GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Décembre
Mardi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    JO 2016: un refugié syrien porteur de la flamme olympique

    media Ibrahim Al-Hussein reçoit la flamme olympique des mains du président du Comité olympique hellénique, Spyros Capralos. REUTERS/Alkis Konstantinidis

    Un athlète syrien amputé d’une jambe suite à un bombardement et réfugié en Grèce depuis deux ans, a porté, ce 26 avril, la flamme olympique à travers le camp de réfugiés d’Eleonas à Athènes. Un relai symbolique voulu par le président du Comité international olympique lui-même. En janvier dernier, Thomas Bach avait fait la promesse que la flamme passerait par le camp et qu’un réfugié la porterait.

    Ibrahim Al-Hussein a réalisé « un de ses plus grands rêves ». A 27 ans, ce Syrien réfugié en Grèce depuis deux ans a porté la flamme olympique à travers le camp de réfugiés d’Eleonas à Athènes. A la fois réfugié, handicapé de guerre et grand sportif, Ibrahim Al-Hussein a parcouru 200 mètres chargés de très forts symboles. Le Comité international olympique (CIO) voulait ainsi « attirer l’attention de la planète sur le problème des 60 millions de personnes réfugiés dans le monde ».

    Electricien dans son pays, originaire de la zone troublée de Deir Ezzor, Ibrahim Al-Hussein a perdu son pied droit dans un bombardement. Cela ne l’a pas empêché d’entreprendre un périple pour arriver il y a deux ans à Athènes. Aujourd’hui, Ibrahim a son propre appartement, il est serveur dans un restaurant et continu à faire du sport malgré son handicap.

    Porter la flamme olympique, « un honneur »

    Sportif complet, Ibrahim était à la fois nageur de compétition et judoka en Syrie. Depuis son arrivée en Grèce il s’est lancé dans la pratique du basket. Pour lui qui autrefois rêvait de participer aux Jeux olympiques, pouvoir porter la flamme est un véritable privilège. « C’est un honneur », a-t-il confié lors d’une interview publiée sur le site de l’UNHCR. « Imaginez que vous réalisiez votre rêve le plus cher. Imaginez que ce dont vous rêviez depuis plus de 20 ans se réalise. »

    Ibrahim Al-Hussein, qui a reçu la flamme des mains du président du Comité olympique hellénique Spyros Capralos devant la foule des réfugiés du camp d’Eleonas rassemblés pour l’événement, a également expliqué vouloir la porter « pour lui-même, mais aussi pour les Syriens, pour les réfugiés du monde entier, pour la Grèce, le sport, pour ses équipes de natation et de basket ».

    La flamme olympique sera remise aux organisateurs brésiliens des Jeux olympiques à Athènes le 27 avril, elle arrivera au stade Maracana de Rio le 5 août pour ouvrir la 31e Olympiade de l’ère moderne. Des JO auxquels devrait d’ailleurs participer une équipe de réfugiés. Le président du CIO, Thomas Bach, a annoncé qu’une dizaine d’athlètes ayant dû fuir leur pays seraient autorisés à participer aux Jeux pour « envoyer un message d’espoir à tous les réfugiés du monde ».

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.