GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    JO 2016/Athlétisme: les larmes de Marie-Josée Ta Lou, la déception de Murielle Ahouré

    media L'Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou et la Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce. REUTERS/David Gray

    Les deux sprinteuses ivoiriennes, Marie-Josée Ta Lou et Murielle Ahouré, étaient qualifiées samedi 13 août pour les demi-finales du 100 mètres femmes. Murielle Ahouré n’a pas atteint le stade de la finale, alors que Marie-Josée Ta Lou a terminé quatrième, au pied du podium. La Jamaïcaine Elaine Thompson remporte ce titre très convoité.

    De notre envoyé spécial,

    Elle est passée devant nous en pleurant à chaudes larmes. Dans la zone du stade olympique de Rio dédiée à la presse, impossible de recueillir le moindre mot de la part de Marie-Josée Ta Lou. Trop d'émotion pour la championne d'Afrique du 200 mètres, en 2016 à Durban (Afrique du Sud). Elle qui a failli gagner la deuxième médaille olympique de l'histoire de la Côte d'Ivoire.

    Dans le même temps que Shelly-Ann Fraser-Pryce

    Pourtant, pour ses premiers Jeux, la sprinteuse ivoirienne a atteint la finale du 100 mètres. Dans l’arène bouillante, Marie-Josée Talou prend la quatrième place, classée dans le même temps que la Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce (10.86 s). On imagine l’énorme déception de l’athlète ivoirienne, si proche d’enfiler une médaille de bronze autour du cou avec un nouveau record personnel. Les deux ont été départagées à la photo-finish.

    « Aujourd’hui on se tue, Rio c’est maintenant », avait lancé dans la matinée le sprinteur ivoirien Ben Youssef Meïté au micro de RFI. C’est à la nuit tombée que ses deux compatriotes avaient débuté leur compétition. Mais tout n’a pas vraiment fonctionné pour Murielle Ahouré, qui, elle, n’a pas atteint la finale.

    La double championne d’Afrique, évidemment « déçue » de cette contre-performance, souhaitait pourtant le meilleur à sa compatriote. « J’espère qu’elle va ramener une médaille pour la Côte d’Ivoire », lançait Murielle Ahouré qui avait atteint la finale il y a quatre ans à Londres.

    Murielle Ahouré attend maintenant le 200 mètres

    En attendant la finale de Marie-Josée Talou, le Britannique Mo Farah a conservé la médaille d'or sur 10 000 mètres, dans un stade en plein délire. Sa joie tranchait par rapport aux deux représentantes ivoiriennes.

    « Je vais voir avec mon entraîneur ce qui s’est passé. J’ai le 200 mètres dans quelques jours. Au départ, j’étais très confiante. J’ai été un peu déstabilisée avec un faux pas dès les premiers mètres, précise Murielle Ahouré. Mais je n’ai pas paniqué et j’ai tout tenté jusqu’à la fin. J’ai senti les filles à côté de moi juste avant la ligne et j’ai espéré faire troisième et me qualifier au temps pour la finale ». Malgré tout, Murielle Ahouré, vice-championne du monde 2013, a gardé le sourire.

    Très tard dans la soirée, avec un peu de recul, Marie-Josée Ta Lou a fini par s’adresser à RFI. « Je voulais ramener cette médaille en Côte d’Ivoire. C’est dur, c’est une grosse épreuve pour moi. Si j’avais terminé dernière… Mais là, cela ne se résume à rien. Avoir été si proche, c’est une grosse douleur », dit-elle encore très émue. Marie-Josée Ta Lou demande « pardon » au peuple ivoirien. Mais qui pourrait lui en vouloir ? Elle devra se remettre de cette déception et se focaliser sur le 200 mètres. Rio restera gravé à tout jamais dans sa mémoire.

    Propos de Marie-Josée Talou recueillis par Christophe Jousset

    Une médaille olympique, c'est quelque chose de grandiose. Ça n'a rien à voir avec les Championnats du monde, ça n'a rien à voir avec autre chose, mais... C'est quand même dur quoi, c'est quand même dur. Et puis, terminer de cette façon-là, je n'ai pas de mot.
    Marie-Josée Ta Lou 14/08/2016 - par Christophe Jousset Écouter

    Quand tu veux ramener cette médaille-là pour faire plaisir à ton peuple, pour qu'il sache que vraiment, tu étais décidé, pour qu'il sache que tu as ce niveau-là, et que ça se résume à ça, la 4e place et 10'86, pareille... Ça fait mal. Ça fait vraiment mal.
    Marie-Josée Ta Lou 14/08/2016 - par Christophe Jousset Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.