GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Janvier
Dimanche 13 Janvier
Lundi 14 Janvier
Mardi 15 Janvier
Aujourd'hui
Jeudi 17 Janvier
Vendredi 18 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Judo: l'équipe nationale de Tunisie en stage à Paris

    media Le Tunisien Faïcel Jaballah (g) lors du Tournoi de Paris en 2013. AFP PHOTO

    L’équipe nationale de Tunisie a passé dix jours à Paris, jusqu'au vendredi 10 avril, pour un stage effectué au sein de l’Insep en vue notamment des championnats d’Afrique qui auront lieu au Gabon, à Libreville, du 17 au 19 avril. Au-delà de cette échéance, c’est un échange qui permet aux judokas tunisiens de progresser encore alors que les JO de Rio 2016 approchent à grands pas.

    Dans le dojo de l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance (Insep), les paroles se mélangent volontiers. En arabe, l’entraîneur tunisien donne ses conseils à Faïcel Jaballah. Le judoka tunisien, médaillé de bronze lors des derniers mondiaux (+100 kg) et double champion d’Afrique, s'entraîne avec un « Tricolore » qui, lui-même, reçoit les consignes de son coach français. Le tout, dans un endroit qui a l’habitude de recevoir des judokas étrangers.

    « Après la révolution tunisienne, le sport n’a pas été une priorité »

    Pour la Tunisie, venir en France est une aubaine. Cette petite nation du judo a passé un palier lors des championnats du monde ces dernières années et rêve désormais de se hisser sur un podium olympique. Rio est désormais l’objectif affiché par l’entraîneur Anis Lounifi, le seul champion du monde africain pour le moment (- de 60 kg). « Au niveau mondial, on a pu avoir des médailles ces deux dernières années et même si on n’a pas trop de moyens, on s’accroche. On attend désormais une médaille à Rio », raconte-t-il.

    Le judo tunisien doit se battre pour évoluer. « Après la révolution tunisienne, le sport n’a pas été une priorité. C’est un peu le dernier souci des gens qui doivent lutter pour obtenir le minimum vital. Un stage en France nous permet de peaufiner notre préparation », explique Anis Lounifi. Mais tout cela n’empêche pas la Fédération tunisienne de faire en sorte que les gamins du pays viennent goûter aux joies du tatami. « On fait beaucoup de publicité pour attirer le jeune public », concède Lounifi. Cette saison, une World Cup de judo a été organisée à Tunis en janvier et la compétition a été diffusée à la télévision. En Tunisie, le judo est aussi pratiqué à l’école, ce qui permet de faire plus facilement la promotion de ce sport. En 2016, les championnats d’Afrique y seront organisés.

    « C’est important pour eux, car en France nous avons de bonnes structures d’entraînement. C’est bien que la France ait une politique d’aide. C’est comme ça que le judo se développera. J’espère que lorsqu’ils seront meilleurs que nous, ils feront pareil », confie en riant le judoka français Loïc Pietri, champion du monde des moins de 81 kg. Et Faïcel Jaballah pourrait bien lancer les hostilités.

    L'espoir Faïcel Jaballah

    Faïcel Jaballah (g) et son entraîneur Anis Lounifi à l'Insep. Photo: Farid Achache/RFI

    Lors du dernier Grand Prix de Samsun en Turquie, Jaballah, fer de lance du judo tunisien, a terminé sur la première marche du podium en éliminant le Brésilien Rafaël Silva, numéro un mondial dans la catégorie reine (+100 kg). Le Français Teddy Riner est juste devant Jaballah au classement mondial. Et tout le monde sait que l’homme à battre reste Riner avec son palmarès incroyable (7 titres au niveau mondial et une médaille d'or olympique). C’est le principal objectif de Faïcel Jaballah. « Notre devise, c’est le travail. Ce que je dis à mes athlètes, c’est d’être prêt le jour J. Et impossible n’est pas Tunisien », dit Anis Lounifi en lancant un regard amusé vers Jaballah.

    « J’ai fait un bon stage à Paris », commente l'interessé. « Mes adversaires d'entraînement à l'Insep étaient de qualité et c’est bien pour les championnats d’Afrique qui peuvent m’apporter des points pour la qualification des JO ». Car Jaballah n’a qu’une idée en tête : les Jeux olympiques. « J’ai commencé à y penser en 2012. C’est quatre années de travail pour moi. C’est le titre qu’il faut pour entrer dans l’histoire. Il y a beaucoup d’adversaires, mais je travaille pour cela. »

    À Paris, Faïcel Jaballah constate que le judo est important. Il ramène des médailles aux Bleus et la fédération compte un nombre important de licenciés. « Pour nous, c’est différent. Le football vampirise tout », fait-il remarquer. Et pour faire décoller le judo tunisien, il doit monter sur la première marche à Rio.

    Propos recueillis à l’Insep le jeudi 9 avril.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.