GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    J-C Rolland: «L’aviron est encore en plein développement en Afrique»

    media Lors des qualifications pour les JO 2016 et Championnats d'Afrique 2015 à Tunis. Tunisian Rowing Federation

    Tunis a accueilli entre le 4 et le 11 octobre 2015 des régates internationales, les qualifications africaines pour les Jeux olympiques 2016, ainsi que les Championnats d’Afrique. Jean-Christophe Rolland, le président de la Fédération internationale des sociétés d'aviron, a salué l’organisation de ces trois événements et se dit optimiste pour le développement de son sport sur le continent.

    RFI : Jean-Christophe Rolland, êtes-vous satisfait de l’organisation des régates internationales de Tunis, des qualifications africaines pour les JO et des Championnats d’Afrique, qui ont eu lieu dans la capitale tunisienne ?

    Jean-Christophe Rolland : […] Ces trois événements ont été très bien organisés. La Fédération tunisienne d’aviron a acquis une certaine expérience puisqu’elle organise régulièrement ce genre d’événements internationaux.

    Pouvez-vous expliquer pourquoi les Championnats d’Afrique ne sont pas directement qualificatifs pour les JO 2016 ?

    On a un système de qualification un tout petit peu compliqué ou qui peut le paraître à ceux qui n’y sont pas habitués. […]

    Aux JO, le nombre d’athlètes par sport est contingenté. En ce qui concerne l’aviron, on a le droit à 550 athlètes. 80% des places aux Jeux sont attribuées lors des Championnats du monde d’aviron qui ont lieu l’année qui précède les JO. Cette année, il s’agissait donc des Championnats du monde qui ont eu lieu en septembre à Aiguebelette, en France.

    Les 20% de places restantes sont ensuite attribués au travers de régates continentales. […] Peu de catégories d’aviron sont concernées par ces qualifications.

    A Tunis, par exemple, ces qualifications se sont disputées sur quatre épreuves : les skiffs masculins et féminins (bateaux à une place, Ndlr) et les deux de couple poids légers (bateaux à deux places, Ndlr) masculins et féminins.

    Trente-deux pays africains sont affiliés à la Fédération internationale des sociétés d'aviron (Fisa). Mais sait-on combien il y a de licenciés sur le continent ?

    C’est très difficile à dire parce qu’on a du mal à avoir ce genre de chiffres. […]

    On a aujourd’hui 32 pays affiliés à la Fisa en Afrique. Entre 24 et 27 ont participé à ces qualifications olympiques et aux Championnats d’Afrique.

    L’aviron est encore en plein développement en Afrique. Il ne faut pas se le cacher : historiquement, à part dans quelques pays, ce n’est pas un sport très développé.

    Mais on a quelques exemples, notamment en Egypte, en Tunisie, ou plus globalement au Maghreb, où l’aviron est implanté depuis de nombreuses années.

    Dans quels pays du continent la pratique de l’aviron a-t-elle le plus progressé ces dernières années ?

    Plusieurs pays se démarquent un tout petit peu. Je citerai l’Afrique du Sud qui a vraiment élevé son niveau, au point de décrocher une médaille d’or aux Jeux olympiques 2012. C’est assez exceptionnel. C’était la première médaille d’or en aviron de l’histoire du continent. Ça a été très très belle réussite.

    L’Egypte a aussi une très longue tradition. Leur fédération a été fondée en 1907. Ils ont eu de très bons athlètes qui ont décroché des médailles lors de régates internationales.

    Puis on a un pays comme la Tunisie qui se structure et qui dispose d’infrastructures pour développer l’aviron. Ils ont aussi des entraîneurs et une fédération très dynamique.

    Ces pays ont progressé et ont désormais un niveau tout à fait acceptable sur le plan international.

    Quels sont les principaux freins à la pratique de l’aviron sur le continent ?

    L’un des principaux freins est l’accès au matériel. On trouve des athlètes dans de nombreux pays. Et beaucoup d’entre eux ont le profil pour faire de bons rameurs. Mais il faut du matériel, des bateaux notamment. Il faut également l’encadrement qui va avec.

    Même si le programme de développement de la Fisa permet d’aider ici où là, sur le plan matériel, avec des bateaux et des machines à ramer, il faut aussi aider via l’encadrement. Il faut former des entraîneurs.

    En ce qui concerne l’accès à l’eau, on arrive à trouver dans beaucoup de pays des rivières ou des plans d’eau adéquats pour la pratique de l’aviron.

    Lorsqu’on trouve des gens qui sont passionnés, motivés et qui savent coordonner l’implantation de l’aviron, ça fonctionne assez bien.

    Mais c’est assez difficile lorsque les ressources financières sont assez limitées et qu’on n’a pas cette organisation, cette coordination, qui permet de réunir les athlètes, les entraîneurs et le matériel.

    En 2012, des Sud-Africains ont décroché une médaille d’or en quatre de pointe sans barreur. Ce genre de performances peut-ils se renouveler régulièrement ou s’agit-il d’un exploit isolé ?

    Ça a été un exploit. Mais ils pourront le renouveler. […] L’équipe sud-africaine dispose aujourd’hui d’athlètes très compétitifs sur le plan international. Ils ont gagné une médaille d’or en deux de couple poids légers hommes aux Championnats du monde 2014 et ils ont décroché le bronze cette année à Aiguebelette. Ils peuvent donc prétendre à des médailles aux Jeux olympiques.

    Toutefois, les options sur le continent africain sont certainement limitées. […] Donc, on ne parle pas d’une récolte de plusieurs médailles. On parle de quelques médailles.

    Pour le futur, on essaie de développer l’aviron dans ces pays. On veut que la pratique de l’aviron augmente et que le niveau des pratiquants s’élève.

    Je pense qu’on peut compter sur le continent africain. Peut-être pas à grande échelle. Mais ici ou là, on peut trouver des athlètes de très très bon niveau, qui seront compétitifs sur le plan international.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.