GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Brexit: la sortie du Royaume-Uni de l'UE est «un moment tragique pour l'Europe» (Juncker au quotidien «El Pais»)
    • Intempéries: le typhon Tapah menace le Japon, des centaines de vols intérieurs ont été annulés
    • Mondial 2019 de rugby au Japon: victoire et bonus pour l'Irlande face à l'Écosse (27-3)
    • Environnement: la ville de Paris organise, ce dimanche de 11h à 18h, la 5e édition de la Journée sans voiture
    • Suisse: des funérailles en montagne pour le Pizol, un glacier désormais disparu sous l'effet du réchauffement climatique
    • Sécurité dans le Golfe: l'Iran compte présenter à l'ONU un plan de coopération régionale (Rohani)
    Sports

    JO2016/Lutte: la Camerounaise Anabel Laure Ali passe juste à côté du bronze

    La Camerounaise Annabel Laure Ali a perdu face à la Russe Ekaterina Bukina et n’a pas récupéré cette médaille olympique tant attendue après trois olympiades. A Pékin en 2008 et à Londres en 2012, elle n’était jamais allée aussi loin dans la compétition. « Je me suis battu jusqu’à la médaille de bronze. La Russe, je la connaissais bien. Nous nous sommes rencontrées à plusieurs reprises », lance Annabel Laure Ali, 31 ans. « C’était elle ou c’était moi. Et ça a été finalement elle. Jusqu'à la fin, j’ai pensé tenir cette médaille. C’est dommage, cela aurait été la première du Cameroun en lutte. J’espère qu’il y en aura après moi », raconte-t-elle. « C’était un match relevé, difficile, elle avait l’envie, elle avait les moyens, mais peut-être qui lui manquait un peu de baraka », dit son coach Dieudonné Ebouele Motto qui espère qu’elle va continuer sa carrière et qu’elle sera aux Jeux de la Francophonie à Abidjan dans un an. « Elle a encore les moyens de faire beaucoup de choses », ajoute-t-il.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.