GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Aujourd'hui
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Coupe du monde des clubs: le Real Madrid, évidemment

    media Sergio Ramos fête son but face à San Lorenzo, le 20 décembre 2014. REUTERS/Youssef Boudlal

    Le Real Madrid s’est imposé lors de la finale de la Coupe du monde des clubs de football à Marrakech contre les Argentins de San Lorenzo samedi 20 décembre (2-0). Sergio Ramos et Gareth Bale sont les deux buteurs d’une rencontre presqu'à sens unique.

    De notre envoyé spécial à Marrakech,

    Fervent admirateur San Lorenzo, les prières du Pape François, qui devait être confortablement installé devant un téléviseur au Vatican, n’y ont rien fait. Encore moins les milliers de fans argentins présents dans le Grand Stade de Marrakech. Il faut avouer que la tâche était compliquée pour le club argentin qui devait faire face au rouleau compresseur madrilène et sa ribambelle de stars. Carlo Ancelotti, le coach de la « Maison blanche », avait entre autres aligné les attaquants Gareth Bale, Karim Benzema et Cristiano Ronaldo.

    C’est que le Real voulait finir en beauté une année 2014 incroyable. Les Merengues ont remporté la Ligue des champions, la Supercoupe d’Europe et la Coupe du Roi. Ce quatrième titre était presque acquis, mais il fallait tout de même jouer ce match. Carlo Ancelotti l'avait lui-même proclamé à l'issue de la demi-finale remportée haut la main (4-0) face aux Mexicains de Cruz Azul : « On mérite le titre mondial. » Le tout était de savoir comment le Real, qui reste sur 21 victoires consécutives, allait s’y prendre. Ecraser d’emblée les Argentins ou laisser un peu de suspense ?

    Sergio Ramos fait sauter le verrou argentin

    Des supporters du Real Madrid lors du Mondial des clubs au Maroc. REUTERS/Youssef Boudlal

    Alors que les choses étaient très bien engagées - Karim Benzema manque une reprise seul face au but (2e)-, le Real n’a pas tué le match aussi rapidement que l’on pouvait s’y attendre, malgré une grosse possession de balle. San Lorenzo donne du fil à retordre pendant plus de trente minutes en engrangeant par la même occasion de la confiance. Il faut  attendre une tête de Sergio Ramos sur un corner de Toni Kroos pour voir le premier but madrilène (36e). Le Real Madrid fait sauter le verrou argentin sur un coup de pied arrêté. Condamnés à un hypothétique exploit, les Argentins rentrent aux vestiaires sur le score de 1-0. Bien que lauréate de la prestigieuse Copa Libertadores, l’équipe de San Lorenzo ne peut guère compter que sur un miracle en seconde période. Pour couronner le tout, le Real qui est l’un des clubs les plus populaires au Maroc a le public avec lui.

    La deuxième période commençe mal pour les Matadores avec un deuxième but signé Gareth Bale. Le Gallois idéalement servi par Isco dans la surface place une frappe du pied gauche (51e). Le premier ballon cadré de San Lorenzo n’arrive qu’à la 67e minute sur une frappe croisée à ras de terre de Mas. Bien insuffisant pour déstabiliser le Real.

    Sous les yeux du fils du roi Mohamed VI et de trente-huit mille personnes, le club espagnol termine donc son année sur un nouveau titre. Après trois Coupes intercontinentales, dont la dernière en 2002, le Real Madrid empoche son premier Mondial des clubs. Seul bémol, Cristiano Ronaldo n'a pas marqué sur le sol marocain. Mais le Pape François devrait être tout de même admiratif.


    La réaction de Karim Benzema

    Karim Benzema qui n’a pas marqué face à San Lorenzo mais qui aurait pu ouvrir le score dès la deuxième minute s’est dit « heureux de remporter un nouveau trophée cette saison ». « Tous les titres acquis cette année ont une saveur particulière. Evidemment, c’est la Ligue des champions le plus important. Mais celui-là aussi parce que pour venir ici, il faut gagner la C1 et c’est difficile », commente l’international français. « Nous avons été très bien accueilli et on s’est senti comme à la maison », explique Benzema. Le Real Madrid est très populaire au Maroc et le Grand Stade de Marrakech avait choisi de soutenir les Madrilènes dans sa majorité. « C’était une très belle organisation », admet Benzema qui avoue vouloir se reposer pour repartir encore plus fort. « On joue à Madrid pour gagner des titres », lance l’ancien Lyonnais.

    Propos recueillis par Farid Achache

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.