GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Aujourd'hui
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Athlétisme: nouvelles révélations de l’Agence mondiale anti-dopage?

    media Le Kenya compte une quarantaine d'athlètes contrôlés positifs depuis 2012. Getty Images/Michael Steele

    L’Agence mondiale anti-dopage (AMA) doit dévoiler ce jeudi 14 janvier la deuxième partie de son rapport d’enquête sur l’athlétisme et il pourrait faire grand bruit. La première partie publiée en novembre dernier avait été accablante pour la Russie coupable d’un dopage généralisé. Le séisme avait été suivi de révélations sur la corruption d'officiels de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) jusqu'à son ancien président, le Sénégalais Lamine Diack, mis en examen depuis.

    De nouvelles révélations fracassantes en perspective. Les déclarations de Dick Pound nous y ont préparé. Le Canadien qui dirige la Commission d'enquête indépendante de l'AMA a prévenu dans la presse britannique : « Quand nous rendrons ces informations publiques, il y aura un effet de sidération. Les gens se demanderont comment cela a pu être possible. » Aujourd'hui à Munich c'est encore lui qui prendra la parole comme c'était le cas déjà en novembre dernier. Dick Pound avait alors résumé en quelques mots ce que les enquêteurs avaient découvert : « C’est pire que ce que ce que l'on pensait ».

    Un système de dopage généralisé était à l’œuvre depuis des années dans l'athlétisme russe avec des contrôleurs étroitement surveillés par la police secrète et des complicités jusqu'au sommet de l'Etat comme au plus fort de l'époque soviétique. Et Dick Pound d'en tirer les conséquences : « Pour 2016, nous recommandons la suspension de la Fédération russe. » Ce qui a été fait depuis. A l'heure qu'il est, les athlètes russes n'ont aucune garantie de pouvoir participer aux Jeux olympiques en août à Rio.

    Le Kenya dans le collimateur

    Pour la conférence de presse de ce jeudi, le directeur de l’AMA David Howman a clairement annoncé «des détails choquants» sur le système de corruption mis en place par des dirigeants russes et certains responsables de la Fédération internationale. Pour le reste, il y a les pistes esquissées par Dick Pound. Il a parlé à plusieurs reprises du Kenya. Comme la Russie, le Kenya est au coeur des enquêtes de la chaîne de télé allemande ARD, enquêtes qui ont très largement inspiré les investigations de l'AMA. Le Kenya qui a terminé en tête du tableau des médailles aux derniers Championnats du monde compte aussi une quarantaine d'athlètes contrôlés positifs depuis 2012.

    Damien Ressiot, directeur des contrôles à l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) s'attend à ce que ce pays se fasse épingler peut-être dès aujourd'hui : « Le Kenya pose tout un tas de problèmes depuis un certain nombre d'années. C'est un pays où il est très difficile de localiser les sportifs. L'IAAF a toujours eu des problèmes pour faire des prélèvements sanguins par exemple et les ramener dans un laboratoire accrédité. Ensuite on connaît toute cette faune de managers plus ou moins véreux qui ont mis le grapin sur des athlètes kényans, qui les initient au dopage et qui ensuite tirent de substantifiques revenus sur les primes que touchent les athlètes dans les compétitions en Europe. On attend évidemment à Munich des révélations sur le Kenya mais je pense qu'on pourrait apprendre des choses sur la Turquie, sur le Maroc, peut-être sur d'autres pays de l'est. Il n'y aura pas que le Kenya à mon avis. »

    La Jamaïque concernée ?

    Parmi les pays qui gagnent beaucoup de médailles en athlétisme, il y a aussi la Jamaïque. Là encore, c'est un pays qui a été cité par Dick Pound. Il y a quelques jours dans le quotidien japonais Yomiuri Shimbun, le Canadien a rappelé à quel point les Jamaïquains avaient dominé le sprint à Londres en 2012 et à quel point ils avaient été peu contrôlés chez eux avant ces Jeux.

    Le Français Stéphane Caristan, ancien champion d'Europe du 110 mètres haies et pourfendeur des tricheurs, ne serait pas étonné que le pays de Bolt soit concerné : « Je pense aux sprinteurs jamaïquains qui ont été secoués par quelques affaires de dopage et non des moindres. J'ose espérer... En tout cas j'en ai un en tête, je vais le dire clairement : c'est Usain Bolt. J'espère qu'il ne sera pas de la partie parce qu'encore une fois son profil était insoupçonnable par rapport à sa progression depuis qu'il est cadet. Ce serait vraiment un coup de tonnerre plus phénoménal encore que ce que le premier rapport a donné au niveau de l'athlétisme russe même si on s'en doutait un petit peu pour les Russes». 

    Nouveau séisme pour l'athlétisme ou répliques de celui qui s'est produit en novembre : réponse avec la conférence de presse qui débute à 15 heures ce 14 janvier à Munich.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.