GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    JO 2024: Paris dévoile son projet

    media L'ancienne sprinteuse française, Christine Arron, pose avec le logo de Paris 2024 lors de la conférence de presse sur la candidature de Paris pour les JO 2024, le 17 février 2016. AFP PHOTO / FRANCOIS GUILLOT

    « La force d’un rêve », est le slogan de campagne choisi par le comité de candidature de Paris à l’organisation des Jeux olympiques 2024. Ce mercredi 17 février, le projet a été dévoilé en présence de 250 athlètes à la Cité de la musique. Le dossier a été officiellement déposé au Comité international olympique comme ceux de Los Angeles, Rome et Budapest.

    Depuis la Cité de la musique,

    « J’ai envie de voir Paris vivre au rythme du sport. Paris est un atout », lance Muriel Hurtis, championne du monde du relais 4 x 100 mètres lors des Mondiaux d’athlétisme de Paris en 2003. Le projet pour la candidature de la capitale française pour les Jeux olympiques de 2024 a été envoyé au Comité international olympique (CIO) et révélé aujourd’hui en présence du Premier ministre français Manuel Valls à la Cité de la musique devant 800 jeunes, drapeaux tricolores à la main.

    Des athètes concernés par la candidature de Paris

    C’est désormais une course contre-la-montre qui s’annonce avant le choix définitif à Lima au Pérou le 13 septembre 2017. D’ici là, la France devra convaincre et éviter la même déconvenue que lors de la candidature pour les JO de Londres en 2012. Cette fois, une grande partie des athlètes français sont motivés pour soutenir Paris 2024.

    « Je sens plus de ferveur », souligne Christine Arron, qui détient le record d’Europe sur 100 mètres. Dans la salle, ils étaient environ 250 à avoir fait le déplacement. Retraités ou encore athlètes de haut niveau, tous ont voulu faire passer un message important. Le judoka Teddy Riner veut que la « jeunesse française profite des JO » ; Marie-José Perec estime que « les JO à la maison » est le « plus beau cadeau » que l’on peut faire à la « jeunesse française ». « Le public va pouvoir vivre des émotions énormes dans des lieux magnifiques », explique la triple championne olympique.

    Laurent Blanc, entraîneur du Paris Saint-Germain, appelle le monde du football à se mobiliser. « J’ai toujours regretté de ne pas avoir fait les JO en tant qu’athlète », raconte le champion du monde 98.

    Des JO écologiques

    La particularité de la candidature de Paris est que les sites utilisés pour les compétitions sont déjà construits à soixante-dix pour cent. Par exemple, le Stade de France accueillerait la cérémonie d’ouverture et de clôture et l’athlétisme. Le Grand Palais verrait s’affronter les escrimeurs. A Bercy, judokas et basketteurs devraient se croiser. Une des plus grosses constructions serait la piscine olympique. Elle verrait le jour du côté du Stade de France. Des sites temporaires seraient installés notamment au pied de la tour Eiffel (beach-volley) et aux Invalides (tir à l’arc). « On a la chance de bénéficier déjà de sites extraordinaires avec en plus des monuments comme la Tour Eiffel, les Invalides, le Grand Palais, les Champs-Elysées », souligne Tony Estanguet, coprésident du comité de candidature avec Bernard Lapasset, actuel président de la Fédération internationale de rugby. D'ailleurs, le château de Versailles devrait être le terrain de jeu pour l'équitation.

    Les Jeux olympiques sont l’équivalent de quarante et un championnats du monde organisés au même endroit et au même moment. Anne Hidalgo, la maire de Paris, attend des JO « sobres et moins coûteux » et surtout « écologiques » pour laisser un héritage « digne » à la population de l’Ile de France. Le village olympique serait construit en Seine-Saint-Denis et les Franciliens profiteraient ensuite de 3 500 logements. La capitale française et sa banlieue que l’on nomme désormais le Grand Paris se lance dans un projet « exceptionnel » selon Manuel Valls qui pointe « un moteur de développement du sport pour tous ».

    Los Angeles, Rome et Budapest, les autres villes candidates à l'organisation des JO 2024, ont aussi déposé ce mercredi leurs projets auprès du CIO.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.