GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Le cécifoot, le football les yeux fermés

    media Au cécifoot, chaque équipe compte cinq joueurs sur le terrain. Nadia Bouda

    Ce week-end a lieu en région parisienne la Coupe de France de cécifoot. Sport paralympique depuis 2004, il permet aux malvoyants et non-voyants de pratiquer le football en toute sécurité. Contacts, dribbles, frappes et dépassement de soi font partie du jeu. Immersion à l’entraînement d’une équipe à Paris.

    « Voy ! Voy ! Voy ! » Ce cri, qui signifie « je viens » en espagnol, rythme tout le match qui oppose Anis, Samba, Tijane à Titi, Mourad, et Augustin. Les cécifootballeurs de l’Association Valentin Haüy (AVH) s’affrontent sur un terrain de football réduit, de 20 mètres par 10. Des deux côtés, une cage de handball. Toute l’aire de jeu est délimitée par des boudins gonflables. Ils permettent aux non-voyants de s’orienter en le touchant et leur évitent de sortir du terrain.

    Le ballon roule et fait du bruit

    Le « Voy », c’est la règle indispensable du cécifoot. Chaque joueur, les yeux bandés, doit s’annoncer haut et fort en criant « Voy » lorsqu’il défend sur un joueur ou qu’il se dirige vers le ballon, afin d’éviter tout contact dangereux entre deux adversaires qui ne se seraient pas signalés. Et le manager de l’équipe, Charly Simo, le rappelle à ses troupes : « Le "Voy", dites-le ! Si vous ne le faites pas, c’est penalty direct ! »

    Les règles du cécifoot ressemblent à celles du football classique, mais pour tenir compte du handicap, elles sont adaptées. Chaque équipe compte cinq joueurs sur le terrain. Seul le gardien de but est valide. Il n’y a pas de hors-jeu et les contacts sont autorisés, pourvu que les joueurs s’annoncent avec le « Voy ».

    Augustin en blanc, Tijane derrière lui. Nadia Bouda

    De loin, le ballon de cécifoot ressemble à s’y méprendre à un ballon de football classique. Même forme, poids quasi identique. Seule particularité, des grelots placés à l’intérieur de la sphère permettent aux aveugles de toujours savoir où se trouve la balle lorsqu’elle roule et rebondit.

    « Trois devant, tu es à 8 mètres, excentré ! »

    Privés de leurs yeux pour s’orienter, les joueurs se servent de leurs autres sens pour progresser sur le terrain et marquer le plus de buts possible pendant les deux périodes de 25 minutes que dure le match. La communication est essentielle. « Oui, oui, oui ! », s’égosille Samba. Excentré près du boudin à la gauche du terrain, l’ailier signale sa position à son coéquipier, Tijane, qui garde pour l’instant le ballon entre les pieds et tente de contourner le bloc défensif, à une dizaine de mètres, dans l’axe du but.

    Mais sur le terrain de cécifoot, les non-voyants ne sont pas les seuls à parler. Dans les buts, les gardiens, valides, crient tout le temps pour aider leurs joueurs. Charly Simo ne s’économise pas depuis ses buts : « Seul, seul ! A droite ! Bloque-le ! Ne le laisse pas passer ! »

    Derrière la cage cette fois, d’autres consignes résonnent, celles de Gabriel Faye, guide des joueurs de l’AVH depuis cinq ans. « Ballon perdu ! Trois devant Tijane, tu es à 8 mètres, excentré ! Tire ! » Juste derrière les filets, cet étudiant sénégalais met toute son énergie pour que les non-voyants puissent visualiser leur situation et sachent où se trouve le but.

    Avant d’arriver en France, Gabriel n’avait jamais entendu parler du cécifoot, mais il n’a pas hésité à rejoindre bénévolement l’AVH. « C’est comme si j’étais sur le terrain et que je participais au jeu », s’enthousiasme-t-il. « En fait, j’y participe, mais de façon indirecte. Quand ils marquent un but, je saute comme eux, je suis fou de joie ! ». Il rit : « Parfois je fais le tour, je vais embrasser les joueurs, puis je retourne à ma place ! Il y a beaucoup d’adrénaline ! »

    Le cécifoot, une aide dans la vie de tous les jours

    Ce n’est pas parce que les joueurs de cécifoot sont malvoyants ou non-voyants qu’ils en oublient la compétition. Sur le terrain l’ambiance est bon enfant, on sourit, on s’amuse (cela reste un jeu), mais la soif de vaincre est bien réelle. Plus d’une fois, Titi ou Mourad se retrouvent les fesses par terre après un contact, et se relèvent bien vite pour aller prendre le ballon à leur adversaire. Toujours dans la bonne humeur.
    Maillot du Real Madrid sur les épaules, le grand Augustin est l’un des premiers à chambrer lorsqu’un adversaire rate un penalty. « Olé ! Bouuuuuuuuuuuh ! », hurle-t-il, goguenard.

    C’est sa cinquième saison à l’AVH. Malvoyant de naissance, il apprécie de pouvoir taper la balle avec les autres : « Pendant toute ma scolarité, j’étais en milieu classique, et donc je pouvais difficilement faire des sports collectifs, mais plutôt de la natation, de la course à pied », raconte-t-il. A l’âge de 20, 21 ans, Augustin réalise que « ne pas pouvoir faire du sport en équipe, se dépenser avec un groupe », lui manque. Il se tourne alors vers cette discipline, « accessible », selon lui.

    Tijane place son ballon pour tirer un pénalty. Nadia Bouda

    Tijane, originaire de Nouakchott en Mauritanie, jouait au « foot normal » là-bas, avec ses copains. Aujourd’hui, le cécifoot lui sert dans sa vie de tous les jours : « Nous les non-voyants, ça nous aide beaucoup pour la représentation de l’espace », confie-t-il de sa voix chaude. « Sur le terrain, je sais si j’ai quelqu’un devant moi, je le ressens. Et maintenant dans la rue, c’est pareil parfois, je n’ai plus besoin de ma canne blanche, je sais que j’ai un mur devant moi par exemple ».

    Bien sûr, le cécifoot s’adresse avant tout aux non-voyants et malvoyants. Pour autant, il peut servir aux joueurs professionnels, assure Charly Simo, le manager de l’AVH. Ancien pro, il est désormais cadre technique à la fédération handisport. Il y a trois ans, il avait organisé une sensibilisation au cécifoot dans le club des Girondins de Bordeaux. Bénéfique, selon le manager, qui parle d’un « super outil pour les centres de formation. Cela permet aux jeunes de se rendre compte de l’utilité de communiquer sur un terrain », assure-t-il, regrettant qu’on ait parfois l’impression « lorsqu’on regarde certains de leurs matches, qu’ils sont sourds et malentendants tellement ils ne se parlent pas ».

    Du cécifoot pendant l’Euro cet été

    Depuis la médaille d’argent de l’Equipe de France aux Jeux paralympiques de Londres en 2012, le cécifoot jouit d’une meilleure exposition médiatique, au point qu’aujourd’hui, l’un des plus vieux clubs français, Le Havre, a une équipe de non-voyants.

    250 licenciés en France, c’est encore faible, mais ils pourraient être plus nombreux après l’Euro 2016 qui se tiendra en juin prochain dans tout le pays. Des démonstrations du foot à l’aveugle devraient être proposées dans les villes hôtes.

    En attendant, pour les six joueurs de l’AVH, c’est l’heure de la douche après deux heures d’effort. Ils quittent le terrain comme ils l’avaient rejoint. Bras tendus les uns derrière les autres, un guide devant. Direction les vestiaires.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.