GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Cyclisme: la Tropicale Amissa Bongo à l’heure du Brésil

    media L'équipe brésilienne Funvic Soul Cycles-Carrefour à Libreville, le 17 janvier 2016. Photo: Gautier Demouveaux

    Dans huit mois, le monde entier aura l’œil rivé du côté de Rio de Janeiro où se dérouleront les Jeux olympiques. L’occasion pour la Tropicale Amissa Bongo et le continent africain d’envoyer un message amical au Brésil en invitant l’équipe Funvic Soul Cycles-Carrefour, qui fait partie des équipes continentales professionnelles depuis 2016.

    Libreville, envoyé spécial

    A peine son petit-déjeuner englouti, Magno Nazaret Prado est déjà dans les starting-blocks. Le jeune homme né à Dourados, une ville brésilienne de l'État du Mato Grosso do Sul, a déjà hâte de faire tourner ses roues sur le sol gabonais. Il est prêt pour un dernier entraînement ce dimanche 17 janvier !

    Une aventure pour les coureurs brésiliens

    « On est très content d’être d’ici. C’est un peu grâce à Antonio Pérez que l’on va vivre ce rêve de s’éloigner de notre continent pour découvrir autre chose. Il nous a dit que la course était très bien, le public accueillant. Il en garde un très bon souvenir », raconte avec enthousiasme Magno Nazaret Prado qui a l’ambition de voir son équipe « triompher » le 24 janvier dans les rues de Libreville.

    En 2014, Antonio Pérez, qui est aussi présent, avait eu l’occasion de participer à la neuvième édition en compagnie de l’équipe espagnole Caja Rural et de son leader de l’époque : Luis Leon Sanchez. Sanchez avait terminé deuxième derrière l’Erythréen Natnael Berhane après une lutte sans merci dans les rues de la capitale gabonaise lors de la dernière étape. En dehors du Gabon, Magno Nazaret Prado aura même l’occasion de rouler sur les routes de Cameroun puisque la quatrième étape arrivera à Ambam.

    Au Brésil, un peu comme dans pas mal de pays africains, le cyclisme ne fait pas partie des sports les plus populaires. « Mais ça commence à venir et avec les JO, on va peut-être intéresser plus de gens », confie Magno Nazaret Prado. Son équipe, qui se déplace sur le continent sud-américain avait envie d’essayer cette course pour, entre autres, se mesurer aux formations qui participent au Tour de France. « C’est une formation qui devrait sortir de chez elle et aller se mesurer aux autres sur le sol européen. C’est une belle entrée en matière pour eux », raconte Benjamin Burlot, expert technique sur la Tropicale.

    L'exemple de l'Erythréen Tékléhaimanot

    Cette participation illustre aussi les liens naturels entre le Brésil et le Gabon. « En étant organisateur d’un événement sportif majeur sur le continent africain, cela aurait été dommage d’ignorer cette année brésilienne avec les JO. De plus, ils ont été au cœur de l’actualité sportive mondial en 2014 avec la Coupe du monde de football », renchérit Benjamin Burlot.

    « Notre concept devrait se généraliser. Accueillir cette équipe brésilienne, c’est aller dans le sens de l’internationalisation du cyclisme », explique Philippe Crépel, le directeur de course, qui regrette que l'équipe sud-africaine Dimension Data ait décliné l'invitation. « Avant tout, on s’inscrit dans un soucis de développement du cyclisme », précise-t-il. N'oublions pas qu’avant d’être au départ du Tour de France l’été dernier, l’Erythréen Daniel Tékléhaimanot, élu meilleur cycliste africain de l’année, avait aussi appris son métier au Gabon où il avait remporté une étape lors de l’édition 2011. Comme ses compatriotes Mauro Ribeiro ou encore Murilo Fischer, Magno Nazaret Prado rêve évidemment du Tour de France. Et un succès au Gabon le mettrait certainement sur la bonne voie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.