GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Camille Muffat, une jeune fille libre

    media Camille Muffat lors des JO de Londres. Reuters

    La nageuse Camille Muffat, décédée lundi 9 mars dans un accident d'hélicoptères sur le tournage d'une émission de télé-réalité en Argentine, avait été couronnée d’or lors des JO de Londres en 2012. Deux ans plus tard, elle avait étonné son monde en faisant le choix de mettre un terme à sa carrière sportive.

    S’il n’y a pas d’âge pour mourir, personne ne peut s’empêcher de penser que les 25 ans de Camille Muffat, c'est beaucoup trop jeune. L’une des plus grandes championnes de l'histoire de la natation française, couronnée par l'or olympique en 2012, avait encore tant de choses à faire.

    Une fille déterminée

    Malgré son jeune âge, Camille Muffat avait déjà derrière elle une vie incroyable. Mais sa discrétion et sa pudeur l’empêchaient de se mettre dans la lumière. « Je suis très timide, je n'ai jamais aimé être mise en avant », avait-elle dit avant les Jeux olympiques de Londres, où elle avait finalement remporté une pluie de médailles avec l’or sur le 400 m libre, l'argent sur 200 m libre et le bronze sur le relais 4x200 m libre. La notoriété était désormais là, mais cette fille à la longue chevelure blonde était restée discrète. Quand on lui demandait à quoi ressemblait sa vie, elle répondait : « Rien de bien intéressant. » Et pourtant.

    « Camille, c'était la droiture personnifiée. C'était une fille extrêmement déterminée, extrêmement équilibrée et une fille qui faisait des choix, des choix très forts. Et qui les assumait, qui avait juste envie d'être heureuse », a réagi Sophie Kamoun, son agent. En parlant d’une fille déterminée, personne n’a oublié ses débuts dans la natation. Alors qu'elle n'avait que 15 ans, elle avait battu la star incontestée des bassins de l'époque : Laure Manaudou.

    « Je n'étais pas du tout prête à ça. Du fait que c'était Laure, tous les médias se sont emballés. C'était difficile d'être comparée tout le temps à elle. On la montait contre moi, j'avais trois ans de moins, je me disais qu'un jour elle allait m'insulter », s'était-elle souvenue en 2012. « Camille était une immense championne et elle aura marqué l’histoire de la natation mondiale. Au-delà de notre rivalité sportive, j’avais un profond respect pour Camille et une vraie complicité liée à nos parcours croisés et à notre timidité commune », explique aujourd'hui Laure Manaudou. « Elle est et restera un modèle pour la jeunesse française et continuera à inspirer tous ceux qui veulent devenir des champions de natation », déclare Julio C. Maglione, le président de la Fédération internationale de natation.

    Elle voulait profiter de la vie

    C'est à Nice que Camille Muffat est née, a grandi et a découvert la natation à l'âge de 7 ans. Durant toute sa carrière, elle n'a jamais quitté l'Olympique Nice Natation et celui qui l'a prise sous sa coupe alors qu'elle avait 15 ans, Fabrice Pellerin. « Ce qui est dur, c'est justement de confronter l'image que j'ai de Camille, qui est insubmersible pour moi, et puis ce qui arrive. C'est quelque chose d'assez difficile à réaliser finalement », raconte son ancien entraîneur.

    Sa retraite sportive, elle avait choisi de prendre très tôt. Elle l’avait annoncée en juillet 2014, deux ans après sa médaille d’or de Londres. Elle avait alors évoqué « un choix de maturité ». « C’est ma décision la plus adulte », avait-elle dit. Depuis, elle confiait régulièrement sa joie de pouvoir enfin « profiter de la vie ». « Elle avait pris cette décision surprenante et courageuse d'arrêter sa carrière si jeune et nous avions beaucoup échangé sur ce sujet. Elle profitait de la vie qui s'ouvrait à elle. C'est dur », commente Tony Estanguet, triple champion olympique de canoë.

    Egérie d'un grand coiffeur, Camille Muffat n'avait pas envisagé sa reconversion, mais ne cela ne semblait guère la préoccuper : « Je ne sais pas ce que je veux faire, mais je pense pouvoir me débrouiller après pour faire quelque chose qui me plaît. »

    Son palmarès

    Jeux Olympiques :
    400 m libre : 1ère (2012)
    200 m libre : 2e (2012)
    Relais 4x200 m libre : 3e (2012)

    Championnats du monde (grand bassin) :
    200 m nage libre : 3e (2011, 2013)
    400 m nage libre : 3e (2011)
    4x200 m nage libre : 3e (2013)

    Championnats du monde (petit bassin) :
    200 m nage libre : 1ère (2010)
    Relais 4x200 m nage libre : 3e (2010)

    Championnats d'Europe (grand bassin) :
    200 m 4 nages : 3e (2008)
    Relais 4x200 m nage libre : 2e (2010)

    Championnat d'Europe (petit bassin) :
    200 m nage libre : 1ère (2012)
    400 m nage libre : 1ère (2012), 2e (2008)
    200 m 4 nages : 1ère (2007), 2e (2006)
    400 m 4 nages : 3e (2007)
    4x50 m mixte : 1re (2012)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.