GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Dopage: les aveux de Lamine Diack secouent la politique sénégalaise

    media Lamine Diack, ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme. REUTERS/Jason Lee

    Le Sénégalais Lamine Diack, ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), a dévoilé aux enquêteurs de l’Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales avoir reçu 1,5 million d’euros destinés à une campagne pour battre l'ex-président Wade lors de l'élection présidentielle sénégalaise de février 2012. En échange, Lamine Diack s’est engagé à couvrir les pratiques de dopage de la Russie et retarder des suspensions d’athlètes russes.

    Après avoir tenté de nier les soupçons de corruptions qui le visaient, Lamine Diack a finalement décidé de parler. Le Monde révèle ce vendredi 18 décembre les aveux passés par Lamine Diack, l’ancien président de la Fédération internationale (IAAF), mis en examen pour « corruption passive » et « blanchiment aggravé », face aux enquêteurs de l’Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales.

    Financer la présidentielle 2012 au Sénégal

    Le 2 novembre dernier, il a lâché une bombe aux enquêteurs en révélant vouloir gagner la « bataille de Dakar » pour « renverser le pouvoir en place ». Une allusion aux élections présidentielle et législatives de 2012. « Il fallait pour cela financer notamment le déplacement des jeunes afin de battre campagne, sensibiliser les gens à la citoyenneté. (…) J’avais donc besoin de financements pour louer les véhicules, des salles de meetings, pour fabriquer des tracts dans tous les villages et tous les quartiers de la ville », raconte-t-il selon des extraits de procès-verbaux cités par Le Monde. C’est aussi à ce moment-là qu'apparaissent des soupçons de dopage concernant des athlètes russes, à quelques mois des championnats du monde d’athlétisme à Moscou.

    Avec Habib Cissé, son conseiller juridique, et Gabriel Dollé, le responsable du département médical et antidopage de l’IAAF, Lamine Diack couvre les pratiques dopantes et retarde les suspensions, en échange d’argent. Valentin Balakhnichev, alors président de la Fédération russe et trésorier de l’IAAF, organise tout selon Lamine Diack. « Nous nous sommes entendus, la Russie a financé », explique-t-il. « Quand j’ai sollicité une aide de la part de Balakhnichev, je lui ai dit que pour gagner les élections, il me faudrait environ 1,5 million d’euros. (...) Il m'a dit : ''On va essayer de les trouver, il n’y a pas de problème''. » C'est son fils Papa Massata Diack qui s’est chargé du financement auprès de Valentin Balakhnichev.

    Interrogé par l'Agence france presse, l'un des avocats de Lamine Diack a réfuté tout lien entre cette aide financière et l'attitude de son client face aux cas de dopage en Russie. « Lamine Diack conteste absolument qu'il y ait un lien entre ce financement en 2012 et le sort des athlètes russes », a déclaré Me Alexandre Varaut. « Ce que la Russie a pu faire pour le financement des élections au Sénégal n'est pas la contrepartie d'un avantage consenti aux athlètes ou à la fédération russe », a-t-il ajouté.

    La Russie et le Sénégal démentent

    Ce qu'il faut retenir, c'est qu'en 2012 l'opposition était plurielle
    Mame Baye Niang Ministre sénégalais de la Jeunesse 18/12/2015 - par RFI Écouter

    Toujours dans Le Monde, Valentin Balakhnichev dément. « Ni moi ni ma fédération n’avons été impliqués dans une telle discussion ou affaire avec M. Diack. Ce type de business n’est pas de notre intérêt et pouvoir. Nous ne pouvons pas interférer dans les affaires intérieures du Sénégal. »

    Concernant la suspension des athlètes russes, Lamine Diack a reconnu que l’IAAF était à ce moment-là en négociation pour ses droits de sponsoring, avec la chaîne de télévision russe RTR et la banque publique russe VTB. « Il fallait reporter la suspension (…) après les championnats du monde de 2013. (...) S’il n’y avait pas eu de droits de télévision, de droits marketing, et si des athlètes avaient été suspendus, c’était la catastrophe », avoue Lamine Diack.

    La Russie aurait donc acheté la protection de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) contre le financement de dépenses électorales au Sénégal en 2012. El Hadj Kassé, le ministre chargé de la Communication de la présidence a déclaré n’avoir reçu « aucun financement de Lamine Diack et a fortiori de la Russie ».

    Il est temps de trouver une solution à cette corruption qui gangrène notre vie démocratique
    Babacar Gaye Porte-parole du PDS (Parti démocratique sénégalais) 18/12/2015 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.