GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Sports

    Judo : Clarisse Agbegnenou, une championne pressée

    media En demi-finale des championnats du monde 2014 de judo, Clarisse Agbegnenou a battu sa compatriote française Anne-Laure Bellard. AFP PHOTO / VASILY MAXIMOV

    A la veille de la médaille d'argent décrochée ce vendredi 29 août par Audrey Tcheuméo en moins de 78 kg, la jeune Clarisse Agbegnenou (21 ans) avait décroché la première médaille d'or française des championnats du monde de judo de Tcheliabinsk (Russie) en moins de 63 kg. Contactée par RFI, la Française, dont les deux parents sont togolais, n'a pas pour autant l'intention de se reposer sur ses lauriers et pense déjà aux JO 2016.

    « La première chose que j’ai ressentie, c’est un gros soulagement. » Au bout du fil, vingt-quatre heures après avoir obtenu son premier titre de championne du monde de judo (- de 63 kg) en battant l’Israélienne Yarden Gerbi en finale, la Française Clarisse Agbegnenou ne parle donc pas de joie, ni de bonheur, mais de « soulagement ». « Pour moi, c’était impossible de perdre, assène-t-elle. Je me suis tellement motivée à me dire que j’allais gagner que finalement j’ai réussi à le faire. Je ne voulais pas revivre la même défaite que l’an dernier donc j’étais encore plus à fond. »

    Une championne précoce

    Il y a un an, Agbegnenou avait affronté en finale la même adversaire, mais les choses ne s’étaient pas passées de la même façon. Au bon d’une poignée de seconde, Gerbi l’avait battue sur ippon avec un étranglement à la limite de l’illicite qui l’avait presque fait s’évanouir. Une défaite frustrante. « J’ai continué à travailler pendant un an, notamment pour être plus agressive, et sur d’autres petites choses, retrace-t-elle. Quand j’ai vu que c’était la même adversaire en finale, je me suis dit que c’était bien. Les deux meilleures mondiales étaient à nouveau en finale, j’ai vu ça comme une revanche, on verrait bien qui était vraiment la meilleure. » Clarisse n’a que 21 ans mais pour elle, sa défaite en finale en 2013 était tout de même une perte de temps.

    Et elle n’a jamais aimé perdre son temps. En 2009, elle gagne déjà son premier titre de championne de France alors qu’elle est encore une Junior, avant de s’offrir une médaille de bronze européenne en 2012 avant même ses vingt ans. Elle sera bien vite suivie par deux médailles d’or continentales, en 2013 et 2014, qui la placent déjà au firmament de sa catégorie de poids. « Je ne sais pas comment expliquer cette précocité, avoue-t-elle. J’ai commencé le judo à neuf ans, alors que beaucoup de judokas commencent dès trois ou quatre ans. Peut-être que j’avais un petit talent que j’ai su exploiter en m’entraînant beaucoup. » Le « petit talent » est un euphémisme. Cette sportive dans l’âme pratique alors la danse, l’athlétisme et aussi le volley, et combat essentiellement des garçons : « Au judo, il y a beaucoup de garçons et peu de filles, donc on n’a pas le choix. »

    De Lomé à Rio

    Seule fille au milieu de trois frères, elle apprend aussi bien vite à ne pas se laisser marcher sur les pieds. « Il fallait lutter pour s’imposer, explique-t-elle. On ne se battait pas beaucoup, non, mais c’était la guerre pour avoir la télécommande, pour obtenir des choses… » Clarisse a grandi en région parisienne mais est née à Rennes, de deux parents nés au Togo. Sa mère est comptable, et son père un grand scientifique togolais. « J’allais tous les ans au Togo quand j’étais petite mais maintenant avec le judo je n’ai plus le temps, déplore-t-elle. Je prends des nouvelles de ma famille par mes parents. Ma mère vient d’Atakpamé et mon père d’un autre village dont je ne me souviens plus le nom. Nous allions plutôt chez mon oncle, à Lomé. »

    Loin de son pays d’origine, le regard de Clarisse Agbegnenou se tourne maintenant vers le Brésil et Rio de Janeiro, où se dérouleront les Jeux olympiques en 2016. Ses premiers JO et, espère-t-elle, sa première médaille d’or. De toute façon, Clarisse n’a pas le temps d’attendre 2020. Dans un article du journal L’Equipe en avril dernier, sa maman expliquait que sa fille, ne voulant pas abandonner le judo alors que ses parents ne pouvaient plus aller la chercher à la fin de l’entraînement, lui avait dit qu’elle rentrerait seule sur la pointe des pieds pour se faire passer pour une plus grande et ne pas se faire agresser. « Non, je n’ai jamais fait ça, rit-elle aujourd’hui. Je rentrais en rollers, ça allait plus vite. Je n’aime pas marcher. » Clarisse Agbegnenou préfère courir.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.