GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Tropicale Amissa Bongo: Francisco Mancebo, un vélo dans la tête

    media Franciso Mancebo. Photo: Gautier Demouveaux / Views

    En arrivant, il y a une semaine au Gabon, pour suivre l’édition de la 11e Tropicale Amissa Bongo, nous avons rencontré l’ancienne gloire du cyclisme espagnol, Francisco Mancebo. A presque 40 ans, il était l'un des doyens de la course dans l’équipe Skydive Dubaï. Rencontre.

    De notre envoyé spécial au Gabon,

    Un peu surpris que l’on s’intéresse encore à lui, Francisco Mancebo nous a donné rendez-vous dans sa chambre d’hôtel à Libreville. Là, allongé sur son lit pour récupérer d’une journée usante après la cinquième étape, il a, sans hésiter, répondu à toutes nos interrogations.

    Sur un vélo depuis l'âge de huit ans

    Et la première est, qu’à bientôt quarante ans, cette ancienne gloire du cyclisme espagnol, qui a brillé dans les années 2000, est encore sur un vélo. Après s’être illustré dans les plus grandes course du monde, - il a terminé 4e du Tour de France et compte notamment une victoire d’étape dans le Tour d’Espagne - Mancebo est toujours en activité.

    Avant de répondre, l’ancien champion d’Espagne sur route soupire et sourit. « Me gusta ! (j’adore) ». Il continue : « J’ai passé ma vie sur un vélo et j’ai du mal à faire autre chose. Ce n’est plus les grandes compétitions que j’ai connues, mais ça me plaît toujours. » Si Francico Mancebo incarne aux yeux de certains observateurs les pires années du cyclisme moderne, on ne peut pas lui reprocher d’être toujours et encore un amoureux de son sport. En raison de son implication présumée dans l’affaire « Puerto », un scandale de dopage qui touchait, entre autres, le cyclisme professionnel au printemps 2006, Francisco Mancebo fut interdit de Tour de France, à la veille du départ. Son nom avait été cité par les média espagnols et il avait été écarté par l’équipe française par l'équipe AG2R.

    Un personnage un peu mélancolique

    Francisco Mancebo lors du contre-la-montre à Libreville, le 23 janvier 2016. Photo: Farid Achache / RFI

    Ce père de famille se réjouit à l’idée d’évoquer David Arroyo, Pedro Delgado ou encore Sean Kelly, les idoles de son enfance. A huit ans, il était allé voir passer le Tour d’Espagne. « J’avais une bicyclette et c’était mon passe-temps favori », dit-il avec nostalgie. C'était aussi l'âge de ses premières compétitions.

    « Je pourrais faire autre chose mais j’aime encore ça. J’ai la chance de voyager beaucoup. J’ai découvert les Etats-Unis, j’ai fait de nouvelles courses. Des choses que je ne pouvais pas faire quand je participais aux grandes courses en Europe ». Mancebo vit une partie de l’année à Dubaï et se promène souvent en Asie avec Skydive Dubaï. Mais il avoue que « le temps a passé trop vite » et qu’il fait ce qu’il peut pour être encore « performant ». « Je ne pourrais plus m’entraîner comme avant et faire le Tour de France », précise-t-il.

    Depuis le début de l’entretien, Francisco Mancebo dégage un côté mélancolique. « Quand on est jeune, on veut faire les choses bien et finalement on a tendance à vouloir griller les étapes sans vraiment apprécier. Je regrette de ne pas avoir profité plus sereinement de mes jeunes années de coureur », regrette Mancebo. Sa sincérité est touchante. Mancebo regrette aussi que les jeunes coureurs de son équipe actuelle n’ont pas la culture du cyclisme. « Ils ne connaissent pas Richard Virenque (invité de l’épreuve, NDLR) ou encore mon ancien coéquipier Abraham Olano (ancien champion du monde et désormais sélectionneur du Gabon, NDLR) », s’étonne Mancebo. « Attention je ne sais pas tout », tient-il à préciser dans un éclat de rire.

    Francisco Mancebo. Photo: Gautier Demouveaux / Views

    Meilleur jeune du Tour de France 2000

    Dix ans après, le vainqueur du Tour d’Egypte 2015 a toujours en tête cette éviction d'avant la Grande Boucle. « C’est un souvenir encore très douloureux car j’avais tellement envie d’y être ». Son visage se crispe. Il prie tout bas pour que l’on change de sujet. « Allez, c’est du passé, n’en parlons plus ». Silence.

    Concernant le Tour de France, Francisco Mancebo est « fier » d’être monté sur la première marche du podium pour le classement par équipe en 1999 avec Banesto. Il a aussi porté le maillot de meilleur jeune en 2000. « C’est mon plus beau souvenir », lâche-t-il timidement. Profondément pudique, Francisco Mancebo n’a pas la grosse tête.

    L’Algérien Abderrahmane Bechlaghem qui porte ce même maillot pour cette 11e édition de la Tropicale connaît-il au moins l’histoire de Paco Mancebo, qui n’a pas encore passé son tour, et qui a toujours un vélo dans la tête ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.