GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 3 Octobre
Mardi 4 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Sports

    Tropicale Amissa Bongo : Où en est le cyclisme algérien?

    media Hannachi Abdelbasset lors de la première étape de la Tropicale Amissa Bongo, le 18 janvier 2016. Photo: Farid Achache / RFI

    Encore une fois, l’Algérie est au départ de la Tropicale Amissa Bongo. Si le cyclisme algérien a beaucoup progressé, le pays ne compte pour le moment qu’un seul coureur professionnel : Youcef Reguigui. Adberrahmane Bechlaghem et Nassim Saidi sont les deux plus jeunes de l’équipe et la Tropicale sera une expérience enrichissante pour marcher sur les traces de Reguigui.

    De notre envoyé spécial au Gabon,

    Lundi 14 janvier, sous un soleil de plomb et une chaleur étouffante à Kango, au Gabon, l’équipe nationale d’Algérie s’apprête à vivre une nouvelle édition de la Tropicale Amissa Bongo. Dans le minibus, avant la première étape, cinq coureurs s’activent et le sélectionneur Michel Thèze donne ses dernières consignes. La Tropicale Amissa Bongo fait partie des courses les plus importantes de la saison sur le continent africain et aussi pour l’Algérie.

    « Les jeunes coureurs sont là, mais ils manquent d’expérience »

    Mais premier couac, le jeune Adil Barbari, 22 ans, espoir du cyclisme algérien, est absent. Le jeune homme n’est pas en règle vis-à-vis de son service militaire et il n’a pas pu passer la frontière samedi. « Ce problème dure depuis plusieurs mois », regrette le Français Michel Thèze, qui a aussi été l’entraîneur du Centre mondial du cyclisme en Suisse. On lui doit la découverte de l’Erythréen Daniel Tékléhaimanot, premier coureur noir africain à participer au Tour de France et élu meilleur cycliste africain pour l'année 2015.

    « Les jeunes coureurs sont là, mais il manquent d’expérience. Il a y aussi des problèmes d’organisation au sein des clubs et de la Fédération. Les choses se mettent en place, mais cela prend beaucoup de temps, explique-t-il. C’est long de faire progresser un pays. Il faut la volonté de tout le monde. Mais le plus important, c’est que le potentiel soit là. Il faut amener ces coureurs qui ont une vingtaine d’années au plus haut niveau ».

    L’équipe est venue avec Adberrahmane Bechlaghem et Nassim Saidi. Ils ont moins de vingt-trois ans et ont de l'avenir selon Michel Thèze. « Il faut rester mesuré par rapport à nos objectifs, une victoire d’étape ce serait déjà très intéressant », lance tout de même le sélectionneur.

    L'exemple de Youcef Reguigui

    « Je constate que le cyclisme algérien est en pleine progression », nous dit Azzedine Lagab, qui à presque 30 ans reste un des meilleurs coureurs algériens de sa génération. Mais il n’a pas eu l’occasion de passer professionnel comme Youcef Reguegui. « Youcef est très populaire en Algérie. Il discute avec les jeunes coureurs qui doivent prendre exemple sur lui », avoue le capitaine de route sur cette Tropicale.

    « Les méthodes d’entraînement ont changé en Algérie et le cyclisme est un sport plus ouvert. On commence à avoir une meilleure hygiène de vie et il nous manque peut-être des jeunes qui ont de la patience. Nos coureurs sont talentueux, mais ils manquent d’expérience », explique Lagab. Depuis quelques années, avec Michel Thèze, des coureurs algériens partent faire des compétitions en France durant l’été. Pour Lagab, cela à contribué à la progression du cyclisme algérien. « Ils apprennent à gérer leur effort et à bien se placer dans le peloton. Je crois que tout ce travail va payer d’ici deux ou trois années », narre celui qui espère tout de même une victoire d’étape au Gabon pour sa quatrième participation.

    Hannachi Abdelbasset, qui avait remporté le maillot du plus combatif et du meilleur sprinteur lors de l’édition 2012, a aussi vu le cyclisme algérien prendre de la hauteur. A 30 ans, il a eu l’occasion de se persuader à plusieurs reprises que les coureurs algériens allaient finir par passer un palier. L’ancien champion d'Algérie sur route note que son pays a terminé deuxième de l’Africa Tour la saison dernière. « J’étais avec Youcef Reguigui il a quelques années et j’espère que d’autres vont suivre sa voie ».

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.