GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Euro de handball: les Bleus chutent contre la Pologne

    media Cédric Sorhaindo et l'équipe de France a été dominée par la Pologne, le 19 janvier 2016 à Cracovie. ATTILA KISBENEDEK / AFP

    L’équipe de France de handball a concédé son premier revers de l’Euro ce mardi 19 janvier, contre le pays organisateur, la Pologne (25-31). Les Bleus ont payé une entame de match totalement ratée. Ils doivent désormais réussir un sans-faute pour se qualifier pour les demi-finales.

    C’était son premier vrai test, il est raté. Après deux victoires plutôt faciles contre la Macédoine (30-23) et la Serbie (36-26), l’équipe de France de handball s’est inclinée ce mardi contre la Pologne (25-31), pays organisateur et troisième du dernier Mondial, pour son dernier match du premier tour de l’Euro.

    Il faut dire que les Bleus, privés de plusieurs joueurs majeurs pour cette compétition, ont totalement manqué leur entame de match (1-4, 5e). Dans une salle surchauffée par 15 000 supporters polonais, les joueurs de Claude Onesta ont fait preuve d’imprécision et de précipitation en attaque. En défense, le gardien Thierry Omeyer a été en difficulté, pas aidé par ses coéquipiers, incapables d’arrêter Karol Bielecki (10 buts).

    « C'est difficile de courir après le score »

    « On a subi sur le plan physique, a reconnu l’entraîneur Onesta au micro de BeinSport. On n’est jamais entrés dans l’intensité des duels. Ils ont fait la course devant, avec de la confiance. Quand vous n’êtes pas dans le rythme, l’adversaire va plus vite que vous. Pendant dix minutes, on allait au shoot au bout de deux ou trois passes alors qu’il fallait les travailler plus longtemps. C’est une défense lourde, il fallait les faire bouger. Avec le manque de confiance, on a forcé les situations. »

    Résultat, la Pologne a rapidement compté sept buts d’avance (5-12, 20e). « Les Polonais sont très costauds, ils ont du gabarit, ils mettent de l’intensité, explique Omeyer. Ils sont mieux entrés dans le match que nous, c’est difficile de courir après le score. » Portés par un très bon Kentin Mahé (5 buts), à son avantage quand il a été utilisé en position de demi-centre, les Français ont infligé un 5-0 à leurs adversaires en fin de première période (de 7-14 à 12-14, 29e), pour finalement rentrer au vestiaire avec trois buts de retard (12-15, 30e). Un moindre mal.

    Plus le droit à l'erreur

    Mais après être revenue à deux longueurs en début de seconde période (14-16, 33e), la France a connu un nouveau passage à vide dont ont profité les Polonais pour reprendre le large (14-20, 39e). Un écart trop important face à une équipe d’un tel niveau, et ce malgré l’activité de l’ailier droit Luc Abalo (5 buts). « On est revenus à deux buts en début de seconde période, il aurait fallu revenir encore un peu plus pour les mettre sous pression », regrette Omeyer.

    A l’image des stars du PSG Daniel Narcisse (1 but) et Nikola Karabatic (1 but), l’équipe de France est passée à côté de ce rendez-vous. Elle est tout de même qualifiée pour le tour principal, mais devra réaliser un sans-faute pour atteindre les demi-finales. « Il faudra gagner nos trois matches », confirme Omeyer. « On savait que le parcours ne serait pas sans embûche, ajoute Onesta. Ce n’est qu’un match. On verra si on les retrouve un peu plus tard. » Souhaitons-le, car les Bleus ne pourront pas affronter la Pologne avant une éventuelle finale.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.