GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    FIFA: Sepp Blatter et Michel Platini sont suspendus 90 jours

    media Sepp Blatter et Michel Platini en juin 2015. AFP PHOTO / MICHAEL BUHOLZER

    Joseph Blatter et Michel Platini, président de l'UEFA et candidat à la présidence de la FIFA, ont été suspendus 90 jours, jeudi 8 octobre, par la commission d'éthique de la FIFA. Selon les statuts de la FIFA, Issa Hayatou, le président de la Confédération africaine de football devient président de la FIFA par intérim tandis que l'UEFA serait gouvernée par l'Espagnol Angel Maria Villar.
     

    Joseph Blatter, président démissionnaire de la FIFA, et Michel Platini, président de l'UEFA et candidat à la présidence de la FIFA, ont été suspendus 90 jours jeudi par la commission d'éthique de la FIFA. D’autre part, Chung Mong-joon, ex-vice président de la FIFA et candidat également à la présidence, a été suspendu pour six ans de toute activité liée au football. Jérôme Valcke pour sa part, secrétaire général de la FIFA déjà relevé de ses fonctions mi-septembre, a été suspendu provisoirement 90 jours. Toutes ces suspensions sont immédiatement appliquées.

    Des accusations graves

    « Pendant les périodes mentionnées, les personnalités citées sont bannies de toute activité liée au football que ce soit sur le plan national ou international », peut-on lire dans le communiqué du comité d'éthique. La question qui se pose désormais est de savoir qui va remplacer temporairement Sepp Blatter et Michel Platini à la tête de la FIFA et de l’UEFA. La commission d'éthique précise que pour Sepp Blatter, Michel Platini et JérômeValcke, cette suspension de toute activité liée au football au niveau national et international -avec effet immédiat- peut être étendue de 45 jours supplémentaires.

    Sepp Blatter est accusé par la justice suisse d'avoir « signé un contrat défavorable » à la FIFA avec l'Union caribéenne de football. L’ancien homme fort du football mondial aurait vendu très en-dessous des prix du marché les droits de diffusion TV des Mondiaux 2010 (Afrique du Sud) et 2014 (Brésil). Il fait aussi l'objet d'une procédure pénale suisse, notamment pour un versement en 2011 de 1,8 millions d'euros à Michel Platini.

    Jérôme Valcke est quant à lui été accusé par un prestataire de la FIFA d'être impliqué dans une revente de billets au marché noir lors du Mondial 2014 au Brésil.

    En ce qui concerne Chung Mong-joon, on lui reproche d'avoir voulu favoriser la Corée du Sud dans l'attribution du Mondial 2022, finalement octroyé au Qatar. De son propre aveu, il était sous la menace d'une suspension de 19 ans.

    Un rêve qui peut s'envoler pour Platini

    Michel Platini avait accusé ce jeudi « une source officielle de la FIFA » d'être à l'origine hier mercredi d'une « fuite délibérée qui vise à porter atteinte à (s)on image », au sujet d'une supposée recommandation de suspension de 90 jours par la commission d'éthique de la FIFA. Dénonçant une fuite « insidieuse dans sa nature et inacceptable dans son procédé », Platini soulignait sa « disposition à collaborer dans le respect des règles de procédure les plus strictes », ajoutant que « La FIFA les a quant à elle clairement bafouées ». Michel Platini avait par ailleurs adressé ce matin les lettres de soutien requises pour pouvoir déposer sa candidature à la présidence de la FIFA. Doit-il désormais faire une croix sur la possibilité de devenir le numéro 1 du football mondial ? 

    « J'ai toujours agi et me suis toujours exprimé avec honnêteté, courage et franchise car j'estime que c'est mon devoir moral, a écrit Platini dans son communiqué publié avant l’annonce de sa suspension. Si les intentions prêtées à la chambre d'instruction de la commission d'éthique de la Fifa venaient à se confirmer (elles sont désormais confirmées, ndlr), je ne ménagerai pas mes efforts pour que la vérité s'impose. Que personne ne doute de ma volonté déterminée à atteindre cet objectif ». La suspension de Platini n'écarte toutefois pas de facto sa candidature à la présidence de la FIFA pour l'élection du 26 février, a précisé à l'Agence France Presse le porte-parole de la commission d'éthique. C'est « la commission électorale de la FIFA qui sera chargée d'étudier la validité » de cette candidature.
     

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.