GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Juin 2019, mois de juin le plus chaud sur Terre depuis 140 ans (National Oceanic and Atmospheric Administration)
    • «Renvoyez-la!»: Trump dit désapprouver les slogans scandés à son meeting
    • Iran: Rohani appelle Macron à «intensifier» les efforts pour sauver l'accord nucléaire
    • Washington demande à l'Arabie saoudite de libérer le blogueur Raef Badaoui (Pence)
    • Les États-Unis vont pousser pour la liberté religieuse en Corée du Nord (Pence)
    • Sanctions américaines contre des dirigeants de milices liées à l'Iran en Irak (Mike Pence)
    • Tour de France 2019: Simon Yates s'impose dans la 12e étape, Julian Alaphilippe conserve le maillot jaune
    • Maroc: trois hommes condamnés à la peine de mort pour l'assassinat de deux Scandinaves
    Sports

    XV de France: Les Bleus gagnent mais inquiètent

    media Alexandre Flanquart, Mathieu Bastareaud et Nicolas Mas lors de la rencontre face à l'Ecosse au Stade de France, le 5 septembre 2015. REUTERS/Benoit Tessier

    Le XV de France s’est imposé au bout du suspense contre l’Écosse (19-16), ce 5 septembre au Stade de France. Mais pour son dernier match de préparation avant son entrée en lice à la Coupe du monde de rugby en Angleterre contre l’Italie, les Bleus n’ont pas rassuré.

    Il voulait effacer ses derniers doutes avant son entrée en lice à la Coupe du monde de rugby en Angleterre contre l’Italie, le 19 septembre. Il les a accumulés. Deux semaines après un succès plein de promesses contre l’Angleterre (25-20), le XV de France est retombé dans ses travers contre l’Écosse. Malgré une victoire obtenue en toute fin de partie (19-16), les Bleus n’ont pas rassuré.

    Les Français ont d’abord fait preuve d’une inquiétante indiscipline. En première période, ils ont concédé huit pénalités, soit une de plus que sur l’ensemble du dernier match contre l’Angleterre. Ces fautes à répétition ont permis au demi de mêlée écossais Greig Laidlaw de passer trois coups de pied (9e, 22e et 40e), offrant au XV du Chardon un avantage de trois points à la mi-temps (6-9). Thierry Dusautoir fait partie des joueurs qui ont été les plus sanctionnés. De retour après avoir manqué la double confrontation avec l’Angleterre, le capitaine des Bleus est passé à côté de sa rencontre. De toute évidence en manque de rythme et, plus préoccupant, de repères, il a multiplié les fautes, les pertes de balles et les mauvais choix.

    Les Bleus s'en sortent grâce à leur pack

    Autre motif d’inquiétude pour l’équipe de France, son manque de réalisme chronique. Plusieurs fois en position de marquer contre l’Écosse, les hommes de Philippe Saint-André ont fait preuve de maladresse dans le dernier geste. Une passe en-avant, celle de Mathieu Bastareaud pour Wesley Fofana qui voyait son essai être logiquement refusé (34e), un pied en touche, celui de Yoann Huget qui échouait à quelques mètres de l’en-but après une superbe accélération (50e), ou encore un ballon éjecté trop lentement après une percée de Scott Spedding (61e). A force de vendanger, les Français ont été punis par un essai de Tommy Seymour sur un contre assassin (12-16, 61e).

    Comme souvent quand il est malmené, le XV de France s’en est remis à sa conquête pour s’en sortir. Avec un contre efficace en touche et une mêlée dominatrice, le paquet d’avants français a une nouvelle fois répondu présent. C’est grâce à lui, d’abord, que Frédéric Michalak, auteur de trois pénalités (18e, 31e et 44e), a passé la barre des 400 points en sélection (403). C’est grâce à lui, surtout, que les Écossais ont été réduits à quatorze (carton jaune pour David Denton, 71e). A un de moins, les joueurs de Vern Cotter ont logiquement fini par craquer, encaissant un essai de Noa Nakaitaci (19-16, 73e). Malgré sa supériorité numérique, la France s'est fait peur jusqu'à la fin. Elle aurait même dû concéder le match nul si l’Écosse n'avait pas choisi de jouer à la main une pénalité obtenue à vingt mètres des perches à la dernière minute.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.