GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Stanislas Wawrinka, l’autre Suisse du tennis mondial

    media Stanislas Wawrinka s’offre Monte-Carlo, le 20 avril 2014. REUTERS/Patrice Masante

    Stanislas Wawrink a remporté son premier Masters 1000 à Monte-Carlo dimanche 20 avril. Il s’est défait de son compatriote Roger Federer 4-6 7-6 (7/5) 6-2, lors de sa première finale au tournoi de Monte-Carlo. Il décroche son deuxième titre majeur, après celui conquis à Melbourne en début d'année face à Rafael Nadal.

    À Monte-Carlo, Stanislas Wawrinka a confirmé son sacre de l'Open d'Australie (janvier) en sortant le grand jeu durant cette semaine monégasque. Désormais surnommé « Stantastic », il confirme aussi sa saison 2013 qui l’avait vu disputer sa toute première demi-finale majeure à l’US Open avant de se qualifier pour le Masters. Souvent comparé à Roger Federer et ses 17 titres du Grand Chelem, Wawrinka faisait office de second couteau. Il avait même la réputation d’être le « Suisse qui perd au tennis ».

    Federer, son idole

    « Toute ma vie, j’ai dû mener une rivalité impossible contre un génie (Roger Federer). Je ne l’avais pas choisi », a avoué Wawrinka l’an dernier. Aujourd’hui, il renverse la tendance. Mais il garde la tête sur les épaules. « C’est beaucoup d’émotion et c’est toujours particulier de jouer contre Roger. C’est toujours une idole pour moi, c’est le plus grand joueur de tous les temps. » Pour mémoire, Roger Federer n'avait concédé qu'une défaite contre son cadet lors de leurs quatorze précédents duels.

    À 29 ans, Wawrinka avait déjà disputé deux finales de Masters 1000. Il s’était incliné à Rome en 2008 face à Novak Djokovic et à Madrid l'an passé face à Rafael Nadal. Quart-de-finaliste à Roland-Garros en 2013, le Suisse confirme ainsi son nouveau statut de grand joueur sur terre battue. A Monte-Carlo, il a d'ailleurs facilement sorti l'Espagnol David Ferrer en demi, lui-même tombeur de Rafael Nadal en quart. Un Nadal qui n'avait plus été absent de la finale à Monte-Carlo depuis dix ans.

    Il brise le « Big Four »

    « Je suis en train d’exploser toutes les barrières que j’avais devant moi », admet celui qui confirme son changement de statut. « Je fais partie des favoris sur les tournois même si je suis très loin de Roger, de Rafa et de Novak. Mais il y a encore beaucoup de travail à faire pour rester à ce niveau pour le reste de la saison », temporise-t-il au micro de Canal +.

    Avec ce succès sur la Côte d'Azur, Wawrinka, seul joueur à avoir gagné trois tournois cette saison, est devenu le troisième joueur seulement à briser l'insolente domination du traditionnel « Big Four » depuis quatre ans en Masters 1000, après le Suédois Robin Soderling (à Paris-Bercy en 2010) et l'Espagnol David Ferrer (à Paris-Bercy également en 2012).

    En avril 2013, Stanislas Wawrinka avait fait appel à l’ancien numéro 2 mondial Magnus Norman pour l'entraîner. C’est visiblement une réussite.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.