GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 19 Juillet
Jeudi 20 Juillet
Vendredi 21 Juillet
Samedi 22 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 24 Juillet
Mardi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Après 2013, 2015, et 2016, le coureur de Sky remporte le Tour de France pour la quatrième fois. C'est Dylan Groenewegen qui gagne la dernière étape sur les Champs-Elysées

    Sports

    Ali Bin Al Hussein, le prince qui veut être roi du football mondial

    media Le prince Ali Bin Al Hussein (ici le 3 février 2015) cultive au sein de la Fifa une image de «Monsieur Propre». AFP PHOTO / ADRIAN DENNIS

    Le prince Ali Bin Al Hussein de Jordanie est l’autre candidat à la présidence de la Fifa. Vice-président de l’organisation depuis 2011, il se retrouve face au Suisse Sepp Blatter. Son souhait, inscrit sur le site web de l’association jordanienne de football, est qu’on parle du football et moins de la Fifa.

    Avec notre correspondante à Amman, Angélique Férat

    Rien ne prédestinait le prince Ali à briguer la présidence de la Fifa. A l’école, il est champion de lutte romaine. Il étudie ensuite à l’académie militaire de Sandhurst en Grande-Bretagne comme ses frères. Il intègre la garde royale, devient spécialiste sécurité. On le dit très proche de sa sœur Haya, championne elle d’équitation. Il fera d’ailleurs un voyage à cheval de Jordanie au Caucase pour rappeler l’exode des Circassiens jusqu’en Jordanie. Il parle d’ailleurs arabe, anglais et circassien.

    En 1999, à 24 ans, le prince devient président de la fédération jordanienne de football. Le pays compte plusieurs clubs amateurs. C’est tout. Le prince Ali crée des centres dans tout le royaume. La fédération peut y repérer de nouveaux talents. La jeunesse et le sport, c’est aussi son credo à la présidence de l’association de l’Asie occidentale pour le football. En 2012, il mène campagne pour lever l’interdiction du voile islamique dans les compétitions de football. C’est lui aussi qui relance l’équipe de foot féminine en Jordanie. Il aime à parler de la responsabilité sociale du sport et surtout du football.

    Depuis son élection au poste de vice-président de la Fifa en 2011, il s’est aussi forgé une image de « Monsieur Propre ». Il a plusieurs fois insisté sur l’importance de la transparence et a appelé à un vrai ménage anticorruption au sein de l’organisation. On le dit discret mais déterminé. Il a les qualités d’un chef. Le fils du roi Hussein souhaite monter sur le trône du football mondial. Un rêve peut-être inaccessible. Mais un rêve qui séduit beaucoup de pays arabes du Moyen-Orient et du Golfe où le football est le seul sport populaire.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.