GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    JO de Sotchi : Ole-Einar Bjoerndalen pour écrire l’histoire

    media Ole Einar Bjoerndalen lors d'une manche de Coupe du monde en décembre 2013. REUTERS / Lisi Niesner

    Le biathlète norvégien Ole-Einar Bjoerndalen pourrait écrire dès le samedi 8 février une belle page de l'olympisme. Méconnu du grand public, ce monument du sport n'a besoin que d'un podium (en quatre courses individuelles et deux relais) pour rejoindre son compatriote, le fondeur Björn Daehlie (12 médailles entre 1992 et 1998) au Panthéon des disciplines hivernales.

    À son âge, la plupart des sportifs ont déjà pris leur retraite. Pas lui. À 40 ans, le Norvégien Ole-Einar Bjoerndalen a encore soif de victoire et fait de la résistance avec ses 6e JO d'hiver depuis 1998.

    Un palmarès à donner le vertige...

    Dans sa discipline, le biathlon, qui associe ski de fond et tir à la carabine, il possède le plus beau palmarès de l’histoire. À savoir : 11 médailles olympiques, dont 6 en or. Il a aussi obtenu 19 titres mondiaux, 93 victoires en Coupe du monde et 6 globes de cristal. De quoi être largement rassasié pour ne pas tenter de briller une nouvelle fois aux JO de Sotchi. Mais c’est tout de même après ces Jeux en Russie qu’il mettra un terme à sa carrière. Du moins s'il ne change pas d'avis !

    En février 2009, Bjoerndalen était passé de l'histoire à la légende. Un énième succès lui a permis d'effacer les 86 victoires en Coupe du monde d'Ingemar Stenmark, faisant de lui le champion le plus titré non seulement du biathlon, mais des sports d'hiver en général. La lecture de son palmarès donne le vertige…

    En 1994, chez lui à Lillehammer en Norvège pour ses premiers pas olympiques, Bjorndalen n'est encore qu'un talent de 20 ans. Il traverse ces Jeux dans l'anonymat. C’est lors des Jeux olympiques de Nagano en 1998 que le Norvégien décroche sa première médaille d'or olympique en sprint, ainsi qu'une médaille d'argent en relais avec l'équipe norvégienne. Le succès et le charisme de Bjoerndalen ont contribué à accroître la popularité du biathlon dans le monde.

    Salt Lake City en point d'orgue

    Aujourd’hui, Bjoerndalen va devoir affronter le Français Martin Fourcade - de 15 ans son cadet -, médaillé d'argent sur la Mass Start aux Jeux de Vancouver il y a quatre ans et qui s'est affirmé depuis comme le maître de la discipline. Le Norvégien pourra-t-il rivaliser et faire comme avec un autre tricolore, Raphaël Poirée ?

    La confrontation entre les deux hommes avait duré une décennie (1997-2007) et le Français avait mis un terme à sa carrière sans pouvoir gouter à l’or olympique. En 2002, le roi Bjoerndalen réalise sa plus belle performance durant les JO de Salt Lake City, aux États-Unis. Il empoche quatre médailles d’or sur les quatre épreuves, en individuel et en relais. Il devance Raphaël Poirée sur le 12,5 km en poursuite.

    Un autre Français, Vincent Defrasne, a réussi à battre le maître incontesté du biathlon. En 2006 à Turin, Defrasne coiffe sur la ligne le champion norvégien pour 2,7 secondes, après un passionnant sprint final.

    Une seule médaille avant de rejoindre Bjoern Daehlie !

    «Je me vois bien mourir vieux ! Je me vois bien continuer jusqu'en 2018, j'aurais 34 ans. Faire quatre JO, ce ne serait pas mal. On en a vu d'autres, comme un certain Ole-Einar Bjoerndalen », a récemment confié Martin Fourcade, quintuple champion du monde et double vainqueur en titre du classement général de la Coupe du monde, en hommage au Norvégien.

    Malgré la quarantaine, Bjoerndalen a encore des fourmis dans les jambes. Cette saison, en Coupe du monde, il a failli retrouver la première marche du podium. Il a échoué à quatre dixièmes d'Emil Hegle Svendsen lors du sprint d'Oberhof début janvier en Allemagne.

    S'il parvient à monter sur le podium à Sotchi - ce Norvégien est un être à part -, il rejoindrait son compatriote fondeur Bjoern Daehlie en tant qu'athlète le plus médaillé de l'histoire des Jeux d'hiver, avec 12 médailles. Le patriarche « OEB » est donc bien dans la course pour continuer à écrire sa légende.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.