GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Foot: l’affaire Aurier pollue l’avant PSG-Chelsea de Laurent Blanc

    media L'entraîneur du PSG, Laurent Blanc. REUTERS/Benoit Tessier

    Le Paris Saint-Germain (PSG) affronte Chelsea ce 16 février en 8e de finale aller de la Ligue des champions de football. La préparation de cette rencontre cruciale a été perturbée par les insultes du défenseur Serge Aurier à l’égard de l’entraîneur du PSG. Laurent Blanc a « très mal pris » ces propos et l’attitude de l’Ivoirien qu'il qualifie de « pitoyable ».

    Il y a encore deux jours, Laurent Blanc avait tout pour être content. Le club de football qu’il entraîne, le réputé Paris Saint-Germain (PSG), enchaîne les victoires et domine outrageusement le championnat de France, l'un des meilleurs d'Europe. Et son contrat avec le PSG a été prolongé avant même de savoir si les champions de France allaient enfin atteindre les demi-finales de la Ligue des champions.

    Mais la publication d’une vidéo où il se fait insulter par l’un de ses joueurs, Serge Aurier, a plongé Laurent Blanc dans une tourmente médiatique. La conférence de presse de présentation du 8e de finale aller de coupe d'Europe face à Chelsea – le match le plus important depuis le début de saison – s’est donc muée en un moment particulièrement pénible pour le technicien.

    Un Laurent Blanc tendu

    Laurent Blanc s’est présenté dans l’auditorium du PSG ce 15 février 2016 avec un joueur, le milieu de terrain Marco Verratti. Le chargé de presse du club annonce d’emblée : « Laurent Blanc répondra à une seule question concernant Serge Aurier. »

    Un journaliste demande tout de même à Marco Verratti, qui vient de prolonger son contrat jusqu’en 2020, si le PSG a préparé le match face à Chelsea dans de bonnes conditions, malgré le « Auriergate ». « Quel biaiseur ! » lâche Laurent Blanc, mi-irrité, mi-amusé par la question.

    Verratti, à l’image de son jeu, dribble néanmoins les médias sans trop de difficultés : « On arrive à ce match avec beaucoup de confiance. On a gagné beaucoup de matches en  championnat. On est premiers de Ligue 1 avec beaucoup de points d’avance. On sait que Chelsea c’est aussi un plus gros morceau. »

    Questionné sur son parcours avec le Paris Saint-Germain, l’Italien explique qu’il est utile pour un jeune d’écouter les joueurs plus âgés. « C’est important ça », marmonne Laurent Blanc, songeant sans doute à l’attitude de Serge Aurier, 23 ans.

    « Je trouve ça pitoyable »

    Enfin interrogé sur le fait d’avoir été insulté par le latéral droit, Laurent Blanc contient difficilement son amertume : « Comment je l'ai pris ? Très mal. Très mal dans la mesure où je pense qu'on peut avoir certains avis et certaines opinions, on est en démocratie et c'est heureux d'être dans un pays où on peut avoir des opinions. Mais ce garçon, il y a deux ans, je me suis vraiment engagé auprès de ma direction pour le faire venir à Paris, et vu ce que j'ai vu hier, les remerciements que j'ai c'est ça, je trouve ça pitoyable. »

    Sur la situation désormais intenable de Serge Aurier au PSG, Laurent Blanc ajoute : « Je pense qu'il s'est pénalisé lui-même, qu'il aurait dû se préparer aujourd'hui pour jouer un match de Ligue des champions demain. C'est quand même mieux que rester chez lui et ne pas savoir quoi faire... C'est pénalisant pour lui, et ce que je n'admets pas, c'est que c'est pénalisant pour le club. »

    « Mon problème avec Serge, je le règlerai avec lui »

    Laurent Blanc a déjà été confronté à des écarts de conduite de la part de jeunes joueurs de l’équipe de France, comme Yann Mvila, Hatem Ben Arfa ou Jérémy Ménez. « J'ai côtoyé cette nouvelle génération, il y a beaucoup de personnes dans cette génération qui passent leur temps à s'excuser, soupire-t-il. Je pense qu'au lieu de s'excuser il faut réfléchir à ce qu'on fait, comme ça, ça permet de ne pas s'excuser tout le temps. Serge, s'il a un problème avec moi, je ne me servirai pas des médias pour régler le problème. Mon problème avec Serge, je le règlerai avec lui ».

    Il ajoute : « Il n’y a pas de clubs à l’abri (de ce type de dérapage), surtout avec les réseaux sociaux. Ça devient de plus en plus compliqué de tout maîtriser. » Dépité, il souligne : « On aurait aimé se préparer avec plus de sérénité. On se serait bien privé de cette fameuse histoire. » Une place en quart de finale de la Ligue des champions, l’objectif européen minimum du PSG, est en jeu.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.