ne prend pas conscience de l'importance de ces grandes manifestations », a-t-elle ajouté.

    Près de 1.500 bénévoles ont pourtant travaillé dur, et avec le sourire, pour que cette édition 2013 se déroule au mieux. Ils n’étaient pas souvent formés et informés, mais ont en partie sauvé ces Jeux de la francophonie 2013 par leur engagement.

    Jeux de la francophonie 2013 : le tableau des médailles en sports
    PaysOr        ArgentBronze
    1. FRANCE222012
    2. CANADA131314
    3. POLOGNE10413
    4. ROUMANIE9104
    5. MAROC796
    6. SENEGAL658
    7. WALLONIE546
    8. TCHAD424
    9. ARMENIE33
    10. CAMEROUN265

    VOIR TOUT LE CLASSEMENT DES MEDAILLES

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.